Cramponnez-vous au radiateur : L’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne fête ses 40 ans ! par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

.

.

.

.

.

L’institut d’Art contemporain de Villeurbanne est le seul Institut de France en la matière , parce qu’il est équipé d’un « laboratoire espace cerveau », qui en fait sa notoriété mondiale et la fierté de cette ville ouvrière.

L’IAC fête donc ses 40 ans ! Sonnez hautbois, résonnez musettes ! Faites péter le champomi ! Dégainez les gobelets en plastique, y aura le maire et les Présidents de Région et de DRAC avec leurs épouses!

Avant l’IAC, il y avait le « Nouveau Musée » , école désaffectée de la rue du Docteur Dollard : une structure née de l’amicale complicité entre Jean-Louis Maubant, un activiste local de l’AC, et Charles Hernu, maire de Villeurbanne, et à qui l’on doit aussi , lorsqu’il était ministre des Armées, la célèbre performance aquatique déjà très avant-gardiste , appelée « Rainbow-Warrior ». Le « Nouveau Musée » ne tarda pas à devenir une grosse patate chaude financière et juridique avec gros avertissement de la Cour des Comptes, … Alors le problème de sauver le soldat Maubant, fut résolu illico presto en intégrant le gros paquet d’embrouilles explosives dans une structure plus large et capitonnée , englobant aussi le FRAC, et que l’on a appelé « Institut »…

Il est dit dans le communiqué de presse dont je vous joins le lien, que : « l’IAC réaffirme aujourd’hui plus que jamais, sa dimension originelle de laboratoire, aux côtés des artistes et des chercheurs en tous genres…Car Les bouleversements que marque l’ère Anthropocène poussent l’homme à devoir imaginer le monde autrement, à commencer par dépasser une vision anthropocentrée. Prendre acte de sa part relative dans la chaine du vivant et recomposer un monde de coexistence avec tous les êtres du cosmos constitue l’étape initiale vers un monde cosmomorphe »…T’entend ça Ginette ?.

En vedette pour cette expo plus cosmomorphe qu’anthropocentrée donc, l’exquise Katinka Bock, post-diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon en 2005, qui explore pour l’occasion et avec l’œuvre chauffante ci-dessous, « les multiples variations les notions de flux, de matière …et les forces physiques dynamiques, qui manifestent par leur matière même, une porosité aux variations de l’atmosphère propice à des fluctuations incontrolées »…

.

.

.

.

 

.
..

.

.

.

 

Visite gratuite
.
.
.
.
.
.
.

.

.

.

 

.
 Boutique en ligne 
.
.