Questionnantes archi-nullités contemporaines par Nicole Esterolle

Lavier B-vertmontage.

.

.

.

.

 

 

Questionnantes archi-nullités contemporaines

 .

Par Nicole Esterolle

.

De Bertrand Lavier, l’artiste français classé troisième en notoriété internationale, qui avait fait cette fameuse déclaration « c’est quand je me suis aperçu que l’art contemporain n’étais pas de l’art, que je suis devenu artiste contemporain », je connaissais le « nounours à l’air vicieux » trouvé dans une poubelle, monté sur socle et estimé aujourd’hui à 1 million de dollars ; le frigo juché sur un coffre-fort ; l’extincteur badigeonné à la colle de pâte, etc….mais je ne connaissais pas ces deux œuvres dont je vous joins les images : formes molles d’origine assez mystérieuse, puisqu’autant la stratégie discursive légitimant le nounours ou le frigo est simple à comprendre, autant celle qui concerne et explique l’existence de ces deux choses me semble être effroyablement complexe et tirebouchonnée à l’extrême…

.

Si quelqu’un peut se dévouer pour me faire un texte de présentation de ces deux œuvres, sur le mode « critique d’art contemporain bien pédant et abscons », je publie…

.

J’ai déjà ce texte de mon ami Noorbergen, répondant au mystérieux méta-questionnement soulevé par la méta-nullité ces deux œuvres de Lavier: « Ici l’artiste Lavier questionne me semble-t-il, sa propre démarche auto-annulante, éclairant ainsi le public lui-même questionné dans la répétition de ses habitudes visuelles. Mise en abîme d’un questionnement picturologique infini. Ainsi l’artiste auto-disparaissant mettrait lui-même en question son propre questionnement d’origine en disparaissant au sein d’icelui. Questionner la question enfonce le clou processualo-discursif de la non-différence d’une forme identique à elle-même, se répétant à l’infini dans l’œuvre . la chose devient œuvre, l’œuvre se fait chose, la partie molle devient le tout mou, le tout devient partie, et la nullité indifférenciée s’auto-transcende dans la spatio-temporalité du manque. L’œuvre initiale et initiatique s’empare ainsi, par absorption contaminatrice, du tout évanescent qui l’insépare de ce qui l’environne. L’artiste inquestionne la non-question de la non-différence, et le même s’empare de l’altérité qui ne cesse de s’anéantir ».

 

.

.

.

.

 

.

.

Biographie de Nicole Esterolle

.

 

Nicole Esterolle. Artiste, critique d’art, galeriste ? peu de gens connaissent l’identité réelle de la personne connue ou non, qui se cache sous ce pseudonyme…
mais ses chroniques irrévérencieuses font fureur sur le web depuis trois ans.

.

.
.
.
.

Schtroumpf Emergent

.
.
.
.
.

.