Art contemporain et auto-cannibalisme par Nicole Esterolle (Billet d’humeur)

http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.ca/2018/05/quand-lart-devient-cannibal.html#more

.

.

.

.

.

 

Art contemporain

.

et auto-cannibalisme 

.

par Nicole Esterolle

.

Riga capitale de la Lettonie, où le taux de pauvreté est record et ou le tourisme sexuel fleurit, développe aussi le tourisme « art contemporain » , où là aussi on va atteindre un sommet dans l’horrible.

Dans un musée huppé de la ville, un artiste vient de faire une performance qui consiste, comme vous le voyez sur la photo, à prélever un bout de chair dans le dos de deux personnes, à le faire frire et à leur faire manger …sous les applaudissements de l’intelligentia friquée lettonnienne…Dépassés les boudins de sang humain du fameux et exquis Journiac qui a une salle dédiée à sa mémoire à l’école des Beaux-arts de Nancy….Il paraît que le Palais de Tokyo a programmé l’artiste letton,pour ces prochains mois, et que c’est Jean de Loisy lui-même, directeur du lieu, avec son pote Blistène, directeur au Centre Pompidou, qui vont se bouffer un petit bout d’eux-mêmes… On regrettera qu’ils ne s’autodévorent pas en entier…

N.B. : C’est le juridique qui devrait s’occuper de ça (et non la critique d’art ), car en droit français, l’article 16-1 du Code civil prévoit l’inviolabilité et l’indisponibilité du corps humain. Ces dispositions étant d’ordre public, la question du consentement n’entre donc pas en compte, elles sont obligatoires pour tous les citoyens… Ce canibalisme, s’il n’était pas art contemporain, serait donc condamné juridiquement…Et c’est ainsi que quantité d’œuvres, actions et performances »art contemporain » particulièrement abjectes, bénéficient d’une sorte de dérogation juridique en tant qu’objet culturel et pour raison artistique d’Etat.

 

.

.

.

 

.
..

.

.

.

.

.

.

 

https://www.boucheretlecland.com/bougies