Claire Milbrath, Darby Milbrath et Étienne Chartrand – The Garden / GALERIE PANGÉE (CA)

garden
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
The Garden
 .
.
 Du 11 juin au 30 juillet 2016
.
.
.
Vernissage
11.06.16
15h00 à 18h00
 .
.
Commissaires: Julie Côté et Joani Tremblay
.
.
.
.
.

PROJET PANGÉE est fier de présenter The Garden, avec les artistes Claire Milbrath, Darby Milbrath et Étienne Chartrand. Claire et Darby Milbrath sont nées et ont grandi dans une maison hantée à Victoria, en Colombie-Britannique. La maison jadis accueillit les excédentaires de l’Empress Hotel et contient de nombreuses chambres et cachettes secrètes. Les étés furent passés à jouer à des jeux élaborés et imaginatifs dans le jardin débordant qui l’entourait. L’omniprésence du jeu, du romantisme et de la beauté qui imprégna leur enfance devint une grande influence dans le travail des deux sœurs aujourd’hui.

Poor Gray, le protagoniste dans le travail de Claire, fut imaginé quand elle était enfant, le dessinant sur des serviettes et retailles de papier qui traînaient dans la maison. Poor Gray est un personnage pris dans les confins de ce que Claire peut ou veut bien peindre. C’est un homme anxieux, sans rien d’autre à faire que de s’incliner aux banalités de son monde: attendre, se reposer, lire, et parler au téléphone. Il est léthargique, riche, homosexuel, et fumeur. Les scènes dans lesquelles il est peint rappellent les formidables chambres de la maison des Milbrath et du jardin qui l’entoure. De cette façon, le travail des deux sœurs est biographique. Darby croit que Poor Gray, un brin détaché et anxieusement étalé dans des chambres peintes avec une naïveté déstabilisante, est un autoportrait de Claire, le bébé de la famille.

Le travail de Darby est également confessionnel, toutefois, il révèle de manière cryptique les détails de sa jeunesse, de ses rêves, de ses souvenirs, de ses échecs amoureux et de sa vie privée. La pratique de Darby en tant que danseuse professionnelle, informe grandement sa pratique en art visuel. Cela confère à ses toiles un caractère de mouvement et d’intrépidité lorsqu’elle traite ses sujets figuratifs, soit un mélange de sœurs, de danseuses et d’autoportraits. Darby s’inspire de motifs classiques en peinture tels la paix et la guerre, le paradis et l’enfer, qu’elle traite avec un esprit ludique et une douce sincérité.

Les sœurs travaillent des thèmes similaires tels, le nu, le portrait, les plantes et la Vanité. Toutefois, Darby peint principalement des femmes tandis que Claire peint des hommes. Les thèmes de la sexualité et de la noirceur sont présents dans le travail des deux sœurs. Cependant, ceux-ci sont abordés avec complaisance et naïveté. Comme les deux sœurs ont été éduquées sans formation artistique académique, elles peignent ce qu’elles connaissent ou imaginent, et souvent de manière crue. Elles conservent encore aujourd’hui leur côté enfantin et leur goût pour le jeu, continuant à peindre côtes à côtes, et retournant souvent à leur maison d’enfance où elles produisent leur meilleur travail. Les œuvres de cette exposition sont inspirées par les jardins luxuriants d’une beauté envoûtante de leur enfance, par les couleurs et la chaleur des nuits estivales, par l’amour langoureux de jeunesse, et par la sororité.

Cette exposition introduit également le travail de céramique d’Étienne Chartrand, créé spécifiquement pour l’occasion et inspiré par les oeuvres des soeurs Milbrath. Les représentations de plantes et de fleurs des soeurs Milbrath ont été traduites par la vision de Chartrand. La flore tenait déjà un rôle important dans sa production, sauf qu’ici Chartrand pousse plus loin l’idée que chaque plante et fleur imaginée possède sa propre personnalité. Celles-ci sont alors exposées seules afin de communiquer leur individualité. Leur sophistication les rend paralysées dans une réalité où la chaleur et l’humidité sont sidérantes.

.

.

.

.

.
.
.
.
.
.

Claire Milbrath

Claire Milbrath (n.1989) est artiste et éditrice en chef du magazine The Editorial Magazine. Elle a grandi à Victoria en Colombie-Britannique et vit présentement à Montréal dans un appartement avec ses deux meilleures amies, et passe la majorité de son temps allongée sur son lit à peindre ou faire la mise en page de son magazine. Autodidacte, le travail de Claire est imprégné d’un air naïf tout en étant comique et nostalgique. Elle est inspirée par les peintres naïfs Henri Rousseau et Séraphine Louis.

.

Liens / entrevues passés:
http://www.ponytale-stories.com/blog/?p=1542

https://nakidmagazine.com/2014/07/26/casual-ardorous-claire-milbrath-artist-to-watch/

http://www.vice.com/en_ca/read/casual-encounters-sex-comics

.

.

Darby Milbrath

Artiste autodidacte, la pratique de Darby en tant que danseuse et chorégraphe professionnelle informe grandement sa pratique en art visuel. Darby vit et travaille présentement à Toronto en tant que peintre à l’huile et à l’aquarelle ainsi que céramiste. Elle est conseillère principale et correspondante à Toronto pour le magazine The Editorial Magazine ainsi que maître parfumeuse pour Province Apothecary. Cet avril dernier, Darby a célébré sa première exposition solo, Blue Hyacinth, aux Erin Stump Projects à Toronto. C’est avec beaucoup d’anticipation qu’elle attend de présenter son travail aux côtés de sa soeur chez Projet Pangée, tout en étant excitée pour sa seconde exposition solo à la fin juin au Public Studio à Toronto ainsi que la publication d’un livre de dessins chez JMS Press.

.

Liens / entrevues passés:
http://erinstumpprojects.com/current-exhibitions/darby-milbrath-blue-hyacinth

http://the-editorialmagazine.com/?p=9741
http://www.vice.com/en_ca/read/the-sweetly-disturbing-drawings-of-darby-milbrath

http://the-editorialmagazine.com/?p=6439

http://www.normalemagazine.com/2016/04/01/childs-play/

  .

.

Étienne Chartrand

Dans la continuité de la peinture classique, Étienne Chartrand peint des images dont l’esthétique est à l’opposé de l’apogée de la Renaissance. Les enjeux métaphysiques de la peinture sont présents dans son travail pictural. Plusieurs objets et créatures prennent vie dans ses espaces afin de construire une mythologie. Il s’inspire de la bande dessinée, du graffiti, et aussi des mouvements constructiviste et automatiste en peinture. Il a étudié le design graphique à l’UQÀM et termine sa maîtrise en peinture à l’Université Concordia. Son travail a été exposé au Glasgow Sculpture Studio (Glasgow, R.-U.), à l’AGC Montréal (Montréal) et à l’Espace Robert Poulin (Montréal).

 

.
.
.
.
.
.
.
GALERIE PANGÉE
372 Sainte-Catherine Ouest, #412
H3B 1A2
Montréal, QC
514.845.3368
.
À propos
.
La GALERIE PANGÉE, experte en art contemporain, littérature et conseils en art, est heureuse de rouvrir ses portes avec une riche programmation 2015-2016. La galerie consacrera ses quatre prochaines expositions à des artistes et commissaires émergents de Montréal, Toronto, New York et Helsinki. La galerie présentera deux expositions solos – Ayla Dmyterko et Joani Tremblay – une composée d’un duo – Minna Pöllänen et Bang Geul Han – ainsi que des expositions collectives, dont la première édition en 2016 se dédiera à la question des problématiques contemporaines dans la pratique du dessin.