Le Monde selon Roger Ballen – Halle Saint Pierre (FR)

.
Roger Ballen, Waif, 54x36cm, 2012
.
.
.

.
Du 7 septembre 2019
au 31 juillet 2020

.

.

À l’origine d’un style unique qu’il décrit lui-même comme «ballenesque», Roger Ballen est l’un des photographes les plus importants de sa génération.

Après avoir acquis une reconnaissance internationale en collaborant notamment avec le groupe Die Antwoord, il utilise depuis peu dessins, peinture, collages et différentes techniques sculpturales pour créer des installations élaborées, inventant une nouvelle esthétique hybride encore fermement enracinée dans l’art photographique.

Pour la première fois en France, La Halle Saint Pierre propose avec l’exposition Le Monde selon Roger Ballen une véritable rétrospective de cet artiste hors-normes, avec également des installations inédites produites in situ.

 

.

.

.

Roger Ballen (né le 11 avril 1950 (69 ans) à New York) est un photographe sud-africain d’origine américaine.

Roger Ballen effectue des études de géologie à l’université de Californie à Berkeley, dont il sort diplômé en 1972.

Le travail photographique de Roger Ballen s’étend sur plus de quarante ans. Ses œuvres étranges et extrêmes confrontent le spectateur et les mettent au défi de les accompagner dans un voyage explorant les recoins les plus profonds de leur esprit et celui de l’artiste.

Roger Ballen est né à New York en 1950 et vit depuis plus de 30 ans en Afrique du Sud. Son travail de géologue lui a permis de découvrir le monde désolé des lointaines banlieues et des campagnes et l’a amené, à l’aide de son appareil photo, à explorer le monde caché des petites villes sudafricaines. D’abord à l’affût des rues désertes et écrasées par le soleil de midi, il décide d’aller à la rencontre des gens, et découvre un tout autre monde dans les intérieurs de ces maisons, ce qui allait avoir un effet indélébile sur son travail. Ces intérieurs et les occupants de ces mondes fermés lui ont permis de développer sa critique sociale. Dès 1994, il laisse de côté son travail lié au monde rural pour se concentrer sur la vie urbaine, à Johannesburg.

Après 2000, dans la série Outland (2000), il découvre et documente la vie des personnes vivant en marge de la société sud-africaine et poursuit ce travail avec Shadow Chamber (2005). La frontière entre imaginaire et réalité devient de plus en plus ténue dans ses séries suivantes – Boarding House (2009) et Asylum of the Birds (2014) – utilisant dessins, peinture, collage et sculpture pour créer des décors élaborés. Depuis ses débuts, Roger Ballen est donc passée par un travail absent de toute humanité, avant d’utiliser l’individu comme un accessoire, des poupées factices désincarnées. Peu à peu, ses scénarios souvent improvisés incluent la présence d’animaux dont le comportement imprévisible et ambigu apporte tout son sens à son œuvre. Ballen invente une nouvelle esthétique hybride, mais encore fermement enracinée dans l’art photographique en noir et blanc.

.
.
.
.
HALLE SAINT PIERRE
2, rue Ronsard 75018 Paris
M° Anvers (2) / Abbesses (12)
.

.

.