Colorimètre par Rafael Lozano-Hemmer / MAISON MANUVIE (CA)

  Photo : Christine Bourgier

.

.

.

.

MAISON MANUVIE | ŒUVRE D’ART ET ARTISTE

COLORIMÈTRE : ŒUVRE D’ART

À MAISON MANUVIE 

.

L’œuvre interactive, Colorimètre transforme l’atrium de Maison Manuvie. Le mur principal du hall sera recouvert de plus de 500 panneaux lumineux, disposés en trame. Ces panneaux lumineux, développés par SACO Technologies, produiront un éventail de couleurs en perpétuel changement. Les cellules colorées seront activées par les couleurs captées par une caméra dans le grand hall d’entrée de l’édifice et ses environs.

Ces cellules rappellent les palettes numériques des logiciels de dessin, les modèles de calibrage du matériel audiovisuel et les échantillons de couleurs Pantone pour l’impression. Chaque cellule est une boîte lumineuse numérique sur mesure de 30 cm sur 60 cm (1 pi x 2 pi), et contient 54 ampoules DEL haute intensité, soit un total de 30 294 ampoules réglables. L’œuvre interactive est composée de bandes de multiples couleurs évoquant l’hyperpixelisation des images en basse résolution.

Une caméra miniature, munie d’un système informatisé de suivi des couleurs, balaie et scrute lentement le hall pour s’arrêter sur les couleurs les plus saturées. Les images captées en temps réel sont transformées et réinterprétées pour faire ressortir la couleur en mouvement. L’œuvre n’agit pas comme un miroir, mais vient plutôt sublimer les couleurs spécifiques; par exemple, si quelqu’un porte une écharpe rouge, la caméra s’y attardera pour en extraire les couleurs à amplifier.

.

.

Photo: Stéphan Poulin

.

Il n’y a pas d’atteinte à la vie privée, car la faible résolution de l’œuvre est aux limites de l’abstraction – l’anonymat est parfaitement préservé par l’absence de détail.

L’utilisation de la couleur pure, dans Colorimètre, pour ses propriétés visuelles et structurantes est évidemment bien ancrée dans une longue tradition moderniste et contemporaine de la couleur en arts visuels. À cet effet, il n’y a nul doute que cette pièce fait écho à la murale de Jean-Paul Mousseau, Lumière et mouvement dans la couleur (1961-1962) située dans le hall d’entrée du siège social d’Hydro-Québec. Symbole du progrès technologique et symbolique d’une société qui reconnait l’apport de la modernité artistique au patrimoine culturel québécois.

.
.

.

.

Artiste d’origine mexicaine reconnu pour ses installations relationnelles, ses vidéos et ses photographies, Rafael Lozano-Hemmer vit à Montréal depuis plus d’une quinzaine d’années. Ses interventions urbaines, en lien avec l’art de la performance, lui ont valu une reconnaissance internationale.

La lumière est un élément fondamental des installations de Lozano-Hemmer. Grâce à elle, il explore les thèmes de l’absence et de la présence et étudie les enjeux rattachés au phénomène de la caméra de surveillance. L’artiste expose l’humilité et la petitesse de l’humain face à l’immensité, la grandeur, la démesure en réajustant les proportions pour redonner à l’humain une place centrale. Selon l’artiste, il fait de l’anti-monument puisque ses interventions dans le tissu urbain ne sont pas rattachées au site et à la nature des monuments qu’il utilise comme toile de fond, mais bel et bien, aux comportements qui émanent entre les individus qui participent à ses œuvres.

L’artiste travaille avec les nouvelles technologies puisqu’elles sont, selon lui, le langage même de la globalisation. Proche de l’art de la performance par son mode coopératif, les installations de Lozano-Hemmer sont des complexes projets technologiques qui engagent la participation de plusieurs intervenants du domaine des arts et de l’informatique. Il met le spectateur au premier plan, au cœur même de ses projets – le succès de l’œuvre dépend de la participation et de l’interaction du spectateur avec la pièce.

Les œuvres de Rafael Lozano-Hemmer font partie de plus d’une quarantaine de collections permanentes dont celles du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des Beaux-Arts de Montréal, du Musée d’art moderne de New York, du Musée Guggenheim de New York, de la TATE Collection de Londres, de la collection Jumex de Mexico et de la Fondation Daros à Zurich. Il a représenté le Mexique à la Biennale de Venise en 2007. Ses œuvres ont été présentées dans une vingtaine de biennales, l’Art Basel Unlimited (Suisse), Biennale de Sydney (Australie), la Biennale de Liverpool (Angleterre), la Biennale de Shanghai (Chine) et la Biennale d’Istanbul (Turquie). Parmi les nombreux prix ou distinctions accumulés au fil de sa carrière: Compagnon des Arts et des Lettres du Québec, Conseil des Arts et des Lettres du Québec 2016, Prix du gouverneur général du Canada en art médiatique, deux fois le prix BAFTA (British Academy Awards for Interactive Art in London) et prix du Bauhaus à Dessau, Allemagne.

.

À PROPOS DE MAISON MANUVIE

Maison Manuvie offre un tout nouveau standard en matière d’immeuble de bureaux à Montréal. Réalisé en partenariat entre Ivanhoé Cambridge et Manuvie, cet immeuble de 27 étages de catégorie AAA offre un environnement de travail d’une flexibilité et d’une efficacité d’aménagement optimales, une luminosité maximale, et une offre de services supérieure incluant l’opportunité d’aménagements ouverts et collaboratifs.

Le 8e étage de Maison Manuvie comporte un lounge tout à fait unique avec terrasse extérieure où les occupants de l’immeuble peuvent se détendre et socialiser, ainsi que plusieurs salles de réunion polyvalentes à la fine pointe de la technologie. Les locataires bénéficient également de vues spectaculaires sur Montréal, d’espaces commerciaux, en plus d’une salle pour les vélos avec casiers et douches à proximité, ainsi qu’un accès protégé au Montréal souterrain et à deux stations de métro souterraines. 

 

.
.
.
MAISON MANUVIE
 900, boulevard de Maisonneuve Ouest,
Montréal, QC
 H3A 0A8
.
.
.
.