Ces grands malades qui gouvernent l’art en France par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

.

.

.

Ces grands malades qui gouvernent l’art en France

par Nicole Esterolle

.

.

Voici, jointe, une récente séance de décervelage processualo-discursif dans un lieu annexe au FRAC de Dunkerque. Vous y voyez à l’extrême-gauche ce qui ressemble à un professeur, expliquant l’œuvre conceptualo-bidulaire qui est au sol sur tissu bleu, à une quinzaine de ses élèves et adeptes futurs profs, augmentée de quelques pigistes d’art locaux et de post-diplômés émergents en recherche d’insertion dans les réseaux. Cette œuvre est peut-être celle du prof lui-même (le prof d’art étant souvent simultanément artiste, critique et curator), car ce cas d’autocélébration est fréquent dans ce milieu où la poly-incompétence, le mélange des genres, les conflits d’intérêts, la redondance, l’autoreproduction consanguine d’une pensée et d’un discours artistiques de plus en plus délirants et psychopathos, est la règle imposée pour bénéficier de l’onction ministérielle et des bienfaits thérapeutiques de la perfusion d’argent public..

.

.

.

.

 

Plus d’infos sur la psychopathologie
« art contemporain » :
.

.

.

.

.

.

.
https://www.boucheretlecland.com/
.
.
.