Pierre Przysiezniak + Coey Kerr + Lucie Rocher‏ / Occurrence, espace d’art et d’essai contemporains (CA)

d5ed3827-54d8-48ed-b658-2900a59fdeea
Pierre Przysiezniak, Possible Beast One, 2015
 .
.
.
.
.
.
.
 
Pierre
.
.
Przysiezniak
.
.
.
Nanographies, dessins quantiques
& biomimésis
.
.
.
.
 
29 janvier au 5 mars 2016
.
.
.
Vernissage
28.01.16
18 h.
.
.
.
.
.

Avec ses dessins aux pointes de graphite et d’argent, Pierre Przysiezniak explore ce dont nous sommes faits, cette nature dont nous sommes assemblés. L’évolution a peaufiné nos capacités et limites biomécaniques, perceptuelles et cognitives, possiblement jusqu’aux structures de nos imaginaires, déterminant ce que nos yeux peuvent voir, comment notre main travaille et notre cerveau configure. Nos gestes, réflexes et pensées, sont des résonances de cette ingénierie du vivant.

 

Les chercheurs s’attellent à l’infini petit pour en vérifier les rayonnements, densités et organisations. Pierre Przysiezniak dessine en s’ajustant par micro, nano-gestes, tentant de mimer, au travers les traces de graphite, les principes de croissance et progression de la nature. Il présume qu’au final, après l’accumulation de tous les glissements de sens, de référents et d’images intérieures, de dérives d’intentions et autres ‘tropismes neuronaux’ ; qu’après toutes les infimes variations décisionnelles et de motivations techniques, se concrétisent des cohérences au-delà du désordre et des complexités apparentes.

.

.

.

.

.
Coey Kerr, Money and Mold, de la série Fontana California, USA, 2013
 .
.
.
.
.
.
.
Coey Kerr
.
.
.
Fontana, California. USA
.
.
.
.
 
Du 29 janvier au 5 mars 2016
.
.
.
 
Vernissage
28.01.16
18 h
.
.
.
.

Fontana, California. USA expose des photographies faisant partie d’un lot anonyme de pellicules exposées mais non développées trouvé dans le contenu d’un casier de stockage abandonné. Les photographies, apparemment prises par différentes personnes, révèlent des scènes se déroulant dans différentes parties des États-Unis, de la Californie au Nebraska. Oscillant entre le documentaire et la narration, cette archive photographique construit un portrait contemporain de l’Amérique par le biais de la minutieuse représentation de la vie quotidienne. Les poses prises d’une fête de fin d’école maternelle, de rassemblements religieux mormons, de voyages en train via l’Amtrak et de graffitis à Venice Beach présentent un métissage de culture et de classe qui est aussi diversifié que singulier.

.

.

.

 

.
.
.
.

Fontana, California. USA chronicles photographs from an unmarked lot of exposed but undeveloped film found amongst the contents of an abandoned storage locker. Appearing to have been created by several different authors, the photographs take place in various parts of the United States, from California to Nebraska. Blurring the line between documentary and narrative, the archive of photographs evokes a contemporary portrait of America through their depiction of the minutiae of the everyday. Photographs of a kindergarten graduation, Mormon Church gatherings, road trips via the Amtrak, and graffiti bombing on Venice Beach present an intermingling of culture and class that is as diverse as it is singular.

 .

.

.

.

  Lucie Rocher, Hús, 2016

.

.

.

.
Lucie Rocher 

 .

.

.

Présentée dans le cadre du projet

Les inéluctables

.

.

.

Occurrence a le plaisir de présenter une exposition de l’artiste Lucie Rocher visible dans l’espace des bureaux du 29 janvier au 5 mars 2016.

Le travail photographique de Lucie Rocher tente par le paysage et le portrait de catégoriser et de mettre l’accent sur une « communauté », un ailleurs, un groupe. Rocher s’intéresse à la notion « d’entre deux », à ce qui est en devenir, en latence et qui n’est pas clairement défini ou achevé. Elle cartographie ainsi des identités et des territoires en marge qui peuvent se faire les échos d’une communauté où l’être-en-commun est constamment à (re)définir. Traversés par une certaine instabilité irrésolue, ces individus et ces espaces sont pourtant identifiables – reconnaissables par le même déséquilibre qui les habite. L’être humain et l’architecture sont profondément interconnectés et constituent en quelques sortes les marqueurs d’une révolution silencieuse dont l’image devient le témoin privilégié. Interrogeant spécifiquement le médium, ses supports d’existence, les cadres, ou encore sa mise en espace, le corps de l’image est investi comme un objet singulier en constant déplacement, en construction, rythmé et influencé par son environnement. Pour cette exposition à Occurrence, l’artiste a choisi de proposer une installation photographique inédite et qui sera soumise à de potentielles variations tout au long de la durée de l’exposition.

Initié en automne 2014, Les inéluctables a été amorcé dans une volonté d’accorder plus d’espace aux artistes, et offrir les murs de la pièce de travail des bureaux d’Occurrence à des œuvres inédites et des coups de cœur sélectionnés ponctuellement. À votre prochaine visite, venez dans notre bureau qui, au gré des inéluctables, se transforme à quelques reprises au cours de la saison artistique.

.

.

.

 

.
.
Occurrence, espace d’art et d’essai contemporains
5455 De Gaspé, # 108
Montréal, Qc
H2T 3B3
T 514 907 4535
.
.
.
.