Nouvelles idoles, Nouveau mondes / Maison des arts de Bagneux (FR)

.Paul Toupet / Période Bleue
.
.
.
.
Du 15 novembre 2019
au 14 Février 2020

.

.

Coralie Barbier, Nils Bertho, Christelle Lenci, Mina Mond, Paul Toupet, Adèle Bessy.

 

UNE DIVINE CONJONCTION D’IMPROBABILITÉS

Voici une expo qui fait sens dans le PAF, paysage artistique français , dévasté par l’inepte conceptualo-financier y régnant depuis bientôt 40 ans…Une expo exemplaire parce que fruit de l’heureuse rencontre de plusieurs improbabilités, imprévisibilités ou dissidences eu égard à la normalité du discours dominant sur l’art contemporain Celles d’abord, caractérisant cette Maison des Arts de Bagneux, qui est la seule structure de ce type affichant aussi effrontément depuis 20 ans son total irrespect des injonctions ministérielles sur ce qui est exposable ou non car correspondant ou non aux critères de l’esthétique d’Etat et du grand marché spéculatif. Et c’est pour cela que ce lieu d’art est exclus du TRAM,( http://tram-idf.fr/qui-sommes-nous/ ) fédération des 38 lieux d’art contemporain en Ile de France fervents adeptes de la pensée duchampo bidulaire officielle. Citons comme exemple, parmi ces hauts-lieux de la radicalité contemporainisme , la bien-nommée « Maison Populaire » de la ville pourtant ultra-gauche de Montreuil, où le pire des terrorismes intello-élitaires anti-populaires est à l’œuvre pour endoctriner le classes laborieuses à la haute culture de classe. Un miracle donc que la municipalité communiste de Bagneux échappe à cette fatalité, grâce à sa maire, Marie-Hélène Amiable, qui a bien compris qu’un art à contenu sensible et poétique était naturellement partageable entre toutes les classes sociales. Un miracle aussi la présence et la douce autorité de Nathalie Pradel , directrice de la Maison Des Arts, qui a su en faire un lieu exemplaire et pionner de la reconquète du sens, par sa profonde connaissance de l’art, par l’ ouverture de ses choix aussi bien au local qu’au national et à l’international, dans le même respect de l’ « humanité » de l’art et de indépendance vis-à -vis des réseaux de pouvoir et d’argent. C’est ainsi qu’on a pu voir à la MDA de Bagneux le somptueux peintre espagnol Curro Gonzalez, que l’on voir cette magnifique expo organisée par Anne Richard, et que l’on verra ensuite le merveilleux sétois André Cervera.

.

 

.
1/ Nils Bertho
2/ Maison des arts
.
.
.

LA PRÉFACE DE ANNE RICHARD (Commissaire)

La mythologie – ensemble de mythes reliés à une civilisation et/ou religion, a depuis l’Antiquité offert au monde une foule de héros scintillants et de récits soumis aux variantes des époques se succédant. Depuis cette période ancienne, les artistes, dans toutes les parties du monde, n’ont cessé de réécrire et réinventer ses mythes, réévaluant leur portée philosophique, politique, esthétique et mystique.

Véhiculée par le divertissement industrialisé – musique, cinéma, jeux vidéo, télévision, sport –, une forme différente de mythologie contemporaine a fait surface. Ses héros sont devenus les idoles du temps présent. Si l’on peut déjà s’interroger sur les valeurs incarnées par ces nouveaux modèles, « l’idole fait du visible, qui est tout son être, une fin en soi. Elle arrête le regard qui s’abîme en elle et lui interdit d’aller plus loin. » décrypte Suzanne Saïd (Deux noms de l’image en grec ancien : idole et icône). Objets de désir et de projection collectifs, la circulation intensive des images et de l’information sur Internet a consolidé leur statut de modèles excluant, dénués d’ambition altruiste : un miroir aux alouettes.

Pour distancer cette fabrique au signifiant questionnable, cette exposition propose une plongée dans cinq mondes rêvés. Cinq cartographies mystérieuses. Cinq modes opératoires distincts. Aucun des univers proposés n’existe en multiple, chacun revient à interroger le rapport à l’autre, le sens du sacré, et porte en lui l’idée de son propre dépassement. Cinq artistes formulant leur art à la manière classique des mythographes, narrant les aventures de leur Panthéon de l’intime et du sentiment : un miroir de l’âme.

.

Anne Richard
.
.

Loin de la réduction de nos aspirations à une simple apparence n’existant que par sa propre image, l’art que donne à voir « Nouvelles Idoles, Nouveaux Mondes » révèle notre système de consommation conditionnée pour un renversement des données : restons maîtres de notre imaginaire pour sa capacité qu’il a de façonner le réel !

« Rapportés à des êtres qu’on supposait doués d’une vie analogue à celle de l’homme, traduits dans un idiome où chaque mot parlaient aux yeux, les spectacles de la Nature paraissaient être les actes d’un drame immense, dont les personnages, divins à l’origine, étaient semblables à nous par le coeur. » Michel Bréal, Mélanges de mythologie et de linguistique).

.

CE QU’EST L’EXTRA-ORDINAIRE REVUE HEY !

Par sa créatrice Anne Richard 

Revue d’art Outsider art, Lowbrow, Surreal Pop, Visionary art, Tattoo art, Graphic Novel, Comics, Rock Poster, Post Graffiti, Art Singulier.

.

« Ces sept dernières années ont été démonstratrices. Depuis 2010, notre revue HEY! modern art & pop culture, imaginée pour mettre en relation amateurs d’art et collectionneurs avec l’ensemble des artistes dont nous chérissons l’œuvre depuis longtemps, est devenue un objet à collectionner. En chemin, nous n’avons pas cessé de découvrir de nouveaux mondes, pour mettre en lumière le travail de leurs créateurs. Nos expositions en France, déclencheurs d’un dialogue sans médiateur entre l’œuvre et le public, ont fait découvrir un pan entier de l’art contemporain jusqu’ici dédaigné par les critiques et le grand marché. Nous avons ouvert une boîte de pandore, pointé une direction inédite en France. HEY! fait maintenant doucement école dans les milieux « autorisés », cependant que le public et la presse généraliste plébiscitent chacune de nos actions. À l’étranger, notre exposition Tatoueurs, Tatoués créée pour le musée du quai Branly – Jacques Chirac (Paris) en 2014 poursuit avec succès sa tournée mondiale jusqu’en 2020 en musée. Nos commissariats sont une proposition visant à impulser une dynamique différente, encourager un regard nouveau sur des expressions artistiques déconsidérées par la pensée conformiste. Ici, notre geste s’appuie sur le pouvoir qu’ont ces expressions de transcender les frontières académiques, celles qui fragmentent les générations. Ils questionnent sur l’authenticité d’une démarche emprisonnée par un jeu uniquement marchand ; remettent au centre du débat l’Homme et son unicité ; proposent un concert d’œuvres en tant que commentaires d’individualités occupants la même entité Terre. HEY! est une proposition mobile, et mobilisante, offerte à la création et à l’imagination collective. Notre action a permis à une large catégorie de public de renouer avec la proposition muséale et plus largement le spectacle de l’art contemporain dont il se sent trop souvent exclu. » Anne Richard

.

.

.
.
.
Maison des arts de Bagneux
15 Avenue Albert Petit,
92220 Bagneux, France
Horaires : Fermé ⋅ Ouvre à 14 h 00

T: +33 1 46 56 64 36

.

.