Joseph Staline, curator des arts – Avant-Propos Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

.
Rouge – Art et utopie au pays des Soviets 
.
.

Joseph Staline, curator des arts 

Avant-Propos Nicole Esterolle

.

Une expo « Rouge » au Grand Palais…et une magnifique analyse de Pierre Lamalattie

dans Causeur, dont je vous joins les copies.

Ce texte répond à celui de Harry Bellet dans Le Monde du 21 mars : texte plutôt conforme aux poncifs réducteurs habituels sur le sujet…et qui se terminait par la somptueuse formule suivante : « Du réalisme socialiste-comme moyen d’extermination morale »…Qu’ il faudrait cependant compléter par : « Du duchampo-capitalisme comme moyen d’extermination artistique actuel»

A cette différence près qu’avec le réalisme socialiste les peintres arrivaient à passer un peu de poésie en message « subliminal », alors qu’avec notre actuel buréno-duchampisme officiel, toute dimension sensible et poétique est absolument éradiquée…

Notre terrifiant totalitarisme actuel, est un encore plus puissant « moyen d’extermination morale », parce qu’il sait conjuguer les vertus du soviétisme bureaucratique forcené et celles du spéculo-capitalisme échevelé…

Ce remarquable article très argumenté, référencé, informatif, de notre ami Lamalattie arrive donc à point, pour mettre les choses en vraie perspective historique.

.

.

.
.

 

Jusqu’au
01.07.19

 

Plus de 400 œuvres exposées

Peinture, sculpture, architecture, photographie, cinéma, design…des œuvres pour la plupart jamais montrées en France !

Alexandre Rodtchenko, Kazimir Malevitch, Gustav Klutsis, Alexandre Deïneka, Sergueï Eisenstein, Varvara Stepanova…

L’exposition Rouge. Art et utopie au pays des Soviets présente un ensemble de plus de 400 œuvres conçues dans un contexte social et politique particulier. Son parcours chronologique commence en 1917 avec la révolution d’Octobre et se termine en 1953, année de la mort de Staline.

Elle interroge la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques. Des années 1920, marquées par un grand nombre de propositions d’avant-garde, aux années 1930 qui voient l’affirmation d’un dogme esthétique, le parcours aborde tous les domaines des arts visuels : peinture, sculpture, architecture, photographie, cinéma, design, arts graphiques avec des œuvres, pour la plupart jamais montrées en France. Les artistes tels que Rodtchenko, Malevitch, Klutsis … ont voulu accompagner par leurs œuvres l’édification du socialisme et contribuer à la transformation du mode de vie des masses. C’est cette histoire, ses tensions, ses élans comme ses revirements que relate l’exposition en posant la question d’une possible politisation des arts.

Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Centre Pompidou Musée national d’art moderne.

.

 

 

 

.
.