Le directeur du FRAC Limousin abhorre la peinture en général et celle de Christophe Vaydie par Nicole Estrolle (critique)

.

.

.

.

 

Le directeur du FRAC Limousin abhorre la peinture en général et celle de Christophe Vaydie en particulier (image jointe)

Par Nicole Esterolle

.

Christophe Vaydie est un artiste au cœur pur qui s’est imaginé un jour que sa peinture pouvait intéresser le directeur du FRAC local. Alors il a demandé à le voir…et oh miracle ! il a été reçu par lui…et a même eu droit à des tas de conseils gratuits pour que son art soit plus contemporain et digne de figurer dans le FRAC.

J’ai recueilli son évocation de la rencontre, qu’il avait mise sur facebook :

Christophe Vaydie : J’ai rencontré une fois ( et c’est déjà trop ) le directeur du frac de ma région ! Le type genre grisonnant cheveux mi-long, l’air cool, mais le regard grave . Il te présente l’art comme il doit être , car lui possède la connaissance , c’est un spécialiste !!

Mis à part le mépris total qu’il peut porter sur ma peinture et la peinture dans son ensemble ( absolument impossible et trop trop ringard déconnecté) , il me tient un discours totalement catégorique sur ce que ce doit d’être un artiste aujourd’hui et le type d’art qu’il doit produire …. c’est à dire du rien avec un long discours existentiel, et si possible morbide sur le monde et l’humanité qui nous entoure !!!

Et c’est ce genre de gravos, grassement payé par nos impôts , qui vient vous dire que ce que vous produisez est complètement has been et que rien ne pourra advenir de pauvre gens loin des réalités et de la conceptualité de l’art institutionnel . Et si,en plus tu ne fais pas partie du sérail, tu ne mérites même pas d’exister Donc , pour conclure : Je ne fous plus jamais les pieds dans quelque frac que ce soit !!! Et je vais très bien

Nicole Esterolle : dommage Christophe que tu n’aies pas enregistré le babillage de ce beau spécimen de blaireau culturel. Et ses éléments de langage, car c’est toujours désopilant, la niaiserie prétentieuse

Stéphane : effectivement ! Mais sur le coup tu aurais plus envie de lui distribuer des bourre pif, car discuter est impossible avec ce genre de type , qui n’a que mépris et arrogance dans sa bouche en cul de poule de culturocrate.

Georges Sauterre : et encore, vous pouvez vous estimer heureux d’avoir été reçu par ce Monsieur car ce n’est pas donné à tout le monde… Vous n’avez pas bien perçu l’honneur qu’il vous faisait en vous écoutant … Et je vous joins mon texte qui figurera dans mon prochain livre en septembre À quoi s’ activent les « conseillers artistiques régionaux » des DRAC?

Dans chacune des DRAC ( Directions Régionales des Affaires Culturelles), il y a un service Arts Plastiques avec deux ou trois préposés et leurs assistants. À ce niveau régional, ils sont dits « conseillers artistiques » et non « inspecteurs de la création artistique » comme on en trouve quelques-uns au Ministère. Au niveau régional, en effet, ils n’inspectent rien, ils ne voient rien, ils ne comprennent rien à l’art, car c’est cette incompétence qui les a qualifiés pour ce poste. On ne les rencontre donc jamais nulle part dans les vernissages d’expos ici ou là. Ils ne s’intéressent pas à ce qui se passe dans la région. Cela ne les concerne absolument pas. Alors que font-ils ? Quelle est l’utilité de leur fonction ? Difficile de répondre à cette question, puisqu’ils se planquent, ne recoivent personne hors de leur communauté et qu’aucune information sur le sujet ne semble accessible nulle-part pour le citoyen moyen. La rumeur dit qu’ils sont chargés de distribuer la subvention aux manifestations et aux artistes qui le méritent parce que respectant la norme et le langage de l’esthétique officielle conceptualo-posturale et sociétalo-questionnante.

La rumeur dit que cet argent public ne sort donc pas d’un réseau de type sectaire de copains « méritants », au détriment de 95% des artistes et acteurs de l’art de la région, exclus du soutien public. Hors de cette rumeur, on est dans l’opacité totale : rien sur le montant des sommes distribuées, rien sur les bénéficiaires, rien sur les instances d’évaluation, rien sur les critères d’expertise et d’attribution…

Rien ! Aucun compte à rendre à personne, circulez y a rien à voir, rien à savoir, rien à comprendre à ce qu’on tripatouille entre soi dans l’obscurité… On s’auto-congratule, on s’auto-condracule, on reste soudés pour partager le gâteau, et si vous n’êtes pas contents c’est pareil, puisque vous n’êtes que d’affreux réacs incultes et nauséabonds.

Alors oui, il faudrait bien sûr, que Françoise Nyssen entreprenne cet énorme chantier de nettoyer ces écuries d’Augias et de reconcevoir un mode de fonctionnement utile des DRAC et FRAC pour le développement de la création en régions et la reconnaissance de sa richesse et de sa diversité…Un autre fonctionnement que celui fondé sur le mélange des genres, la collusion, la corruption, le conflit d’intérêt et le détournement du service public.

.
.
.
.
.

.

nicole.esterolle@yahoo.fr 

.

www.schtroumpf-emergent.fr

.

.

.

.
.
.
.
.

.

Biographie de Nicole Esterolle
.
Nicole Esterolle. Artiste, critique d’art, galeriste ?
peu de gens connaissent l’identité réelle de la personne connue ou non,
qui se cache sous ce pseudonyme…
mais ses chroniques irrévérencieuses font fureur sur le web depuis trois ans.
.
.

Schtroumpf Emergent

.

Accroche cœur

16,00 CA$ – 11,71 €

.

.

Accroche cœur en taffetas rayé,

ruban velours noir, parfumé

VERVEINE ET CITRON

.

Achat

(ici)

.

.

http://boucheretlecland.weebly.com/