Les parpaings du Transpalette par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

.

.

.

.

Les parpaings du

Transpalette 

 

par Nicole Esterolle

 

Pour l’art contemporain officiel en région Centre-Val de Loire, le parpaing reste un matériau de prédilection.

Il faut dire en effet que sa lourdeur et sa compacité savent compenser l’absence de contenu des œuvres réalisées avec… Ainsi cette œuvre intitulée « home is past » qui a été conçue par l’architecte Saba Innab, au cours de sa résidence d’un mois à la Box, dans le cadre de la première biennale d’architecture d’Orléans, en partenariat avec le FRAC , l’Ecole des Beaux-Arts et le centre d’art contemporain Transpalette, est-elle un modèle du genre.

.

.

.

.

Et voici ce qu’en dit radicalement le communiqué de presse :« Elevée à partir d’un élément de maçonnerie standard, cette sculpture détourne le parpaing de sa fonction première et s’affirme comme un anti-monument.(…) A travers ce geste , Saba Innab réinvestit la nature éphémère et nomade de l’ancienne architecture, pour élaborer un paysage pluriel, à la fois minéral et immobile, paisible et ludique, qui s’offre au public et à toutes les réappropriations ».…

.

.

.
.

Vous trouverez ci-joint quelques images de l’œuvre et de son vernissage, en présence de l’artiste, des directeurs des différents structures concernées, du Conseiller Régional au Affres Culturelles ( probablement) et de cinq ou six autres personnes d’origine indéterminée.( les taggeurs n’ont pas été invités)

Plus d’infos sur l’art dit contemporain : http://www.schtroumpf-emergent.com

.

.

.

.

.

 

.
.
.
.