L’ultime baroud d’honneur d’un FRAC par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

.
FRAC – Normandie
.
.
.
.
.
.
.
.

Voici quelques récentes et ultimes acquisitions conceptualo-bidulaires du FRAC –Normandie, avant sa fermeture définitive imminente , pour cause de pénurie de subventionnement de la part d’un Etat dont les caisses sont de plus en plus désespérément vides. Vous trouverez toutes les infos concernant les acquisitions sur le site du FRAC concerné.

L’œuvre avec pot de fleur renversé est celle que je préfère car elle est la plus illustrative de la violence symbolique et de la puissance terrorisante d’un discours capable d’imposer en tant qu’ art une telle évidente stupidité.

Ces derniers achats sont donc à considérer comme la dernière fanfaronnade ou bouffée d’arrogance d’un système perfusé depuis quarante ans par l’argent public et se trouvant aujourd’hui à la fin d’un processus de dégénérescence consanguine fatale…

Cet appareil bureaucratique sait très bien que les œuvres qu’il achète et a achetées, sont à 80 % vides de tout contenu vraiment artistique , mais seulement portées par un discours intello-spéculatoire totalement délirant et psychogène. Il sait confusément que tous ces bidules invraisemblables ne vaudront même plus, dans 15 ans, le prix de la caisse qui les protège pudiquement des regards, quand ce discours se sera auto-dissout dans sa propre ineptie, et que se posera alors le problème de leur envoi à la déchetterie la plus proche et à la poubelle de l’histoire de l’art.

En attendant, ce FRAC normand et tous les autres continuent à claquer l’argent public en achetant entre eux, très cher et pour un quasi non public, le même type d’art de classe, survalorisé par les réseaux spéculatifs, sur-conceptualisé, duchampisé, questionnatoire et postural à fond pour sur-jouer le contemporain et/ou international. (en excluant, ringardisant et « gilet-jaunissant » bien sûr l’ art de la mise en forme sensible, de l’intelligence de la main et du coeur)

Voici donc cinq décisions d’achat exemplaires, qui ont été prises lors du comité technique d’achat du 16 juillet 2018. -Notons que les prix astronomiques attribués à ces petites grotesqueries, se veulent à la mesure du niveau d’exigence et de compétence que prétendent avoir les experts de ce comité. -Notons que pour la plupart, elles ont été achetées à des galeries de très haut-niveau d’internationalité financière, ceci justifiant également la hauteur de leurs prix… -Notons que les propositions d’acquisition proviennent presque toutes de la Directrice du FRAC, qui connaît bien la valeur des produits en circulation sur les circuits du financial-art avec lesquels elle est professionnellement en contact étroit … Le reste du comité semblant n’être là que pour entériner ses décisions …avant d’aller ensuite fêter ça ensemble dans la brasserie d’à côté… au frais de la princesse. -Notons enfin les noms des membres du comité technique présents le 16 juillet (avec parmi eux, une « assistante scientifique »…Ben oui, il faut ce qu’il faut !) , car il me semble bon de désigner précisément les responsables de cette opération de gaspillage de sens et d’argent public (avec tout ce que l’on peut subodorer de copinage, consanguinage, réseautage, collusion et conflits d’intérêts privés-publics) :

.

Mme Véronique SOUBEN, Directrice du Frac Normandie Rouen

Mme Kathleen RAHN, Directrice du Kunstverein, Hanovre, Allemagne

Mme Audrey ILLOUZ, Critique d’art, commissaire d’exposition

M. Ludovic BUREL, Artiste, commissaire d’exposition, éditeur

Membre avec voix consultative :

M. Jérôme FELIN, Conseiller Arts Plastiques à la Drac Normandie

Secrétaire de séance :

Mme Christine MORICE, Responsable de l’administration au Frac Normandie Rouen

Y assistait : Mme Coralie DUPINET, assistante scientifique au Frac Normandie Rouen

.

Et voici quelques-unes de œuvres achetées : (par ordre d’affichage ci-dessous )

.

.

 

.
1 Anne Collier
« Questions (Viewpoint), 2011 C-print 66 x 52 cm encadré
édition de 5 n°3/
Prix : 24 000 dollars
Galerie Anton Kern, New York (Proposition d’achat de Véronique Souben)
.
.
2 Katinka Bock
« Some », 2015 sculpture céramique, bois, sangle, tissu Pièce unique
Prix : 9 000 euros
.
.
3 Diogo Pimentao
Relate (Drift Toward Performance #2), 2018 Papier et graphite Sculpture
160 x 60 x 190 cm
Prix 2500 €
.

.

4 Mac Adams

« Circumstantial Evidence », 2016 installation structure en bois, photo encadrée, plante, chaise, Pièce unique 180 x 125,4 x 10,5 cm
Montant : 11 000 euros ramené à 8 800 euros
Galerie GB Agency, Paris
(Proposition de Véronique Souben)
.
.
5 Ulla Von Brandenbourg
« Falten & Körper, Fisch (Plis & Corps, Poisson) », 2017 – installation -tissu, chlore, bois
Pièce unique -249 x 145 cm et 242 x 63 cm
Montant : 22 000 euros ramené à 16 000 euros
Galerie Art Concept, Paris
(Proposition de Véronique Souben )
.
.
..
.
Visite gratuite
.
.
.
.
.
.
.
.
.