HOM NGUYEN. Sous la démesure, la fragilité de l’âme…Par Hervé N’GOM (Billet d’humeur)

 .

.

 .

.

.

HOM NGUYEN. Sous la démesure, la fragilité de l’âme…  

Par Hervé N’GOM

.

Hom Nguyen est un artiste plasticien talentueux et touchant. Ce franco-vietnamien, peintre, autodidacte s’est, en quelques années, imposé sur la scène artistique française et internationale. Il faut dire que son style unique, à base de crayonné, de fusain, d’huile et de gouache ne laisse personne insensible. Il se passe toujours quelque chose lorsque que vous êtes confronté à une œuvre de Hom Nguyen. Ses peintures qu’elles soient immenses ou non, vous interpellent et ne vous laissent en aucun cas indifférent.

Emotions profondes, force brute, énergie pure …Par sa beauté visuelle et sa sensibilité artistique, son profond marquage inconscient vers la patrie mère, colorée ou monochrome ses peintures vont droit au cœur. Le trait de Hom Nguyen est une ligne de vie. Jaillissement, force, puissance et… fragilité. II approche, avec violence, ce qui traverse un être. Il suspend la fulgurance.

Le mouvement de Hom Nguyen s’attache à la figure humaine. Certaines séries de l’artiste se caractérisent par des visages incomplets voir des masques. Parfois c’est la bouche qui est absente. Et alors l’absence devient omniprésente ! L’artiste de par ses origines, nous rappelle ce chemin que chaque migrant emprunte, fuyant les horreurs de la guerre ou la misère économique, en quête d’une vie meilleure. Souvent les migrants ne parlent pas la langue du pays dans lequel ils arrivent. La communication se fait uniquement par le regard, tellement intense, qui devient l’Inner Cry , le cris de l’intérieur. Dans cette société ou chacun joue son rôle, ou chacun est dans une représentation permanente, Hom Nguyen fait tomber le masque.

.

.

.

.

 

.

L’énergie de Hom est irrésistible, elle vous emporte et vous touche. Peintre de l’expérience de l’être au monde, il nous indique un chemin, celui auquel est condamné tout Homme. Avec lui, il n’y a plus d’échappatoire car il nous intime à la confrontation avec notre propre immensité. Hom nous appelle dans son univers, nous prend et ne nous lâche pas. C’est que l’humanité est là, devant nous, dans toute son étendue. La matière picturale, ses visages et la fulgurance du trait nous donnent à voir des hommes, des femmes, des enfants. À l’instinct, Hom nous convie au spectacle de nos vies entre peur de l’affrontement et pourtant nécessité de s’y résoudre. Paysagiste de l’humanité, la beauté violente de ses toiles nous astreint à l’exigence vitale. Fuir n’est plus possible.

Avec le dripping, Jackson Pollock projetait spontanément ses émotions sur la toile. Le crayonné instinctif et fulgurant de Hom Nguyen transpose sa résilience, sa rage de vivre. Son œuvre est un parcours initiatique. A la recherche de ses origines, l’artiste s’interroge, il nous interpelle. « La chance n’existe pas ! », Mais la résilience est là, présente dans tous ses portraits, au détour d’un regard, d’un sourire, d’un simple trait. C’est cette résilience qui a permit à l’enfant, ayant pour seule famille une maman paraplégique prisonnière toute sa vie de son infirmité, de devenir le peintre qu’il est aujourd’hui.

.

.

.

Hervé N’GOM

.
.
.
.
.
.

 

.
.
https://www.boucheretlecland.com/bougies
.
.