Une offre impressionnante d’œuvres d’artistes de renommée internationale dans le cadre de la vente en salle automnale de la Maison Heffel (CA)

Alexander Colville/ Two Boys Playing

.

.

.

.

.

 

.
.
.
.
.

• Le chef de file du marché de l’art offrira aux enchères plus de 135 chefs-d’œuvre de qualité muséale lors de sa vente en salle du 21 novembre 2018 à Toronto, qui devrait rapporter de 15 à 20 millions de dollars.

• Des œuvres majeures d’importants artistes d’après-guerre et contemporains, dont Jean-Paul Riopelle, Alex Colville et Fernando Botero, seront présentées.

• Des trésors historiques de Frederick Banting, d’Arthur Lismer, de Lawren Harris et d’Emily Carr seront également offerts.

Chef de file du marché de l’art international, la Maison de vente aux enchères Heffel est fière de présenter 135 exceptionnelles œuvres d’art en provenance du monde entier dans le cadre de sa vente en salle de l’automne. Les artistes les plus réputés et talentueux du Canada et de l’étranger seront en vedette lors des séances Art d’après-guerre et contemporain et Art canadien, impressionniste et moderne de cette vente automnale, qui se tiendra le 21 novembre dans l’historique musée Design Exchange de Toronto et qui devrait se solder par des ventes allant de 15 à 20 millions de dollars. (Tous les prix sont indiqués en dollars canadiens et s’appuient sur des évaluations prudentes.)
.
Les œuvres offertes à cette occasion dans le cadre de la séance consacrée à l’Art d’après-guerre et contemporain, véritables chefs d’œuvre d’artistes convoités et prisés des collectionneurs, figurent parmi les plus importantes dans l’histoire des ventes aux enchères au Canada. Des œuvres de Jean Paul Riopelle, d’Alex Colville et de Jack Bush seront ainsi présentées, aux côtés de tableaux d’artistes de réputation internationale tels que Fernando Botero, Karel Appel et Andy Warhol.
Au centre de la séance consacrée à l’Art canadien, impressionniste et moderne se retrouvent des œuvres de tous les membres originaux du Groupe des Sept, mais aussi d’Emily Carr et de Tom Thomson. Particulièrement captivants et riches en histoire s’avèrent la monumentale toile Tugs and Troop Carrier, Halifax Harbour, Nova Scotia d’Arthur Lismer et The Lab, un tableau des plus significatifs de Frederick Banting, codécouvreur de l’insuline et lauréat d’un prix Nobel.

 

« Les œuvres présentées dans le cadre de cette vente sont phénoménales, et démontrent la puissance du Canada et l’importance de la Maison Heffel sur le marché international de l’art », a affirmé David Heffel, président de la Maison de vente aux enchères Heffel. « Nous sommes fiers et ravis de présenter cette collection de chefs-d’œuvre au public, et sommes impatients de tenir d’autres ventes aux enchères de ce calibre dans un marché qui ne cesse de prendre de l’importance pour nous. »

.

Points saillants de la vente en salle de l’automne 2018 de la Maison Heffel

.

• Jean-Paul Riopelle tient la vedette de la vente en salle automnale de la Maison avec Jouet, une toile gestuelle réalisée en 1953 qui a parcouru, depuis, les quatre coins du monde (elle est estimée entre 1 200 000 $ et 1 600 000 $). Riopelle vole la vedette sur la scène artistique en ce moment avec l’exposition Mitchell/Riopelle : Un couple dans la démesure, d’abord présentée au Musée national des beaux-arts du Québec, puis au Musée des beaux-arts de l’Ontario et, bientôt, pour une troisième fois, au Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture, en France. Heffel soutient fièrement cette exposition acclamée.

• Fishboats, Rivers Inlet d’E. J. Hughes est une œuvre initialement vendue par la Maison en 2004 en présence de l’artiste lui-même, qui avait ainsi pu voir son tableau trouver preneur pour une somme record. L’œuvre d’après-guerre, réalisée en 1949, avait été peinte par Hughes après qu’il eut obtenu sa libération honorable comme artiste de guerre officiel (son évaluation va de 900 000 $ à 1 200 000 $).

• Deux magnifiques œuvres de Jean Paul Lemieux seront à l’honneur dans le cadre de cette vente automnale, soit Jeune fille en uniforme, une toile à personnage unique de 1957 consignée par la Société Alma Mater de l’Université de la Colombie-Britannique (estimée entre 300 000 $ et 500 000 $) et l’imposant tableau Les citadens (évalué entre 900 000 $ et 1 200 000 $).

• Des œuvres du Groupe des Sept seront également mises en lumière à cette occasion. Parmi celles-ci, mentionnons d’abord l’extraordinaire Tugs and Troop Carrier, Halifax Harbour, Nova Scotia d’Arthur Lismer (dont l’évaluation varie de 700 000 $ à 900 000 $). Seront également présentées, entre autres, les œuvres majeures The Village Mill d’A. J. Casson (dont l’estimation va de 300 000 $ à 500 000 $) et November, Georgian Bay d’A. Y. Jackson (évaluée entre 400 000 $ et 600 000 $).

• Véritable trésor historique canadien, la toile The Lab de Sir Frederick Banting s’avère le seul tableau réputé représenter la pièce dans laquelle Charles Best et lui firent la découverte de l’insuline, trouvaille qui allait sauver des vies (son évaluation va de 20 000 $ à 30 000 $). La prime d’achat associée à la vente de cette œuvre sera versée au Banting & Best Diabetes Centre de l’Université de Toronto. • Fernando Botero, peintre colombien de renommée internationale, sera sans contredit l’un des artistes vedettes de la vente automnale de la Maison, trois de ses œuvres majeures y étant présentées : Femme debout (évaluée entre 500 000 $ et 700 000 $), Toro (évaluée entre 450 000 $ et 650 000 $) et Seated Man (estimée entre 400 000 $ et 600 000 $).

• Six toiles d’importance de Lawren Harris, couvrant ses thèmes les plus recherchés, seront également offertes aux enchères. Au premier rang des ventes estimées se retrouve Mountain Sketch XC, lumineux tableau de l’époque du Groupe des Sept (il est évalué entre 700 000 $ et 900 000 $).

• Jack Bush, dont l’une des œuvres a trouvé preneur pour un prix record lors de la vente en salle de mai de la Maison, ne devrait pas manquer d’attirer l’attention des amateurs des quatre coins du globe cet automne. En effet, quatre impressionnantes toiles de l’artiste seront présentées dans le cadre de la vente en salle automnale. Parmi celles-ci, la vibrante et colorée Down and Across (évaluée entre 250 000 $ et 350 000 $) et So (évaluée entre 150 000 $ et 250 000 $) ne sont à rater sous aucun prétexte.

• Prisé des collectionneurs internationaux, Alex Colville sera également mis en lumière grâce à la présentation de deux œuvres remarquables, ayant toutes deux fait l’objet d’expositions dans d’importants musées. Two Boys Playing, une toile classique réalisée par l’artiste dans les années 1950, saura assurément capter l’intérêt des collectionneurs, des établissements et des amateurs du monde entier (son évaluation va de 600 000 $ à 800 000 $).

• Deux tableaux de la talentueuse Mary Pratt, décédée plus tôt cette année, s’avèrent particulièrement bouleversants. Preserving Summer—Black Currant Jam (évalué entre 30 000 $ et 40 000 $) et Buttered Roaster (estimé entre 25 000 $ et 35 000 $) viennent tous deux rappeler la constante maîtrise de la lumière démontrée par l’artiste.

• Trouvaille remarquable, Boats at Dock de Sybil Andrews a été acheté par son propriétaire actuel dans un magasin d’aubaines de la Colombie-Britannique. La rare toile a ainsi trouvé preneur pour 69,95 $, moins un rabais de 30 % réservé aux aînés. Dans le cadre de la vente automnale de la Maison, sa valeur est estimée entre 20 000 $ et 30 000 $.

• Les toiles importantes d’Emily Carr se font de plus en plus rares sur le marché. Spring Wave (évaluée entre 300 000 $ et 500 000 $), paysage de la période de maturité de l’artiste ayant un temps appartenu à son éditeur et By the Canal, Crécy-en-Brie (estimée entre 80 000 $ et 120 000 $), souvenir d’un voyage en France fait tôt dans la carrière de Carr, s’avèrent tous deux d’intéressantes occasions commerciales.

• Enfin, deux remarquables toiles d’artistes du groupe CoBrA sont au cœur de la présentation d’œuvres internationales par la Maison cette saison. Un vibrant tableau non titré de Karel Appel (dont l’évaluation va de 250 000 $ à 350 000 $) et Rifki florblomster, une toile abstraite d’Asger Jorn (évaluée entre 125 000 $ et 175 000 $) ne manqueront ainsi pas de susciter l’envie des amateurs du mouvement d’avant-garde européen. * Les deux séances de la vente en salle se tiendront le mercredi 21 novembre, au musée Design Exchange (parquet, 234, rue Bay, Toronto) :

.

16 h, HE — Art d’après-guerre et contemporain

19 h, HE — Art canadien, impressionniste et moderne

.

Pour de plus amples renseignements sur les expositions et la vente aux enchères en salle, ainsi que pour accéder aux catalogues en ligne, veuillez vous rendre sur www.heffel.com.
.
.
.
.
Calendrier de la vente en salle de l’automne 2018

Pour permettre aux acheteurs potentiels de partout au Canada d’admirer ces œuvres, la collection sera exposée dans quatre villes avant la vente en salle :

• Calgary : du vendredi 19 octobre au samedi 20 octobre, de 11 h à 18 h, au 888, 4e Avenue SW, bureau 609

• Vancouver : du samedi 27 octobre au mardi 30 octobre, de 11 h à 18 h, à la Galerie Heffel de Vancouver, au 2247, rue Granville

• Montréal : du jeudi 8 novembre au samedi 10 novembre, de 11 h à 18 h, à la Galerie Heffel de Montréal, au 1840, rue Sherbrooke Ouest

• Toronto : du samedi 17 novembre au mardi 20 novembre, de 10 h à 18 h, et le mercredi 21 novembre, de 10 h à midi, dans la salle d’exposition du musée Design Exchange, au 234, rue Bay


À propos de la Maison de vente aux enchères Heffel 

Heffel a vendu plus d’œuvres d’art canadiennes que tout autre encanteur à l’échelle mondiale, avec des ventes aux enchères d’œuvres d’art totalisant plus d’un demi-milliard de dollars depuis 1978. Avec des bureaux à Toronto, à Vancouver, à Montréal, à Ottawa et à Calgary, la Maison Heffel est forte de l’équipe de professionnels des beaux-arts la plus chevronnée au Canada et offre un service à la clientèle supérieur aux vendeurs et aux acheteurs du monde entier.

.

.

.

.

https://www.boucheretlecland.com/bougies.
..