ART SOUTERRAIN 9e édition : Jeu et Diversion / Du 4 mars au 26 mars 2017 (CA)

art-souterrain-2017_affiche_-horizontale_hr
.
.
.
.
ART SOUTERRAIN
.
.
9e édition : Jeu et Diversion
.
.
Du 4 mars au 26 mars 2017
.
.

Réseau souterrain de Montréal + lieux satellites Dévoilement de la campagne visuelle

Art Souterrain présentera, du 4 au 26 mars 2017, la neuvième édition de son festival d’art contemporain, dans un parcours gratuit de six kilomètres dans les édifices du réseau souterrain de Montréal, et dans huit lieux culturels satellites. Les festivaliers pourront découvrir, durant trois semaines, les projets de 70 artistes ou collectifs canadiens et internationaux, qui aborderont au travers d’installations, de sculptures et de l’art vidéographique, photographique, numérique et performatif, le thème de cette année, Jeu et Diversion.

De nombreuses activités seront également proposées en parallèle à l’exposition souterraine qui se déploiera cette année dans un parcours aux circuits simplifiés et dans les lieux satellites qui se déclineront dans trois quartiers de Montréal. ART SOUTERRAIN a fait appel, pour une deuxième année, au Studio de design Rap pour développer sa campagne visuelle, liée au thème de l’édition 2017.

Les artistes de l’édition 2017 ont été choisis par Frédéric Loury, commissaire principal et directeur général d’Art Souterrain, ainsi que par trois commissaires invités, le duo Patrick Bérubé et Chloé Grondeau, et par Marie-Charlotte Carrier.

.

Le thème 2017 : JEU ET DIVERSION

.

« C’est rendre un homme heureux, de le divertir de la vue de ses misères » Pascal, Blaise. Pensées. La volonté de se divertir est inexorablement liée à la nature humaine. Chaque époque et chaque peuple se caractérisent par ses jeux, ses fêtes, ses musiques ou ses danses. Synonyme de plaisir, de détente et de partage, le jeu est une action limitée dans le temps, sans utilité apparente et suivant des règles librement consenties.

La nature et la place des activités de loisirs ont évolué au fil des siècles. Le déclin des religions dans les sociétés occidentales, le dogme hédoniste des Lumières ou, plus proche de nous, la modification de l’organisation du travail ont amené à l’avènement d’une « civilisation des loisirs » (J. Dumazier), forgeant un nouvel ordre social.

C’est aujourd’hui une véritable industrie à l’écoute de nos désirs, et nous semblons plus que jamais entourés de propositions pour occuper notre temps libre : salles de jeux, spectacles, parcs à thème, jeux vidéo (aujourd’hui secteur principal devant le cinéma ou la musique), sport, grandes expositions, télévision, internet…

L’être humain a besoin de se divertir, mais où se trouve le point de rupture entre activités synonymes d’émancipation ou de réflexion et activités qui seraient considérées comme aliénantes ou régressives ? Avons-nous développé « l’amour de notre servitude » comme l’évoque Aldous Huxley dans son ouvrage Le meilleur des mondes, nous laissant guider par des règles définies par d’autres et nous détournant de tout ce qui demande attente et maturation ?

Cette quête perpétuelle d’évasion dénonce-t-elle uniquement une frustration grandissante du réel ou redéfinit-elle notre nature même ? Sommes-nous devenus les « Homo Ludens » évoqués par l’auteur J. Huizingua pour qui le mécanisme du jeu est consubstantiel à la culture ?.

Art Souterrain

ART SOUTERRAIN convie depuis 2009 un large public à découvrir l’art contemporain autour d’un festival unique en Amérique du Nord qui se déploie annuellement dans le réseau souterrain piétonnier de Montréal, qu’empruntent quotidiennement quelques 100 000 passagers. Sortant des espaces habituellement dédiés à l’art, et venant animer ce lieu original du patrimoine architectural Montréalais, le festival témoigne des pratiques hétéroclites des artistes de la scène locale, nationale et internationale et de la diversification de leurs modes d’expression artistique dans l’espace public.

ART SOUTERRAIN présente, depuis le 10 octobre 2016, une nouvelle initiative qui s’intitule VITRINES SUR L’ART. Les visiteurs sont invités à découvrir jusqu’au 15 janvier 2017, neuf œuvres canadiennes issues de grandes collections prestigieuses du Cirque du Soleil et de la Banque d’œuvres d’art du Canada, présentées dans cinq vitrines de magasins vacants du Centre-Ville de Montréal, situés au 1000, rue de La Gauchetière et aménagés temporairement sur le modèle de galerie d’art. (Accès libre)

ART SOUTERRAIN reçoit l’appui du bureau des festivals et événements culturels de la Ville de Montréal, du Conseil des arts de Montréal, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, de Patrimoine canadien et du Secrétariat à la région métropolitaine (Québec).

.

.

.

 

.
.
.
.
.
.