Luke HENG – Royal STANZA / Galerie Isabelle Gounod (FR)

lheng_blue_on_white_no_6_2016_oil_on_linen_170x135x5cm_bd
Luke HENG, Blue on White n°6, 2016
Huile sur toile, 170 x 135 cm / Oil on Linen, 66.92 x 53.14 in
.
.
.
.
.
.
.

Luke HENG

 .
.
.
Royal STANZA
 .
.
.
.
.
Du 08.06 au 20.07.2016
 .
.
Vernissage
08.06.16
16h à 21h
.
.
.
.
.
.
.

Pour sa première exposition monographique à Paris à la galerie Isabelle Gounod, « Royal Stanza », Luke Heng, né à Singapour en 1987, s’engage dans un processus cognitif, négociant et affrontant la peinture comme sujet en soi : ici, la couleur et la ligne en constituent le titre intriguant.

 

Luke Heng conçoit l’environnement par son influence subtile sur les couleurs, les surfaces et les formes. Il cherche à trouver un équilibre entre le « je » et la nature ; entre la conscience du peintre et le hasard. Sa toile devient aussi le lieu de rencontre entre le souffle de l’artiste et son environnement. Il les conçoit ainsi in situ.

Si Luke dans sa jeunesse passée dans une herboristerie médicinale chinoise, s‘est d’abord inspiré de cette pharmacologie traditionnelle, tant dans sa philosophie de recherche d’harmonie que pour ces procédés d’extraction et de composition ; il se détache petit à petit des motifs pour expérimenter les qualités purement formelles de la peinture.

Il continue de créer ses propres couleurs à partir de pigments.Sa manière de procéder est répétitive et prend du temps, se rapprochant ainsi de mouvements rituels et méditatifs.

Il superpose les couches à l’aide d’un grattoir (scraper), parfois jusqu’à plus d’une dizaine, une vingtaine notamment pour les blancs, chacune procédant d’une réaction à la précédente. Entre chacune, s’étire le temps du séchage de la peinture à l’huile mais aussi un temps de latence nécessaire à l’artiste non pas pour élaborer une stratégie mais pour laisser le hasard faire œuvre aussi ou prendre le risque de contrôler, notamment les coulures. C’est donc une lutte avec la toile à laquelle se livre l’artiste, contrastant avec l’impression de sérénité dégagée par ses tableaux.

Ce va-et-vient entre latence et surgissement, apparition et silence est me semble-t-il le mouvement primordial et constitutif de tout le travail de Luke Heng. Il nous donne ainsi à expérimenter ses toiles comme des lieux transitoires, espaces de méditation physique et mental d’une grande liberté.

Valentine Meyer, 2016.

Valentine Meyer est membre de l’AICA et productrice d’exposition indépendante. Historienne d’art, elle a travaillé à Zürich pour le Cabaret Voltaire, Dada Haus (Claude Lévêque, John Giorno, Zevs, Carlos Amorales, Frères Chapman …) et pour l’Architektur Forum. Elle est actuellement commissaire d’exposition invitée pour le Château des Suisses dans le Monde, Domaine de Penthes à Genève. (Peter Knapp, Histoire en Briques Légo…), et directrice du programme de résidences d’artistes pour la Dena Foundation for Contemporary Art à Paris.

La strophe royale ou (Royal Stanza /Rhyme royal en anglais) est, en poésie anglaise, une strophe composée de sept décasyllabes dont les rimes suivent la forme ABABBCC. Elle est attestée pour la première fois chez Geoffrey Chaucer au XIVème siècle.

.

.

.
.
.

Né en 1987, Luke HENG est diplômé avec mention du Lassale College de Singapour (en partenariat avec le Goldsmith College de Londres). A Paris, en 2014, Il a participé au programme de résidences d’artistes de la Dena Foundation présidée par Giuliana Setari. Depuis son retour à Singapour son travail a eté exposé trois fois : « The Waiting Room » à la FOST Gallery (exposition monographique), « Constitute Concreteness » à la Mizuma Gallery, Singapour (exposition de groupe) et enfin en 2016 « Peculiar Textures » à la Galerie Steph, Singapour.

.

.

.

.

.

 

.
.
Galerie Isabelle Gounod
13 rue Chapon
75003 Paris
France
T/F : +33 (0) 148 040 48
.
.
.