Art dit contemporain et patrimoine : un antagonisme de fond Par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

.
œuvre de Vincent Lamouroux à l’Abbaye de Maubuisson
.
.
.
Art dit contemporain et patrimoine : un antagonisme de fond
Par Nicole Esterolle
.

Comme vous le constatez de visu sur l’image jointe, l’art dit contemporain est de fait, par définition ou par nature, l’ennemi ou l’adversaire direct du patrimoine.

En effet, une œuvre d’art prend valeur patrimoniale, après un long temps de « maturation » dans les systèmes et réseaux de légitimation, après une large reconnaissance effectuée par quantité d’instances d’évaluation libres et variées, qui ont pu mettre à l’épreuve la vérité durable et universelle d’un contenu…

Alors que ce qui caractérise les œuvre d’art dit contemporain, c’est une reconnaissance immédiate de produits à date de péremption très proche, sans contenu véritablement artistique, mais dont la stratégie de valorisation spéculative rapide est basée sur l’efficacité médiatique de ce qu’elles ont obligatoirement et consubstantiellement de scandaleux, d’absurde, de provocation, d’autodérision, d’interpellation, de subversion gratuite, de morbidité, etc.

..

.
.

A cet antagonisme de principe, s’ajoute, dans la pratique, plusieurs réalités plus consternantes que croquignoles :

– le fait que la somme d’argent public alloué par le Ministère à l’art dit Contemporain est autant qui n’ira pas au Patrimoine.

– le fait que ce même Ministère soutienne ainsi les actions ravageuses des spéculations conjuguées de l’intellect et de la finance.

– Le fait que l’intérêt que l’on porte au Patrimoine soit toujours suspecté, par les « progressistes contemporainistes », de ringardise réactionnaire.

– le fait enfin – et c’est bien là le comble du paradoxe – que ce même art dit contemporain squatte les lieux patrimoniaux, pour se prévaloir sans aucune vergogne du public naturel de ces derniers.

D’où la certitude pour beaucoup, qu’il serait préférable que le Ministère de la Culture devienne Ministère du Patrimoine….pour que la la création vivante potentiellement patrimoniale, puisse se développer librement ,sans un interventionnisme étatique forcément désastreux.

 

.
.
.
.
.
.