KLASSE LIEBSCHER – « Comment ai-je pu me perdre ? » / Goethe-Institut Paris (FR)

 © Laura Brichta – Die Zeit vertreiben – 2016 40x60cm – CPrint auf AluDibond
.
.
 
 .
 .

.

13 avril – 10 juin 2018
.

.

Vernissage

12.04.18 
à 19 h

.

.

 

La photographie allemande ne vit pas seulement de l’excellente réputation de ses grands représentants, elle est également et largement portée par la dynamique et la volonté absolue d’innovation de jeunes talents. Depuis quelques années, le Goethe-Institut de Paris en coopération avec de grandes écoles et académies choisies porte son regard sur la jeune scène artistique montante et présente des tendances actuelles de la photographie allemande contemporaine. Dans le cadre du cycle interdisciplinaire FOKUS FRANKUS, nous montrons, en collaboration avec la Hochschule für Gestaltung (École supérieure de design) d’Offenbach et la Deutsche Börse Photography Foundation, les travaux de douze étudiants travaillant sur le rapport entre l’espace architectural et l’espace plastique.

Artistes participants : Janine Bächle, Laura Brichta, Urs Tilman Daun, Annika Grabold, Dennis Haustein, Nikolaus Kockel, Felicitas von Lutzau, Paul Pape, Malte Sänger, Robert Schittko, Jochen Stierberger, Rudi Weissbeck

Commissaires d’exposition : Anne-Marie Beckmann, Martin Liebsche

Se perdre, se fourvoyer et désespérer sont des états désagréables non seulement durant les études. Pourtant, dans le processus de création artistique, il est important de trouver les repères qui constitueront le point de départ pour une formulation précise de ses propres positions. Ce n’est qu’en luttant, en échouant et en bataillant contre l’art que l’on parviendra à d’autres formes d’expression. Un processus que documentent les travaux des 12 étudiants appartenant à la master class Martin Liebscher de la Hochschule für Gestaltung d’Offenbach et présentés dans l’exposition « Comment ai-je pu me perdre ? ». Ces travaux qui interrogent l’espace et la localisation à l’aide de la photographie résultent d’une recherche intensive et approfondie de la quête d’images qui accompagne les jeunes artistes au long de leurs études. Abandonner les règles établies et le conformisme académique leur permet de développer leur propre langage plastique.

La Deutsche Börse Photography Foundation est une fondation à but non lucratif siégeant à Francfort-sur-le-Main, qui a pour principales activités de collectionner, d’exposer et de promouvoir de la photographie contemporaine. En 1999, le groupe Deutsche Börse a entrepris une collection de photographie contemporaine. Élargir la « Art Collection Deutsche Börse » qui compte actuellement plus de 1 700 travaux de plus de 10 artistes internationaux constitue l’une des missions centrales de la fondation. Sa collection et son programme varié d’expositions sont accessibles au public. En collaboration avec la Photographers‘Gallery de Londres, la fondation attribue chaque année le renommé « Deutscher Börse Photography Foundation Prize ». La promotion de jeunes artistes fait partie des objectifs majeurs de la fondation. Dans ce cadre, elle accorde des récompenses, des bourses, organise des expositions et coopère, par exemple, avec des programmes d’aide aux artistes tels que Foam Talents ou la Frankfurter Küntslerhilfe. La fondation soutient également des projets d’exposition de musées et d’institutions sur le plan international ainsi que le développement de plateformes d’échanges scientifiques sur ce média.

Anne-Marie Beckmann est historienne de l’art et conservatrice de la Collection Deutsche Börse, collection internationale de photographie contemporaine. Elle est directrice de la Deutsche Börse Photography Foundation et enseigne la photographie à la Hochschule für Gestaltung d’Offenbach.

La Hochschule für Gestaltung (École supérieure de design) d’Offenbach est l’école supérieure d’art de la Hesse. Sa tradition remonte à 1832 quand elle fut fondée comme école d’artisanat. Devenue un peu plus tard école des arts et métiers où l’on enseignait, à la fois, des matières artisanales, artistiques et théoriques, elle acquiert un niveau universitaire en 1970. En s’inspirant des modèles de formation et de recherche du Bauhaus et de l’École supérieure de design d’Ulm, la HfG d’Offenbach se tourne alors vers l’avenir et laisse une large place à l’accompagnement individuel et au mentorat : l’art, les médias et le design y sont enseignés en modules aboutissant à un diplôme. Le cursus sur dix semestres est possible dans deux domaines : art (avec quatre spécialités : design de communication, art plastique, scénographie et costumes) et design – le tout complété par une large offre théorique dans les deux domaines. D’autre part, les diplômés de la section art, design, médias ou des sciences s’y rapportant ont la possibilité de passer un doctorat.

Martin Liebscher est artiste et occupe depuis 2008 une chaire professorale à la Hochschule für Gestaltung d’Offenbach. Il vit à Berlin et Offenbach.

 

.
.
.
.

Goethe-Institut Paris

17 avenue d’Iéna

75116 Paris

Frankreich

Tel.: +33 1 44439230