Éric Benetto – In excelsis / Christian Berstart brut klein & berst (FR)

.
.
.

 

 

26 janvier > 2 mars 2019 
Vernissage samedi 26 janvier de 18 à 21 h
.

 

Pour Éric Benetto, né en 1972 à La Roche-sur-Yon, la découverte – à l’âge de 27 ans – de l’œuvre médiumnique du mineur de fond Augustin Lesage fut une véritable épiphanie. Sa rencontre avec l’Abbé Coutant, devenu lui-même peintre grâce à son ami Gaston Chaissac, le marqua tout autant. Profondément méditatif, foncièrement farouche, Benetto comprit alors que son sentiment d’exil trouverait dans l’art une issue insoupçonnée.

Tandis qu’il exerce, entre deux voyages en Inde, les métiers les plus divers : cantonnier, sondeur téléphonique, gardien d’usine chimique, et tant d’autres, il commence à transcrire dans des carnets de voyage ce qui deviendra sa grammaire formelle. Comme une prière jamais interrompue, une récitation silencieuse, vertigineuse, un mantra graphique obsédant.

Bientôt, l’encre de Chine, surtout, et le crayon, parfois, viendront conquérir des surfaces plus importantes. Du papier kraft, d’abord, avant qu’à la faveur d’un emploi dans un hôpital il ne découvre les potentialités des radiographies et autres clichés d’IRM : tout à la fois transparence et ténèbres en quête de lumière. Sa plume gagnée par la trance fera le reste.

Tandis que les motifs sont répétés ad libitum et que les incantations sérielles se déploient comme l’aum primordial, l’artiste donne corps à ce que Romain Rolland appelait le « sentiment océanique », cette formidable soif d’osmose avec l’univers. Dans le cas de Benetto, il s’étend des limbes aux hommes. Urbi et orbi. En particulier lorsque ses assemblages de clichés par résonance magnétique sont constellés de négatifs de photographies de ceux qu’il appelle sa « famille terrestre ». Ou quand la pérégrination mémorielle se double d’un élan rédempteur. Et que dire de ces organes affranchis de leur condition, réinventés, poétisés, sublimés.

Éric Benetto n’a jamais cessé d’arpenter les voies spirituelles les plus ardues, des rigueurs de la vie monastique aux pratiques ascétiques de l’hésychasme orthodoxe. Son extrême humilité l’empêchera toutefois d’admettre sa singularité, car l’œuvre qu’il a conçu n’est pas seulement empreint d’un mysticisme exacerbé, syncrétique, mais aussi d’une exceptionnelle modernité.

Son travail a été particulièrement remarqué en 2016 lors de l’exposition l’art brut au temps des technologies, aux musées de Belfort et fait partie de collections majeures, tant d’art brut que d’art contemporain.

 

Christian Berstart brut klein & berst
3-5, passage des gravilliers
75003 paris
.
 .
mardi au samedi de 14 à 19h.
 ou sur RDV

.

.