YVES MARCHAND & ROMAIN MEFFRE X LEK & SOWAT – TEAMWORK MAKES THE DREAM WORK / Polka Galerie (FR)

mcith_426x329_Michigan_Central_Station_of_the_Elevated_par_Lek__Sowat_dapreIs_une_uvre_originale_de_Yves_Marchand__Romain_Meffre__Nicolas_Gzeley_courtesy_Polka_Galerie.
Michigan Central Station of the Elevated, 2015
.
.
.
.
.
.
.
YVES MARCHAND 
.
& ROMAIN MEFFRE X LEK
.
& SOWAT 
.
.
.
.
 
TEAMWORK MAKES
THE DREAM WORK
.
.
.
.
.
 21 janvier – 9 mars 2016
.
.
.
.
.

La galerie Polka réunit pour la première fois les photographes Yves Marchand & Romain Meffre et les plasticiens Lek & Sowat autour d’une exposition collective intitulée Teamwork Makes the Dream Work. Une collaboration inédite entre deux duos d’artistes qui ont composé pour l’occasion une série d’oeuvres communes.

 

Sans le savoir, ces quatre-là se sont peut-être croisés, ont battu le même sol poussiéreux. Marchand & Meffre comme Lek & Sowat partagent une passion pour l’exploration urbaine et les lieux abandonnés, désertés par les hommes et réinvestis par le temps.

Leurs démarches artistiques reflètent une fascination réciproque face à la pureté des lignes de fuite, aux architectures massives et accidentées, à ces espaces encore vierges dans lesquels ils s’immiscent, de manière plus ou moins intrusive. Les premiers rapportent des images qui révèlent les métamorphoses d’un bâti désoeuvré; les seconds s’appuient sur l’ossature des lieux qu’ils visitent pour tracer in situ leurs calligraphies et installations abstraites.

Issus du graffiti, Lek & Sowat forment un duo depuis 2010. Ils affectionnent l’expérimentation. Au cours d’une carrière commune qui les mène, depuis septembre 2015, en résidence à la Villa Médicis, ces laborantins ont créé toutes sortes d’incubateurs artistiques : Le Mausolée dans un ancien supermarché parisien transformé en terrain de jeu clandestin ; l’exposition Terrains vagues pour lequel ils ont invité les précurseurs du graffiti à envahir les entrailles du Palais de Tokyo.

Yves Marchand & Romain Meffre, eux, immortalisent depuis 2002 les ruines contemporaines à l’aide de leur chambre photographique 4 x 5, avec une esthétique librement inspirée de l’Ecole de Düsseldorf.* Chaque duo a su trouver un équilibre dans cette nouvelle collaboration, une singularité à travers une écriture à quatre. Une véritable alchimie est née de la rencontre entre ces artistes qui ont souhaité, au cours de cette exposition, confronter leurs styles, mixer leurs disciplines et créer des œuvres monochromes inédites.

Partageant le savoir-faire du photographe et tireur Svend Andersen, Lek & Sowat se sont plongés dans les mystères de la chambre noire. Ils sont intervenus sur trois images iconiques des séries Industry et Ruins of Detroit.

Ils se sont réappropriés les procédés chimiques propres à la photographie pour tracer formes géométriques et lettrages abstraits, directement au liquide révélateur sur le papier photosensible. L’image n’est plus une surface lisse et plane. Elle devient un lieu de rencontre. Une construction avec ses volumes, sa profondeur, une composition rugueuse et contrastée où se lit la signature de chacun.

Pour parfaire cette exposition, les artistes urbains ont investi les sous-sols de la galerie Polka en stylisant les murs. Aux écritures denses et nerveuses de Lek & Sowat répondent les images dynamiques et désertes captées par Marchand & Meffre.

Les photographes exposeront également aux côtés des œuvres collectives et pour la première fois, des clichés extraits de la série Graffiti Général réalisés dans les anciens magasins généraux de Pantin, ainsi que deux pièces inédites issues de la série Industry.

La scénographie de l’exposition a été pensée comme un parcours dans lequel le visiteur est invité à progresser, lentement, des espaces vierges vers les espaces saturés pour découvrir, enfin, les créations originales où les duos s’expriment à huit mains, mais d’une seule voix.

 

.
.
.
.

.

 

.
Polka Galerie
Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris, France
T +33 1 76 21 41 30
.

.

.

OUVERTURE

.
Mardi – Samedi11 h – 19 h 30
ou sur rendez-vous Entrée libre
.
.
.