MASSINISSA SELMANI – Les Choses que vous faites m’entourent / Galerie Anne-Sarah Bénichou (FR)

.
Promesse #1, 2017, graphite et mines couleur sur papier, 65 x 100 cm (détail)
.
.
.
.
.
.

MASSINISSA

SELMANI 
 .
.
.
Les Choses que vous faites m’entourent 
Du 02 septembre au 22 octobre 2017 
 .
.
.
Vernissage
02.09.17
de 15h à 20h
.
.
.
.

Pour sa première exposition personnelle à la Galerie Anne-Sarah Bénichou, Massinissa Selmani, dont le travail a été salué par une mention spéciale du Jury à la Biennale de Venise en 2015, développe une proposition dans laquelle il poursuit l’exploration des thématiques qui lui sont chères. Par la mise en scène du dessin au crayon, avec subtilité, humour et délicatesse, il détourne notre perception de l’image : relecture des coupures de presse, importance de l’architecture comme élément de pouvoir, absurdité des comportements et des situations humaines sont autant d’éléments clés qui se donnent à voir dans son travail où la pratique du dessin se présente comme une forme documentaire.

 

« C’est en dessinant que Massinissa Selmani parvient à saisir avec précision la chose absente. L’artiste est d’ailleurs intarissable à ce sujet : « le dessin, c’est léger, sans artifices, direct, bavard, mais c’est aussi une mise à distance.»

Chez Massinissa Selmani les faits ne se livrent pas, de manière linéaire, comme une totalité homogène ou un flux continu. Il propose une vision mentale, recomposition d’un monde, certes plus rêvée que décrite, mais qui existe par la confrontation ou la juxtaposition d’éléments réels. En prélevant des fragments photographiques plutôt qu’une scène complète, en occultant systématiquement le contexte, Massinissa Selmani désamorce la violence pour mieux laisser sourdre l’absurdité. […] Il tente de décrire notre société depuis un ailleurs, lui donnant une lucidité nouvelle. Il semble reprendre pour sienne l’affirmation de William S. Burroughs : « je ne prétends imposer ni histoire ni intrigue ni scénario ».

Massinissa Selmani part d’une sélection d’images de presse puis passe à l’étude des détails, exercice qui lui permet de recomposer le tout. Le détail est en réalité au cœur de son esthétique. Il joue un rôle matriciel. Il renvoie métonymiquement à un tout plus vaste tout en cherchant à faire affleurer un nouveau sens. Certains éléments, si petits soient-ils, semblent contenir, tout un monde, latent et en sursis. Cette puissance d’évocation tient à son pouvoir de condensation : souvenir personnel et référence historique, futur et passé, émerveillement et pressentiment de la catastrophe sont étroitement mêlés. Le détail lui permet d’ouvrir une brèche temporelle, qui échappe aux contraintes chronologiques de la narration. Massinissa Selmani peut ainsi échapper à l’emprise du temps en organisant ses compositions autour de détails récurrents qui sont autant de motifs structurants.

Ce processus d’exploration pousse ces dessins à la dérive, vers de nouveaux horizons. Vérité factuelle et recréation imaginaire ne s’opposent d’ailleurs nullement chez lui, à l’image de sa capacité à faire naître des images translucides. Loin d’être figé, opaque et replié sur lui-même, le monde selon Massinissa Selmani est comparable à un objet en verre qui est transfiguré et révélé par l’imagination. »

Extraits du texte de Mouna Mekouar écrit à l’occasion de l’exposition

.

Massinissa Selmani 

Massinissa Selmani est né en 1980 à Alger. Il vit et travaille à Tours. Après des études en informatique en Algérie, il intègre l’École supérieure des beaux arts de Tours dont il sort diplômé en 2010. Présenté à la 56e Biennale de Venise (All the World’s Futures, commissariat d’Okwui Enwezor, 9 mai – 22 novembre 2015), Massinissa Selmani a reçu une mention spéciale du Jury. En 2016, il a été le dixième lauréat du prix Art [ ] Collector, Paris. Il a été exposé récemment au CCC de Tours, à la première triennale de Vendôme, à la Biennale de Dakar et à la Biennale de Lyon (La vie Moderne, commissariat de Ralph Rugoff, 10 septembre 2015 – 3 janvier 2016). Les œuvres de Massinissa Selmani révèlent l’ambiguïté des signes en poussant leur juxtaposition jusqu’à provoquer une situation absurde et bien sûr éloquente. La démarche de Massinissa Selmani a comme fil conducteur les multiples expérimentations qu’offre le dessin. Les sujets de ses oeuvres trouvent souvent leur origine dans les actualités politiques et sociales et les coupures de presse. Les images qu’elles contiennent, ayant subi des processus de sélection, de traitement, de cadrage et obéissant à des codes du documentaire, de l’archive et parfois de mise en scène et de narration, offrent un champ d’expérimentation permanent. A partir du mois de février 2018, une exposition personnelle lui sera consacrée au Palais de Tokyo ; commissariat Yoann Gourmel, en tant que lauréat du prix SAM.

.

.

L’exposition sera exceptionnellement fermée du 29 septembre au 3 octobre

.

.

.

. .

 

https://www.boucheretlecland.com/product-page/bougie-en-verre-baya-soie-v%C3%A9g%C3%A9tale-citron
24€
28 USD

.

.
.

.

Galerie Anne-Sarah Bénichou
45, rue chapon
75003 paris
+33 (0)1 44 93 91 48
.
.
.
.
.

Enregistrer