LE CHÂTEAU LA COSTE N’EST PLUS AGRÉÉ COMME VIN DE MESSE PAR NICOLE ESTEROLLE (billet d’humeur)

.
Image : le kiosque à musique , signé Franck Gehry

.

.

LE CHÂTEAU LA COSTE N’EST PLUS AGRÉÉ COMME VIN DE MESSE 


PAR NICOLE ESTEROLLE 

.

Avec cette actuelle expo « Confess » , férocement sociétalo-questionnatoire, signée par la plasticienne internationale polonaise Trina McKillen , qui a pour but « de mettre en lumière les victimes d’abus sexuels au sein de l’église catholique en leur donnant la parole grâce à l’immédiateté de l’art contemporain. », et qui se veut être « une invitation à la guérison, au dialogue tout en respectant la douleur et la souffrance. », le provençal pinard Château La Coste relooké, Franck Gehry, Jean Nouvel, Othoniel, Sophie Calle, Ai Weiwei, etc. (Tiens, Buren n’est pas encore passé par là !), , risque de perdre ses vertus de sainte piquette… (Le Château Boulaouane et le Saint Sidi Brahim demeurant en revanche breuvages de prédilection des anti-cathos insoumis de gauche).

Mais qu’à cela ne tienne Etienne, cette indécente récupération de l’affaire d’abus sexuels accolée à une marque de médiocre pinard (à consommer avec modération) , risque de ne pas améliorer l’image déjà piteuse de celle-ci. Et si cela peut encourager les adeptes de l’athéisme et du duchampisme radicaux, à boire religieusement de ce liquide de qualité améliorée certes, mais encore douteuse ( et en outre parfaitement inconnu des spécialistes, comme me l’a dit mon caviste préféré), cela ne peut être que ravageur pour la réputation des vins de France, qui avaient jusque – là été préservés du label « contemporain »…celui-là même qui a détruit l’art français.

N.B. : Signalons que Paddy McKillen, l’archi-milliardaire qui a racheté le Château La Coste en 2004, n’avait pas bu une seule goutte de vin jusqu’à ses quarante ans….Et que Matthieu Cosse le vigneron célêbre qui avait été chargé de redresser la qualité du Château La Coste , vient de démissionner, écœuré par les hordes de blaireaux culturels internationaux qui envahissent les lieux.

.

.

.

.

 

.
« l’ABC de l’Art dit Contemporain »
 aux éditions 
Jean-Cyrille Godefroy.
.