123 KLASSE GURSKY – Mois de la Photo du Grand Paris / Goethe-Institut Paris (FR)

.
Foto (Auschnitt): © Felix Beidenbrach

 .

.

.

EXPOSITION
.
123 KLASSE GURSKY
 .
.
 
13 AVRIL – 4 JUIN 2017
.
.
 
VERNISSAGE
12.04.17 
19h 
.
.
 
En présence des artistes
et d’Andreas Gursky
 .
.
.
.
.
.

L’évolution de la photographie contemporaine est largement liée à Düsseldorf. L’Académie des beaux-arts (Kunstakademie) de Düsseldorf est l’héritière d’une longue tradition photographique initiée par Bernd et Hilla Becher. À côté d’artistes comme Thomas Struth, Candida Höfer et Thomas Ruff, Andreas Gursky est certainement le représentant le plus connu de l’école de photographie de Düsseldorf. Professeur à l’Académie des beauxarts depuis 2010, il y enseigne l’art libre. Dans le cadre du Mois de la Photo, le Goethe-Institut de Paris présente l’exposition 123KLASSE GURSKY et les diverses positions des 18 étudiants que compte sa classe.

L’Académie des beaux-arts de Düsseldorf est organisée en masterclass dont l’orientation est essentiellement définie par le professeur. À son entrée en fonction, Andreas Gursky décida volontairement de donner à sa masterclass une orientation pluridisciplinaire. C’est ainsi qu’en ‘art libre, les étudiants expriment diverses positions artistiques. La qualité des travaux qu’ils ont réalisés en toute autonomie est discutée individuellement avec le professeur ainsi qu’au sein de colloques. Étant donné la proximité des lieux de travail des étudiants répartis dans trois grands ateliers, l’échange est permanent et dépasse même les travaux proprement dits. Les étudiants y trouvent confiance en eux-mêmes et en leur propre travail. Il s’y dégage alors un climat unique de travail productif favorisant les influences réciproques, ce à quoi contribue éminemment Andreas Gursky.

L’exposition 123 KLASSE GURSKY présente les différentes positions des 18 étudiants de la classe Gursky. Cependant, l’important n’est pas l’étiquette « élève de Gursky », mais la diversité des sujets développés et les différentes utilisations des médias et modes de représentation.

 .

.

.

 .

.

Avec des œuvres de :
 .

.

Felix Breidenbach,Raphael Brunk,
Peter Causemann,Rike Dröscher,
Alexander Föllenz,Isabella Fürnkas,
Lukas Heerich,Paul Hempt,
Jens Kothe,Tim Löhde,
Philippe Nilles,Alexander Romey,
Hedda Schattanik,Berit Schneidereit,
Peter Schlegel,Katharina Stadler,
Lucia Sotnikova et Georg Veith
.
.
.

Felix Breidenbach, né en 1986 à Langen près de Francfort, étudie l’art libre depuis 2014 à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf dans la classe d’Andreas Gursky. Dans son travail, il transgresse volontairement les limites de l’architecture et du design. Nature et culture y tiennent un rôle central.

Raphael Brunk est né en 1987, il vit et travaille à Düsseldorf. Utilisant une technologie tout spécialement développée pour lui, il recherche, dans son travail, une nouvelle forme de photographie de paysage et d’architecture dans l’espace virtuel. À côté de reproductions, il produit aussi d’autres travaux – dont certains totalement abstraits – basés sur le même processus de création informatique – seules les données sont mélangées de façon à obtenir un nouvel état photographique.

Peter Vincent Causemann, né en 1982 à Bergisch Gladbach, vit et travaille à Düsseldorf. Ses médias sont la photographie ainsi que la sculpture et la vidéo numériques et analogiques. Outre l’étude de la forme, de la couleur et de leur signification psychologique et socioculturelle concrète, son travail aborde des thèmes tels qu’identité, héraldique, tribalisme, publicité, archaïsme, violence et ce, de manière sensuelle, facile et humoristique.

Rike Dröscher est née en 1990 à Stuttgart, elle vit et travaille à Düsseldorf. Dans son travail artistique, elle étudie principalement le textile et se consacre en particulier au rapport étroit avec le corps et à la grande tactilité de la matière.

Alexander Föllenz, né en 1986 à Düsseldorf où il vit et travaille. Après avoir suivi la classe de Lucy McKenzie à Düsseldorf, il devient élève d’Andreas Gursky en 2012. Boursier de la Cusanuswerk depuis 2011, il a reçu une bourse d’étude pour la sculpture de l’Académie des beauxarts de Düsseldorf en 2013.

Isabella Fürnkäs est née à Tokyo en 1988 et étudie l’art libre avec Andreas Gursky et Keren Cytter à Düsseldorf depuis 2011. Depuis 2015, elle suit les cours de Hito Steyerl en qualité d’étudiante-hôte à l’Université des arts (Universität der Künste) de Berlin. Dans son travail, cette multiple boursière utilise les médias les plus divers tels que le dessin et la vidéo qu’elle combine en installations et performances.

Lukas Heerich, né à Düsseldorf en 1989, vit et travaille à Paris. Son travail se penche sur diverses conceptions de l’idée de protection. En particulier, sur l’action et le moyen de protection lui-même : les couches qui assurent cette protection ainsi que leurs motifs et structures, comme les peaux qui protègent le corps fragile. Celles-ci sont le lieu de la relation précaire entre force et faiblesse, mais aussi entre violence et vulnérabilité.

Paul Hempt, né à Vienne (Autriche) en 1986, vit et travaille à Düsseldorf et Vienne. Partant de la photographie, Hempt a développé, au fil de ses études à l’Académie, une approche de l’objet qui – dans le contexte du répertoire des formes ‘lisses’ des produits industriels actuels et de la numérisation du quotidien – trouve maintenant son expression dans des installations quasi architecturales et dans des appareils techniques.

Jens Kothe est né en 1985 à Bochum. Il vit et travaille à Bochum et Düsseldorf. Dans ses œuvres murales, il travaille avec de simples matériaux industriels de la vie privée quotidienne pour lesquels il applique sur verre, par procédé offset direct, des détails figuratifs qui en font des objets et images haptiques.

Tim Löhde né en 1990 à Radevormwald vit et travaille à Düsseldorf. Son travail principalement axé sur les installations sonores explore les structures narratives musicales, mais il travaille aussi avec la photographie et la vidéo. Il a exposé en 2016 dans le cadre de « Mur Brut 07 » à la Kunsthalle de Düsseldorf et a participé, en 2015, avec Jens Kothe à la RUHRTRIENNALE.

Philippe Nilles est né en 1995 à Luxembourg. Il vit et travaille à Düsseldorf. Pour ses installations, il utilise fréquemment des matériaux comme l’argile, le plâtre, le polystyrène expansé ou des objets trouvés. Il arrive fréquemment que les socles de ses installations deviennent elles-mêmes des sculptures.

Alexander Romey, né en 1985 à Düsseldorf où il vit et travaille encore. Pour ses installations, il puise dans un répertoire d’images dont il tire des genres photographiques divers et leurs attributs pour créer des assemblages d’images en perpétuel renouvellement, réunir des centres d’intérêt très différents et en faire sa propre histoire.

Hedda Schattznik, née en 1992 à Westerstede, et Roman Szczesny, né en 1987 à Bensberg, vivent et travaillent à Düsseldorf. Le couple d’artistes génère des paysages et sons virtuels qu’ils associent à des dessins, décors et costumes. Eux-mêmes acteurs de ces tableaux, ils réunissent ainsi avec tous les niveaux de la production cinématographique.

Peter Schlegel est né en 1992 à Engelskirchen. Il vit et travaille à Düsseldorf. Dans ses travaux photographiques, l’artiste se consacre à des sujets comme le sens de l’ordre, la référence aux valeurs ou aux règles. L’ironie prend ici une place particulière. À côté de son activité artistique, Schlegel s’engage aussi sur le plan de l’éducation artistique.

Berit Schneidereit, née en 1988 à Francfort-sur-le-Main, vit et travaille à Düsseldorf. L’artiste analyse dans son travail les diverses formes d’expression de la photographie et remet sans cesse l’espaceimage en question. Ses travaux sont aussi bien les fruits d’expérimentations en chambre noire que d’expériences numériques et distancient l’évidence de manière poétique et picturale.

Lucia Sotnikova née en 1986 à Volgograd (URSS) vit et travaille à Düsseldorf. Son travail photographique est radicalement construit sur un micro- et macrorythme, sur leur opposition et leur dialogue. En s’associant au spectateur, ses œuvres introduisent une synchronisation de notre inconscient avec la représentation.

Katharina Stadler, née en 1995 à Oberhausen, vit et travaille à Düsseldorf. Son monde pictural naît de la technique de l’automatisme dans laquelle les formes abstraites, les couleurs délavées et symboles jouent un rôle prépondérant. Perfection, raison et réglementation étant catégoriquement rejetée de son travail, celui-ci garde une grande part de naturel. La question qui guide l’œuvre de Stadler : quelles sont les hiérarchies qui m’entourent et me consument ?

Georg Veith, né à Düsseldorf en 1991 suit les cours d’Andreas Gursky depuis 2016. Dans son travail, il est question « de (pré-) occupation en général, de tri et de choix » et, par conséquent, de « suivre des rythmes et s’interroger sur les priorités ».

 

.
.
.
.

Goethe-Institut Paris

17 avenue d’Iéna75116 Paris

Frankreich

Tel.: +33 1 44439230

.
.
.
Coffret Quatuor pour Pâques / Easter
– 1 Fleur en soie (jaune, verte ou rose)
+ 3 savons macaron 
.
.
.
.
http://boucheretlecland.weebly.com/