Voici de l’art pour les « gilets jaunes » par Nicole Esterolle

Pascal Vochelet / ÉCOLIERES
.
.
.
.
.
.

Comment s’étonner que cette France qui se donne Lavier, Buren, Venet, Veillan, Lévèque, etc., comme artistes majeurs de notre époque, ne présente pas parfois quelque jaune exsudation érythémateuse comme symptôme d’un mal-être ou d’un délabrement plus profond ?

Voilà quarante ans, qu’avec les FRAC par exemple, nos dirigeants se foutent royalement de la gueule du peuple (en lui faisant même payer des impôts pour ça) , et l’on s’étonnerait qu’aujourd’hui ce même peuple se rebiffe et nous produise une performance la plus gniark de toute l’histoire de l’art et de la circulation routière…

Quand comprendrons-nous, chers collègues critiques et prescripteurs d’art nationaux, que nous sommes, pour la plupart d’entre nous, les agents de cet art politiquement correct, de caste, de classe et d’argent, dévitalisé, surintellectualisé, désartifié, désincarné, subventionné, financiarisé, déterritorialisé, mondialisé, qui a indirectement contribué à cette poussée réactionnelle de fièvre jaune ?

.

.
.

Comment ne pas comprendre que, nous, les experts centraux « intelligents et subtils », inféodés à la grande bureaucratie et à la grande spéculation, arrogants et méprisant la périphérie, ringardisant le réel , sommes l’un des facteurs de ce prurit jaunâtre préfigurant le retour de Marine Le Pen ?

Comment ne pas comprendre que ce qui est exprimé par les bloqueurs de ronds-points, est un souhait justifié de « régression » – réancrage au local, aux circuits courts et buissonniers, au contenu humain, sensible et poétique , tout comme le souhaitent 90% des artistes concernant leur travail ignoré systématiquement du regard institutionnel qui ne voit qu‘ « international »?* Comment ne pas comprendre que cet art d’Etat, qui a préempté avec une impudence incroyable le qualificatif de « contemporain » , cet art-signe de distinction d’une arrogance inouie compte – tenu de sa misère de fond, devient de ce fait l’allié objectif de la réaction extrême –droitiére et ouvre un boulevard à celle-ci à mesure qu’il la dénonce.

Alors, chers collègues , arrêtons de jouer les idiots duchampo-gauchistes utiles fournisseurs de voix à Mme Lepen et ouvrons les yeux sur la richesse , la diversité, la générosité , l’abondance, la diversité, la luxuriance de cette « face cachée de l’art contemporain », faisons en sorte que cesse la pudique occultation de tout ce qui est de l’ordre de la mise en forme sensible et poétique. Arrêtons avec ce totalitarisme esthétique délirant et débile, qui consiste à considérer cette création de la main et du coeur, comme ringarde, rurale, populiste, tripale, vulgaire , voire réactionnaire.

.

.

La Gazette de Nicole (ici)
.
.
.

Michel Gouery, Ouattara Watts, Davood Koochaki, Pascal Vochelet, Alessandro Sicioldr, Denis Stroff, Alex Gross, Nazanin Pouyandeh, Frantz Zephirin, Mikael Bethe – Selassie, Joseph Callioni, Erick Kociuk-William.

.

.

 

.
..
.
Visite gratuite

.
.
.
.
.