Long distance communication – Group Show / Galerie Marine Veilleux (FR)

74ff8522-092c-4718-944c-296ba4a2a0b7
Mathieu Arbez Hermoso,
Correspondance, 15 octobre 2015
 .
.
.
.
.
.
Long distance communication
.
.

Group Show

.

.

  
Une proposition 
.
de MAthieu Arbez Hermoso
.
& Yellow Bird
.
.
.
.
.
.
31.01 – 28.02
.
.
.
.
Vernissage
30.01.16 
15h à 22h
.
.
.
.
.
.
.
.

“J’aimerais nous réunir autour d’une idée qui m’est chère et qui peut être approchée par les notions de non-lisibilité et d’incidence, ce faux-pas absolument nécessaire à la traduction. J’écris traducteur comme auteur-traducteur. C’est une position que je trouve intéressante pour ce qu’elle ouvre, à nouveau, dans un rapport entre faire de l’art et produire du savoir. Je développe un peu tout ça dans une ébauche de textes en pièce-jointe. Le premier texte introduit, le second prolonge un peu. » (1)

“The Greek males thought geometry was the thing. Dr Zamenhof thought Esperanto was the thing. Jesus-Christ thought the dialectical loaf of bread was the thing. And geometry produced bazookas. And polyglotism produced more quarrels. And love produced hatred. And none of these great things has proved to be more (what is the right word) efficacious (?) than what I, in my female way would like to call ‘good manners’.“ (2)

.

.

.

.

.

 

Lena Amuat & Zoë Meyer, Sylvain Bourget, Julie Fischer, François Maurin, Daniel Otero Torres, Félix Pinquier, Josué Z. Rauscher

.

.

Faisant suite à #1. Poros, #2. Long distance communication s’inscrit dans un cycle de rendez-vous collectifs annuels qui dévoilent, à travers le prisme d’un artiste de la galerie, les liens et les écarts entre les pratiques de chacun et révèlent ainsi l’identité du lieu d’un point de vue subjectif et fragmentaire. Ici, la proposition est enrichie de la participation d’un projet éditorial, curatorial et transdisciplinaire, le Yellow Bird (3), porté par Mathieu Arbez Hermoso. Il s’agit d’y interroger les stratégies de prises de parole au sein des formes d’exposition de l’art et d’en penser les possibilités de traduction. Ne pas y élucider, une chose ou une autre de l’ensemble qui nous intéresse afin d’en produire la restitution. Non plus tenter de comprendre à partir de la lecture, mais tenter de comprendre la lecture à partir de la situation. En d’autres termes, il s’agit de faire de cette situation non pas l’objet, mais l’instrument d’une élucidation.

 

.

.

.
Galerie Marine Veilleux
47 rue de Montmorency
75003 Paris

Du mardi au samedi de 14h à 19h

et sur rendez-vous

T. +33 (0)1 42 77 56 13
.
.
.