LE MUSÉE DES BEAUX‐ARTS DE MONTRÉAL REND HOMMAGE AU TRÈS GRAND MÉCÈNE MICHAL HORNSTEIN (1920‐2016)

Hornstein.
Michal Hornstein Photo MBAM, Natacha Gysin
.
.
.
.
.
.
LE MUSÉE DES BEAUX‐ARTS DE MONTRÉAL
REND HOMMAGE
AU TRÈS GRAND MÉCÈNE 
.
.
.
.
MICHAL
HORNSTEIN
.
.
.
.
.
.
.

Michal Hornstein (1920‐2016), O.C., G.O.Q, influent homme d’affaires, grand collectionneur d’art et mécène d’exception, s’est éteint paisiblement le 25 avril dernier, quelques mois avant l’inauguration d’un nouveau pavillon du Musée des beaux‐arts de Montréal : le Pavillon pour la paix Michal et Renata Hornstein.

 

Père de deux enfants, ce rescapé de l’Holocauste a choisi en 1951 de s’établir à Montréal, où il s’est construit une vie hors du commun grâce à l’amour de sa femme Renata, de sa ténacité d’entrepreneur et de sa générosité exemplaire envers la communauté.

À la fois bâtisseur et rassembleur, ce philanthrope a joué un rôle clé à Montréal en s’investissant pour la protection et la promotion des arts, de la santé et de l’éducation. Faisant preuve d’un dévouement remarquable, Michal Hornstein a laissé une empreinte indélébile au MBAM, ayant siégé à son conseil d’administration pendant 46 ans. En plus de son appui financier majeur et de ses nombreux dons d’oeuvres, il a toujours été plus que présent pour cette grande institution qu’il chérissait comme une seconde maison.

Le Musée salue la vie, la mémoire et la générosité de Michal Hornstein, homme d’influence, passionné d’art et philanthrope engagé. Le Musée offre ses sincères condoléances à sa femme bien‐aimée Renata, à ses deux enfants Sari et Norbert, à Amy, épouse de Norbert, à ses petitsenfants Alex, Genna‐Rose et Eric et à Maura, conjointe d’Eric. Aujourd’hui, c’est un homme d’exception que perdent le MBAM, la Ville de Montréal, le Québec et le Canada. Les pensées de l’ensemble du personnel, des partenaires et des collaborateurs du Musée vont à sa famille et à ses proches.

En 1970, Michal Hornstein devient membre du conseil d’administration du MBAM. En 1979, il accède à la vice‐présidence du conseil. Dès 1982, il accepte de présider le comité d’acquisition d’art international avant 1900 et des cultures anciennes. Son engagement exemplaire contribuera au rayonnement du Musée en tant qu’institution culturelle incontournable au Québec, au Canada et à l’échelle internationale.

« Aujourd’hui, le Musée perd un ami, un conseiller hors pair, un grand mécène et un collectionneur réputé », tient à souligner Brian Levitt, président du conseil. « Le MBAM veut manifester toute son admiration pour cet homme au destin d’exception et saluer son parcours hors du commun et son engagement philanthropique insurpassable. Pendant plusieurs années, nous avons eu l’immense privilège de bénéficier de la générosité de Monsieur et Madame Hornstein pour enrichir notre patrimoine national. Sans leur extraordinaire contribution, jamais le Musée n’aurait pu imaginer acquérir des oeuvres d’une aussi grande valeur. »

Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM, exprime sa tristesse au nom du Musée : « Quelques semaines seulement après son complice, Bernard Lamarre, et à quelques mois de l’ouverture du Pavillon pour la Paix qui porte son nom, nous sommes profondément émus par la perte de notre ami. Nos pensées accompagnent sa femme Renata et ses deux enfants : une famille aimante et forte, comme l’était Michal.

Tout heureux, Michal avait pu visiter récemment son pavillon en chantier, qui logera très bientôt la collection de maîtres anciens que sa femme et lui ont léguée à notre institution. Si s’est cette donation majeure qui a justifié la construction de notre nouveau bâtiment – legs marquant pour le 375e anniversaire de Montréal –, c’est aussi par l’héritage qu’il laisse à notre ville, à la province et au Canada que la contribution de ce grand citoyen se démarque totalement. Montréal, ville d’adoption de cet émigré d’hier, a en effet eu la chance de bénéficier de son mécénat exceptionnel dans les secteurs artistique et hospitalier.

Au fil des décennies, Michal a changé le profil de notre Musée grâce à des dons remarquables et à un appui constant. Son esprit aiguisé, sa répartie laconique, son humour vif nous manquent déjà, mais sa générosité restera pour toujours, sa vision ayant forgé un musée plus grand, une institution bienveillante pour les générations futures.

Rappelons que le don de Michal à l’origine du nouveau Pavillon pour la Paix est le plus important de l’histoire moderne du Québec. »

.

Le parcours de vie d’un remarquable entrepreneur 1920‐2016

« Michal Hornstein est un personnage au destin fascinant, un homme supérieurement intelligent possédant une autorité morale et un sens des affaires hors du commun ; autodidacte de grande culture, il est amateur d’opéra et de musique classique, collectionneur audacieux, mécène éclairé, stimulant et exigeant », écrivait Georges‐ Hébert Germain dans Un Musée dans la ville, une histoire du Musée des beaux‐arts de Montréal, 2007, p.164.

.

.

.

 

.
Michal et Renata Hornstein / Photo famille Hornstein
.
.
.
.
.
.

Michal Hornstein connaîtra un destin unique. Né en 1920 à Cracovie, en Pologne, il y reçoit son diplôme de l’École commerciale. Il y demeure toujours lors de l’invasion de la Pologne par les Allemands, en 1939. Arrêté pour être déporté à Auschwitz, il s’évade en sautant du train et se cache dans les forêts de Tchécoslovaquie. Il vit ensuite clandestinement à Budapest jusqu’à l’arrivée de l’armée russe, en 1944, puis s’enfuit à Bratislava. Après la guerre, une fois installé à Rome, Michal épouse Renata. Initié par cette dernière, il se découvre une passion pour la peinture européenne des XVIe et XVIIe siècles, en particulier pour les chefs‐d’oeuvre de maîtres hollandais et flamands; les jeunes mariés commencent alors à collectionner.

Le 11 juin 2014, alors qu’on lui décernait un doctorat honorifique de l’Université Concordia, Michal affirmait :

« Ce que j’ai retenu de mon expérience, c’est que c’est une grâce d’être favorisé par la chance, un bonheur d’aider les autres et une merveille de trouver l’amour. »

En 1951, le couple s’établit à Montréal. Michal Hornstein se lance en affaires et fonde Federal Construction Ltd., une société immobilière dont il sera président dès 1952. Fort d’une extraordinaire éthique professionnelle, il s’accomplit en tant qu’entrepreneur. Travailleur infatigable, il continuera de se rendre au bureau cinq jours par semaine jusqu’à la fin de sa vie. L’homme d’affaires exemplaire est très apprécié de ses proches collaborateurs, notamment pour son brillant sens de l’humour, ses dons de conteur, son intelligence supérieure, ainsi que son dynamisme et son indéfectible détermination.

.

Michal Hornstein, grand bienfaiteur pour sa ville d’adoption, Montréal

En plus de contribuer au développement économique de Montréal, Michal Hornstein a l’ardent désir de partager les fruits de sa réussite professionnelle avec ses concitoyens. Il appuie ainsi des projets majeurs, particulièrement dans le domaine culturel, mais également dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Chacun de ses gestes philanthropiques traduit sa profonde gratitude envers sa patrie d’adoption. En 2012, Michal et Renata Hornstein recevront d’ailleurs le titre de Grands Montréalais pour leur engagement dans la communauté. À cette occasion, Michal déclarera :

« Je vis à Montréal depuis soixante ans. Cette ville m’a tant donné. J’aime les Montréalais, j’aime les Québécois, ils sont tellement sympathiques ! Cette donation, c’est une sorte de remerciement, une réciprocité. »

L’investissement philanthropique de Michal Hornstein surpassera son engagement pour l’art. En matière de santé, Michal et Renata Hornstein sont parmi les bienfaiteurs majeurs de l’Institut de cardiologie de Montréal, de l’Hôpital général de Montréal, de l’Hôpital Notre‐Dame, de l’Hôpital Royal Victoria et de l’Hôpital général juif de Montréal. Dans le domaine de l’éducation, ils soutiennent largement l’Université de Montréal, l’Université Concordia et l’Université McGill. Par son appui sans réserve au MBAM, aux universités et aux hôpitaux montréalais, le couple aura contribué à la vitalité économique et culturelle de la ville, ainsi qu’à son rayonnement à l’échelle nationale et internationale.

.

.

.

.

.
Michal et Renata Hornstein / Photo MBAM, Pierre Guzzo
.
.
.
.
.

Un grand mécène pour le Musée des beaux‐arts de Montréal

Michal Hornstein a considérablement enrichi la collection permanente du MBAM au fil des ans. Non seulement le couple a‐t‐il donné depuis des années nombre de tableaux majeurs en art ancien (primitifs italiens de la Renaissance ; peintures caravagesques de Valentin, Van Mol, Schalken ; natures mortes hollandaises de Davidsz de Heem, de Bor, de Peschier et flamandes de Snyders ou française de Linard ; peintures rococo de François de Troy ou de Guardi, portrait impressionniste d’Edgar Degas ainsi qu’un important fonds de Ferdinand Hodler).

Michal a aussi aidé financièrement à l’acquisition d’oeuvres majeures (La Sainte Famille avec l’adoration de l’Enfant d’Albertinelli). Grâce, en grande partie, à ces dons réguliers – un legs de près de 420 oeuvres et une contribution à l’achat de 23 oeuvres, le Musée possède une collection d’importance internationale.

Michal a également contribué financièrement à la restauration architecturale du pavillon de 1912 qui, depuis l’an 2000, porte leur nom en reconnaissance de leurs dons exemplaires.

L’énergie et le dévouement de Michal Hornstein font de lui un modèle de mécène éclairé, dans la lignée de tous ceux et celles qui, depuis 1860, ont permis la fondation et l’expansion du MBAM pour le plus grand plaisir des Montréalais. L’acte de don et le partage ont toujours été pour lui des valeurs associées au collectionnement, comme il aimait le mentionner. Il ajoutait, lors d’un discours à l’University Club, le 4 novembre 2004 :

« Pour Renata et moi, la création d’une collection est bien plus un acte d’amour qu’une simple transaction commerciale. L’art nous remplit de joie et nous procure un réel sentiment d’accomplissement. L’agrandissement de notre collection a été l’une de nos plus grandes aventures. Et le don de ces œuvres aux musées a infiniment enrichi nos vies. […] L’un des plus grands plaisirs du collectionneur, c’est de partager ses œuvres avec ceux qui 3 les apprécient. Depuis bientôt 30 ans, je donne des œuvres d’art aux musées. Renata et moi en avons tiré énormément de joie et de satisfaction. »

 

 

.
Le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein / Photo Doug & Wolf
.
.
.
.
.

En novembre 2016, s’ouvrira le pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein

 

Le Musée inaugurera un nouveau pavillon en novembre 2016 : le Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, en mémoire du parcours de vie de ces survivants de l’holocauste.

Ce cinquième bâtiment de la cité muséale abritera les collections des maîtres anciens à l’art moderne incluant la donation des 75 œuvres de maîtres flamands et hollandais du couple Hornstein ainsi que le plus grand complexe éducatif dans un Musée d’art en Amérique du Nord.

Le Musée des beaux‐arts de Montréal invite les membres VIP, les visiteurs et les partenaires à faire leur témoignage sur son site web, à l’adresse suivante : hommagesmichalhornstein@mbamtl.org Les témoignages recueillis seront transmis à la famille.

.

.

.

.

 

https://www.mbam.qc.ca/

.

.

.