Quand le pastis Ricard rend fou par Nicole Esterolle (billet d’humeur)

.

.

.

Quand le pastis Ricard rend fou
par Nicole Esterolle
.
Les « bons sentiments » du 19e prix Ricard 2017
.
(à consommer avec modération)
.
.
.
.
.
.
.

Le quotidien Libération, toujours à la pointe du combat pour la contemporanéité financiaro-bureaucratique de l’art, consacre une demie page de son édition du 4 septembre, au nominés du Prix Ricard 2017, avec un texte du pétillant jeune chroniqueur d’art Judikaël Lavrador, une des valeurs montantes de la critique gaucho-duchampiste française. Sous le titre « les bons sentiments » les artistes nominés présentent : « un ensemble d’œuvres pouvant témoigner avec générosité des engagements et des singularités constituantes de leur travail. Sous l’effet d’un titre à la résonance ambivalente, Les Bons Sentiments partage des positionnements artistiques à la fois conscients du monde dans lequel ils opèrent et osant la célébration. », nous précise Gwenaelle Dufermoir de Montsac, la jeune curatrice sélectionneuse, d’origine armoricaine et par ailleurs ex-directrice du centre d’art brestois « la Hurlée » qui vient de fermer après une invasion d’algues vertes installées par un performeur local éleveur de porcs.

.

.

.

.

 
.
.
Achat
.
(ici)

.

.

Je vous place ci-dessous quelques images d’œuvres des nominés. (La composition avec douze petits pois colorés de pâte à modeler de Deborah Bowmann est à vendre pour 2000 € sur le site de l’artiste.)

On ne dénoncera jamais assez la dangerosité, en termes de santé mentale, de ce breuvage populaire quand il est consommé par l’élite artistico-culturelle française.

.

.

.

.

 

 

..
.
https://www.boucheretlecland.com/shop

.

.