Fait divers au ministère de la culture par Marc Verat (billet d’humeur)

.

.

Fait divers au ministère de la culture 

par Marc Verat

 

 

JORF n°0237 du 13 octobre 2018 – texte n° 68

Arrêté du 10 octobre 2018 portant retrait d’emploi (directions régionales des affaires culturelles)

NOR: MICB1823868A – ELI: Non disponible Par arrêté de la ministre de la culture en date du 10 octobre 2018, l’emploi de directeur régional adjoint des affaires culturelles de la région Grand Est occupé par M. Christian N—-, administrateur civil hors classe, lui est retiré dans l’intérêt du service.

Les pervers restent rares au ministère, plus nombreux sont les fonctionnaires qui ne servent pas à grand chose et Christian N. en représente le parfait exemple. Le temps paraît parfois long dans la fonction publique, alors on s’occupe comme on peut ! Basé sur une liste qu’il a lui-même constituée, Christian N., haut fonctionnaire du ministère de la Culture a administré des diurétiques a plus de 200 jeunes femmes entre 2009 et 2018 afin de les photographier en train d’uriner.

Lorsque ce recruteur reçoit les candidates dans son bureau, il leur offre aimablement une boisson chaude complétée d’une dose de diurétique. Peu après, le haut fonctionnaire propose une visite dans le quartier. Sous l’effet des diurétiques les jeunes femmes finissent par avoir envie d’uriner, mais leur recruteur s’arrange pour les éloigner des toilettes publiques ou des bars. Alors, elles accomplissent leur besoin naturel dans la rue, sous un pont, à même le sol… Une situation humiliante, sous le regard de leur agresseur, qui les cache avec son manteau mais sans rien perdre bien entendu de la scène.

« Je me suis soulagée par terre, quasiment à ses pieds. J’étais humiliée et honteuse », raconte Claire. Autre témoignage, celui de Karine : « Au bout d’un moment l’envie est trop forte, je sentais mon ventre gonfler, j’étais au bord du malaise. Sous un pont, j’ai baissé mon pantalon et ma culotte, et j’ai uriné. Pendant ce temps, il tenait son manteau devant moi pour me cacher et regardait mon visage ». Élise, elle, réussit à se retenir malgré la souffrance : « Je lui dis clairement que je ne me sens pas bien. Je m’écroule de douleur. Des gens se sont agglutinés autour de nous. Il a dit aux passants qu’il était DRH au ministère, puis m’a proposé d’uriner derrière un baraquement de chantier et de me cacher avec sa veste.

L’affaire finit par éclater le 15 juin 2018 à la Drac Grand Est, où Christian N. est directeur régional adjoint. Un collègue le prend alors en flagrant délit et le dénonce à sa hiérarchie, malgré le statut de Christian N., et sa longue carrière aux ministères, ses passages à la Direction générale de l’administration et de la fonction publique, à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes au ministère de la décentralisation, de la réforme de l’Etat…

L’intéressé finira par reconnaître avoir photographié et peut-être intoxiqué les femmes qu’il rencontrait dans le cadre de ses fonctions. Suspendu en octobre 2018, le fonctionnaire est révoqué trois mois plus tard, en janvier 2019, date à laquelle une enquête a été ouverte par le parquet de Paris. Placé en garde à vue fin octobre 2019, Christian N. est désormais placé sous contrôle judiciaire et mis en examen.

.

.

 

 

 

Le Ministère de la Culture doit être supprimé – C’est la vie ! Images d’archives

 

Depuis sa création en 1959 avec un ministre doté alors de réels pouvoirs cette institution, mis à part quelques actions peu contestables, comme la sauvegarde du patrimoine, aura surtout bénéf…
.
.
.