Pia Rondé & Fabien Saleil – Œil Sauvage / Galerie Valeria Cetraro (FR)

.
Galerie Valeria Cetraro Pia Rondé & Fabien Saleil, Plasma, 2018
Verre, oxydes, acier 120 cm x 80 cm. Unique
.
.
.
.
.
.

.

.

Du 13 octobre
au 17 novembre 2018 
.
Vernissage
13.10.18
.
.
.
.
.

Au sein de l’exposition Œil Sauvage à la Galerie Valeria Cetraro, Pia Rondé et Fabien Saleil, présentent un ensemble de pièces conçues dans la continuité de leurs dernières expositions personnelles « Cité Fantôme » (Drawing Lab Paris, 2017) et « Topophilie des cendres » (Palais de Tokyo hors les murs, Rencontres photographiques d’Arles, 2018). Dans Œil Sauvage la coexistence de la photographie, du dessin et de la sculpture caractérisent encore une fois, et plus que jamais, le travail des deux artistes. Mais pour la première fois, la couleur apparaît dans les plaques de verre sur lesquelles Pia Rondé et Fabien Saleil tracent des géométries à l’argenture de miroir. Le verre a été teinté dans la masse, donnant lieu à un rouge diaphane. Sur ces grandes nappes colorées surgissent leurs « sacrifices », des os incinérés par la fusion du verre : petits crânes d’oiseaux hybrides, fantômes de verre et concrescence. La géométrie des plaques est habitée par le reflet de l’espace dans l’argenture de miroir, qui par un jeu de ricochet englobe la salle d’exposition ainsi que la grande sculpture en pâte de verre qui se trouve en position centrale, une sorte de colonne aux formes organiques, s’élançant du sol jusqu’au plafond. La photographie réapparaît dans la série des Images tranchantes (2018) , où strates après strate, des apparitions de créatures et de territoires difficilement identifiables interagissent avec les dessins sur verre et sur zinc.

Le travail du duo d’artistes Pia Rondé & Fabien Saleil, se situe au croisement du dessin, de la gravure, de la photographie, de la sculpture et de l’installation.

Leurs œuvres prennent vie suivant un enchainement de créations successives qui dérivent les unes des autres, par l’articulation renouvelée entre plusieurs techniques, supports et médiums. Ces recherches tendent vers une spatialisation des images (soit-elles dessinées gravées ou photographiées), exploitant leur plasticité, repoussant les limites mêmes des médiums employés. Qu’il s’agisse de sculpture, de dessin, ou de photographie, les œuvres sont toujours générées par un regard qui embrasse simultanément l’image, la matière et l’espace.

Leurs installations sont à aborder à la fois physiquement et mentalement, elles se traversent tels de récits, des intriquassions narratives où se rencontrent les notions de mémoire, de sacrifice, de rituel. Leur travail s’appuie sur l’observation de la nature, sa confrontation aux occupations humaines culturelles, voir cultuelles. Les artistes opèrent des extractions symboliques du vivant afin de les associer à une rigueur constructive et géométrique. Cette référence à la géométrie, à l’espace mathématique de la grille, a pour but de tenir ensemble les formes du visible et de l’invisible, dans une suspension paralogique. Cela caractérise non seulement les installations, mais aussi les assemblages photographiques et les dessins sur zinc ou sur verre, là où le minéral, le végétal et l’animal coexistent au sein d’un paysage où les découpes géométriques et architecturales sont chargées d’une puissance organique.

.

.

 

.
.

Pia Rondé (née en 1986 à Grasse) et Fabien Saleil (né en 1983 à Ségur) vivent et travaillent à Noisy-le-Sec. Entre 2014 et 2015 ils participent aux expositions collectives « Au-delà de l’image » à la Galerie Valeria Cetraro (anciennement Galerie Escougnou-Cetraro, Paris), « La légende des origines » à la galerie Maubert (Paris), « Distances» à la Galerie LATO (Prato, Italie).

En 2015 ils présentent leur exposition personnelle « Plongement » à l’espace Short de Nantes. La même année, ils obtiennent la bourse de soutien pour une recherche artistique et l’aide à la première exposition personnelle du CNAP.* En mars 2016 a eu lieu leur exposition personnelle « La campagne est noire de soleil » à la Galerie Valeria Cetraro (anciennement Galerie Escougnou-Cetraro, Paris), avec le commissariat de Léa Bismuth. Parmi les exposition collectives en 2017, « La confrérie du bois» au centre d’art RURART, Rouillé, «Face à l’aura » au centre d’art Image/ Imatge d’Orthez et « Intériorités », au centre d’art Labanque de Béthune.

Leur projet d’exposition personnelle « Cité Fantôme » (commissariat de Léa Bismuth) a été sélectionné par le Centre d’art Drawing Lab où il a été exposé d’octobre 2017 à janvier 2018. En juillet 2018 le Palais de Tokyo leur consacre une exposition personnelle ‘hors les murs’ dans le cadre des Rencontres d’Arles (commissariat de Daria de Beauvais) qui sera suivie d’une autre exposition personnelle à l’espace Silicone de Bordeaux et d’une deuxième exposition personnelle à la Galerie Valeria Cetraro en octobre 2018.

Les œuvres de Pia Rondé et Fabien Saleil font partie de plusieurs collections privées, leur livre d’artiste Ruines du Soleil a été acquis par la Bibliothèque Kandinsky (Centre Georges Pompidou), le Frac Île-de-France et la Bibliothèque de l’ESADHaR.

.

.

 

.
.

Galerie Valeria Cetraro

chez Galerie Thomas Bernard – Cortex Athletico

13, rue des Arquebusiers 75003 Paris
.
.

.

.

.

https://www.boucheretlecland.com/bougies
 .
.