Frédéric Poincelet – S NS T TR / Galerie Catherine Putman (CA)

jaune.
Frédéric Poincelet «Sans titre», 2016
stylo à bille et encre de couleur sur papier I 50 x 65 cm
Courtesy l’artiste – Galerie Catherine Putman
 .
.
.
.
.
.
.
Frédéric Poincelet
.
.
S NS T TR
.
.
.
Du 5 novembre
au 23 décembre 2016
 .
.
.
.
VERNISSAGE
et présentation
du livre S NS T TR
aux éditions Michel Lagarde
04.11.16
18 à 21 heures
.
.
.
.
.

La galerie Catherine Putman est heureuse de présenter S NS T TR , la nouvelle exposition de Frédéric Poincelet.

« Sans titre » est la dénomination principale des dessins de Frédéric Poincelet, ne pas nommer pour ne pas raconter, on ne sait pas exactement ce que c’est et cela n’a pas d’importance. A cette absence de dénomination des dessins, du livre et de l’exposition s’ajoute l’effacement des voyelles comme une façon d’introduire d’emblée le bizarre, inhérent à toutes ses œuvres.

Les nouveaux dessins offrent une promenade dans une succession de lieux mystérieux, à l’abandon, en explosion, dans la suite d ’« Apocalypse » (exposition à la galerie en février 2014). Frédéric Poincelet présente une série de paysages, appropriations d’images compilées ça et là. Les dessins de plus grand format sont parfois habités : une petite fille, un couple nu dans un salon, une paysanne etc. Dessinant toujours sur le même papier lisse et légèrement jauni, son travail au Bic se développe, joue des vides et des pleins, des appuis et des relâchements. La couleur, des lavis d’encre avec lesquels il prépare le papier, apparue timidement dans ses œuvres en 2013, s’affirme davantage, de plus en plus osée, parfois presque outrancière.

“[…] je crois que le travail de Frédéric Poincelet ne se résigne pas à ne pas être beau. Il est un lecteur de Sagan. Dans les premières pages de Bonjour Tristesse , celle-ci écrit : « […] j’éprouvais en face des gens dénués de tout charme physique une sorte de gêne, d’absence ; leur résignation à ne pas plaire me semblait une infirmité indécente. » Peut-être y a-t-il de cela dans les dessins de Frédéric Poincelet, dans le combat qu’il mène entre le dessin et la couleur, entre la mélancolie et la légèreté.” Anaël Pigeat, Le souvenir du beau, juillet 2016*.

S NS T TR * est également le titre du premier livre sur l’œuvre dessiné de l’artiste qui paraît au mois de novembre, coédité par les Editions Michel Lagarde et la galerie Catherine Putman. Cet ouvrage, conçu par Frédéric Poincelet, est un véritable livre d’images, qui rassemble, généreusement, sans être totalement exhaustif, dix ans de dessins. Les mots y trouvent leur place dans un cahier placé au centre du livre : « Le souvenir du beau » signé par Anaël Pigeat et un entretien avec Frédéric Poincelet mené par Joseph Ghosn. Une séparation du texte et de l’image qui conforte la force plastique pure de ses œuvres loin de toute idée narrative, ainsi que l’a toujours revendiqué l’un des fondateurs de Frédéric Magazine, où le dessin ne se justifie que pour lui même.

Dans l’entretien, Frédéric Poincelet rebondit sur une formule employée par Joseph Ghosn : « réinvention magique du réel », c’est dans cet état de glissement du rêve à la réalité que réside l’ambiguïté de ses dessins. Des situations incongrues et des paysages imaginaires sont réalisés avec une minutie ultra-réaliste. Une rupture de l’espace, un détail étrange, une erreur nous déconcertent, et maintenant les couleurs ajoutent à ce côté irréel, psychédélique.

* « S NS T TR », textes d’ Anaël Pigeat et Joseph Ghosn, 128 pages, éditions Michel Lagarde et Galerie Catherine Putman, Paris, 2016.

20 exemplaires sont accompagnés d’une suite de 4 sérigraphies originales, justifiées et signées par l’artiste

 

.
.
.

.

.

 

.
.
.
Galerie Catherine Putman
40 rue Quincampoix
75004 Paris I
1er étage
T. +33 (0)1 45 55 23 06
.
.
.
.