ERWIN WURM – LOST / GALERIE THADDAEUS ROPAC (FR)

777.
Photo: Eva Würdinger
.
.
.
.
.
.
.

 

ERWIN WURM 
.
.
.
LOST
.
.
.
.
14 JAN – 5 MAR 2016 
.
PARIS MARAIS
.
.
.
 
VERNISSAGE
JEUDI 14 JANVIER 2016, 18H – 20H30

 

 

OPENING
THURSDAY 14 JANUARY 2016, 6PM – 8:30PM
.
.
.
.
.
.
.

La galerie Thaddaeus Ropac a le plaisir de présenter la nouvelle exposition d’Erwin Wurm intitulée Lost dans sa galerie du Marais à Paris.

Le caractère quotidien des objets utilisés par Erwin Wurm est une composante essentielle de son travail : du concombre à la saucisse en passant par les voitures ou les maisons de toutes formes et de toutes tailles. L’apparence « familière » de ces objets instaure une relation de confiance initiale avec le spectateur.

Lost présentera les dernières œuvres d’Erwin Wurm pour lesquelles la matérialité joue un rôle essentiel aux différentes étapes de conception. Les œuvres exposées sont inspirées de la forme d’objets du quotidien et du souvenir de la perception tactile de leurs surfaces et matières. Ces formes peuvent être celles d’un flacon de crème pour le corps, d’une horloge, d’une chaise longue ou encore d’un fauteuil.

Au départ, Erwin Wurm réalise des moulages en argile ayant la forme d’objets du quotidien. Ils peuvent être plus grands que nature, conférant ainsi à l’œuvre un caractère surréel, ou bien être fidèles à la réalité.

L’artiste va ensuite laisser son empreinte physique sur le moulage en s’asseyant (Sideboard) ou en marchant dessus (Snow) par exemple.

L’œuvre est finalement moulée en bronze ou en polyester, la troisième et dernière étape de sa matérialité. L’artiste les soustrait à leur raison d’être, et les dépouille de leur fonction première. Ce qui devient visible est alors une « dé-form-ation » : les propriétés auparavant inhérentes à l’objet ont disparu ou changé de nature. Une tension se crée entre la représentation de l’objet du quotidien, sa déformation par le corps de l’artiste et la matérialité de l’œuvre elle-même.

En janvier 2016, Erwin Wurm et ses One Minute Sculptures feront partie d’une exposition de groupe à la Tate Modern de Londres et feront l’objet d’une exposition personnelle au MAK Center for Art and Architecture, Schindler House, West Hollywood en Californie. Les œuvres de l’exposition Lost seront ensuite présentées à la Berlinische Galerie Museum für Moderne Kunst de Berlin du 15 avril au 22 août 2016. En septembre 2016, une exposition personnelle lui sera consacrée au Museo Novecento de Florence, ainsi que dans plusieurs espaces publics de la ville.

.

.

.

 

 .
.
.

Galerie Thaddaeus Ropac is pleased to present Erwin Wurm’s new exhibition Lost, in its Paris Marais gallery space.

The profanity of objects in Erwin Wurm’s oeuvre is a fundamental component of his practice. His work includes cucumbers, sausages and also cars and houses, in a wide variety of shapes and forms. The subject matter primarily evokes trust in the viewers, since the objects are supposedly « familiar ».

The exhibition Lost will feature Erwin Wurm’s latest works, in which materiality plays a significant role during the different steps of the artwork’s conception. The works are primarily developed in correlation to the form of everyday objects and the recollection of the haptic perception of their surfaces and materials. The form could be a body lotion dispenser, a clock, a chaise longue or an armchair.

In a first instance, the clay model initially formed by Erwin Wurm in shapes of everyday objects can vary greatly in size. They can be larger than life, giving the work a surreal notion, or remain true to the actual size of the everyday object. Then, on the clay model, the artist leaves his physical imprint, for example by sitting on it (Sideboard) or walking over it (Snow).

Finally, the artwork is cast into bronze or polyester, taking the materiality to the final, third level. These everyday objects are stripped of their primary functions, the artist having removed their purpose. What becomes visible is a « de-form-ation »; the properties previously inherent in the object have dissolved or mutated. A tension is created between the representation of an everyday object, its deformation by the artist’s own body and the materiality of the work itself.

A group exhibition with his One Minute Sculptures at the Tate Modern in London will open in January 2016, as well as a solo exhibition at the MAK Center for Art and Architecture, Schindler House, West Hollywood in California. The works of the exhibition Lost will subsequently be shown at the Berlinische Galerie in Berlin from 15 April until 22 August 2016. In September 2016 Erwin Wurm will open an important solo show at the Museo Novecento in Florence (Italy) and on several locations in public spaces.

.

.

.

.

.
.
GALERIE THADDAEUS ROPAC
69, AVENUE DU GÉNÉRAL LECLERC
FR-93500
PANTIN
.
.
.
HORAIRES D’OUVERTURE
MARDI-SAMEDI, 10H À 19H
CAFÉ BLEU : 11H Á 18H
.
.