Le Projet Pangée est fière de présenter l’exposition Closer Yet, par le duo d’artiste Bang Geul Han et Minna Pöllänen (CA)

unspecified
.
BangGeulHan -Tender Buttons, Drones,
Weather, Fa…ude Oil, 2016
 .
.
.
.
.
.
.
Closer yet
.
.
Minna Pöllänen
.
& Bang Geul Han 
.
.
.
.
.
 
Du 16 avril au 4 juin 2016 
.
.
 
Vernissage
16.04.16 
14h à 18h
.
.
.
.
Conférence donnée par le artistes
16 .04.16
14h
.
.
.
.
.
.
.
.

Le Projet Pangée est fière de présenter l’exposition Closer Yet, par le duo d’artiste Bang Geul Han et Minna Pöllänen, qui abordent les thèmes de la distance et de l’intimité dans le contexte des sociétés mondialisées des pays développés, où multiples aspects du quotidien sont volontairement ou involontairement surveillés et documentés par les gouvernements, corporations ainsi que par nous-même. Ces œuvres examinent les expériences de distance, à la fois physique et métaphysique, associées à la technologie, le consumérisme et la mondialisation.

Utilisant comme point de départ des images tirées des nouvelles et médias sociaux, avec l’installation Close to You Minna Pöllänen explore l’interaction humaine et l’intimité à travers des activités quotidiennes et leur relation à la société de marché, le consumérisme et la technologie. L’installation est composée d’un drap seconde-main sur lequel Pöllänen a représenté des silhouettes humaines en point de piqûre à proximité de l’une et de l’autre. Ces figures brodées, souvent regroupées, sont chacune accompagnées de statistiques ainsi façonnant des histoires portant sur la proximité au sein d’une culture enracinée dans la consommation et l’impérative capitaliste de croissance.

 .

.

.

 

.
 MinnaPollanen – Austerity, 2016
.
.
.
.

Explorant l’écoute clandestine en rapport avec la proximité physique d’étrangers en environnement urbains, les dessins de Bang Geul Han, et la pièce sonore qui les accompagne, sont basés sur des conversations enregistrées à l’insu des utilisateurs du réseau de transport en commun New York. S’appuyant sur une technologie d’enregistrement essentiellement désuet, ces enregistrements d’interactions quotidiennes évoluent depuis de petites vignettes en quelque chose qui s’apparente à un scénario imaginaire Beckettesque. Les frontières entre la fiction et la non-fiction sont brouillées via la mémoire, la transcription et les limites de systèmes technologiques.

À travers les œuvres vidéo exposées, Han explorent les ambiguïtés et contradictions entremêlées à la technologie de surveillance de données en tant que chose à la fois de plus en plus banale et omniprésente qu’obscure et opaque. Ces vidéos rendent, à l’aide de logiciels, divers points de données, des conditions climatiques courantes, en passant par la valeur boursière du pétrole brut et de Facebook, aux victimes reportées des frappes aériennes de drones dissimulées sur le Yémen, le Pakistan et la Somalie. Empruntant à l’esthétique et à la technologie de jeux vidéos 3D, les œuvres génèrent un spectacle viscéral, mais distancié : une fantaisie contemporaine où le sujet regardant est exclu des effets de la violence et de la destruction.

Minna Pöllänen (n. 1980) artiste finlandaise, vie et travaille à Londres et Helsinki. Sa pratique se déplace entre la photographie, la sculpture, l’installation, et la performance. Son travaille focalise sur la politique de l’espace, l’acte de regarder, et les structures économiques et sociétales reliées à la société de marché. Pöllänen détient une maîtrise ès arts avec distinction (2011) en Photographie d’art du London College of Communications. Son travaille a récemment été présenté au Triangle Arts Association, dans le Brooklyn Bridge Park et à la A.I.R Gallery à New York, à la Galerie Les Territoires à Montréal, aux The Photographers’ Gallery et Shonibare Guest Projects à Londres, au Skaftfell Center for Art Project Space à Seydisfjordur, au Format Photography Festival à Derby et à la Gallery Augusta à Helsinki. Pöllänen a été sélectionnée pour de nombreuses résidences incluant à la Triangle Arts Association à New York (2015), au HIAP à Helsinki (2015-2016) et au Skaftfell Center for Art in Iceland (2014).

Bang Geul Han (n. 1978) détient une maîtrise en beaux-arts en Art intégré électronique de l’Alfred University aux É.-U. et un baccalauréat en beaux-arts en Peinture de la Seoul National University en Corée. Sont travail a été présenté aux A.I.R. Gallery, Cuchifritos Gallery, Islip Art Museum, Crossing Art Gallery et Florence Lynch Gallery à New York, à la SangSangMadang à Séoul, à la Galerie Les Territories à Montréal, au Centro Internazionale per l’Arte Contemporanea à Rome, et à la Millennium Art Gallery à Beijing. Han est récipiendaire de diverses bourses de résidences incluant du Lower Manhattan Cultural Council’s Workspace Program (2011-2012), de la MacDowell Colony (2009), et de la Skowhegan School of Painting and Sculpture (2007). Han participe présentement au programme Artist in the Marketplace (AIM) au Bronx Museum of the Arts. Elle vit et travaille à New York.

Leur projet conjoint Signs of Flood est présentement au Queens Museum à New York dans le cadre du Queens International 2016. Avec l’aimable soutien du Frame Visual, Art Finaland et de la City University de New York.

 

.

.

.

.
GALERIE PANGÉE
372 Sainte-Catherine Ouest, #412
H3B 1A2
Montréal, QC
514.845.3368

À propos / About

La GALERIE PANGÉE, experte en art contemporain, littérature et conseils en art, est heureuse de rouvrir ses portes avec une riche programmation 2015-2016. La galerie consacrera ses quatre prochaines expositions à des artistes et commissaires émergents de Montréal, Toronto, New York et Helsinki. La galerie présentera deux expositions solos – Ayla Dmyterko et Joani Tremblay – une composée d’un duo – Minna Pöllänen et Bang Geul Han – ainsi que des expositions collectives, dont la première édition en 2016 se dédiera à la question des problématiques contemporaines dans la pratique du dessin.

.

GALERIE PANGÉE, expert and adviser in contemporary art and literature, is excited to have re-open its doors with a 2015-2016 program. The gallery will dedicate its next four exhibits to emerging artists and curators from Montreal, Toronto, New York and Helsinki. The gallery will present two solo shows – Ayla Dmyterko and Joani Tremblay – a duo show – Minna Pöllänen and Bang Geul Han – as well as collective exhibitions, among which this first edition in 2016.

.

.

.