Gail Albert Halaban à La Belle Juliette – 07.09 – 26.11.2016 (FR)

4jga_Halaban2066Violaine--1
© GAIL ALBERT HALABAN
.
.
.
.
.
.
Gail Albert
Halaban
 photographe
.
.
.
.
.
 
 Du 7 septembre
au 26 novembre 2016
.
.
.
.
.
.

De New York à Paris, la nouvelle exposition de La Belle Juliette présente les œuvres de la photographe américaine Gail Albert Halaban.

Dans ses séries Out My Window, à New York, puis Vis à Vis, à Paris, Gail Albert Halaban photographie la ville et ses immeubles, et leurs habitants mis en scène dans la banalité de leur vie quotidienne. Paysages urbains spectaculaires où les appartements semblent s’éclairer comme des petits théâtres lumineux, ses oeuvres dévoilent les particularités architecturales et culturelles des quartiers et des citadins. La photographe porte un regard original sur les villes et nous offre une vision de nos voisins à l’échelle des immeubles, lointains et proches à la fois.

Gail Albert Halaban se place même niveau que ses sujets, en les photographiant depuis l’immeuble en face, et parvient à figer des moments de vie dans un décor cinématographique qui les dépasse et s’ouvre sur la ville toute entière. L’impression de curiosité déplacée ressentie en observant ces photographies disparait lorsque l’on connait la démarche de l’artiste : “Dans mes images, mes sujets sont toujours conscients que je les photographie. Ils acceptent ce glissement du privé vers le public et coopèrent avec moi pour créer cette image voyeuriste”.

En utilisant les réseaux sociaux, Gail Albert Halaban contacte les habitants et leurs voisins et ses images fabriquent ainsi du lien social dans l’anonymat des villes.

.

.

.

.

.
.

Née en 1970, à Washington, Gail Albert Halaban étudie la photographie à la Rhode Island School of Design puis à l’Université de Yale. Son travail personnel interroge le paysage urbain et l’intimité des habitants des grandes villes. Fascinée depuis toujours par le travail du peintre Edward Hopper, elle lui dédicace sa série Hopper Redux où elle revient sur les lieux peints par l’artiste. Après New York et Paris, la photographe américaine poursuit son projet Out My Window dans d’autres capitales. Ses séries ont donné lieu à de nombreuses expositions et à plusieurs livres, publiés en France par les éditions La Martinière.

Mécène de la photographie et des jeunes photographes, La Belle Juliette présente des tirages d’artistes dans les chambres et les espaces de l’hôtel. La programmation des expositions est confiée à la Galerie Esther Woerdehoff, située à quelques minutes de l’hôtel, et met en avant les photographes de la galerie, jeunes découvertes ou grands classiques. Située dans un salon chaleureux, la Galerie BJ s’ouvre en saison sur la terrasse secrète du Clos Belle Juliette et son jardin inattendu et propose une escapade photographique et bucolique en plein Paris.

 

.

 

.
LA BELLE JULIETTE
92 rue du Cherche-Midi
75006 Paris
Ouvert tous les jours de 11h à 22h00
Entrée libre.

.

.
.

Galerie Esther Woerdehoff

+33 (0)9 51 51 24 50

www.ewgalerie.com

.

.

.

.