FRANCK EON – ABSTRACTION FAITE D’UNE CONCEPTION PLUTÔT MAGIQUE DE LA SITUATION / Galerie Thomas Bernard (FR)

franck_eon_galerie_thomas_bernard_cortex_athletico_2804.

Talisman 1, 2015
Peinture à l’huile sur bois, 71,5 x 61,5 cm
Oil painting on wood
.
.
.
.
.
.
.
.
FRANCK EON
.
.
.
ABSTRACTION FAITE D’UNE CONCEPTION
PLUTÔT MAGIQUE DE LA SITUATION
 .
.
.
Du 13 février au 2 avril 2016
 .
.
.
.
Vernissage
13.02.16
 .
.
.
.
.

Du 13 février au 2 avril 2016, la galerie Thomas Bernard – Cortex Athletico présente une nouvelle exposition de Franck Eon, comprenant deux séries de peintures récentes : Abstraction faite… (crépusculaire) qui fait écho à des œuvres des années 1990 à partir desquelles il a développé le motif du rond, base de son langage plastique, et Talisman qui dévoile une composition architecturée plus complexe.

« Epiphanie. A l’origine de chaque tableau de Franck Eon, se pose la question de l’apparition. Et pour cette série, récente, inédite, la solution trouvée fut celle de la couleur. Celle-ci, loin de rejouer la quête intime d’une palette personnelle ou d’afficher l’extase d’un coloriste, vient plutôt agir comme un éclairage intérieur. Aussi, le orange choisi par le peintre est-il un agent révélateur, un projecteur qui aurait pour mission de structurer et d’animer la toile. La couleur, comme chef d’orchestre immanent, structure et apporte autonomie à l’oeuvre. Elle est là, comme une force vive qui assurerait l’architecture et l’existence en soi du tableau. Sans elle, pas de vie, pas de regard. Il n’y a donc pour ainsi dire plus de sujet. Ou plutôt, il n’y en a plus qu’un : la couleur comme vecteur de matière. Les éléments architecturaux figuratifs ont déserté la toile. Seuls quelques cercles viennent s’y déposer et s’y mouvoir. Un peu à la façon dont une phrase s’édicterait. Les formes rondes sont des fragments sensés, bribes d’un langage élémentaire intime, comme autant de syntagmes que seul l’artiste (re)connaîtrait. A la source de ces créations picturales inédites, s’articule ainsi le dire d’un peintre fondu dans un geste. Quand dire, c’est faire, serait-on tenté d’affirmer avec Austin, car, il y a bien dans la peinture de Franck Eon quelque chose de l’ordre d’une énonciation dont on percerait et sonderait volontiers le signifiant, par le regard, pour commencer. »

Léa Chauvel-Lévy, 2016

.

 

.

.

 

.
.
.
Galerie Thomas Bernard
Cortex Athletico
13 rue des Arquebusiers
75003 Paris
Tél. : 01 75 50 42 65
.
.
.
 Métros : Saint-Sébastien-Froissart – Chemin Vert – Saint-Paul
Du mardi au samedi de 10h30 à 19h et sur rendez-vous
.
.
.