Vernissage Rachel DAIREAUX jeudi 7 janvier 2016‏ / GALERIE CLAIRE CORCIA (FR)

ATT00004.
 » La traversée des mariées du coeur « , 115×146 cm
.
.
.
.
.
.
 Rachel DAIREAUX
.
.
.
.
Du 6 au 30 janvier 2016 
.
.
.
.
 
Vernissage
07.01.16 
18h à 21h30
.
.
.
.
.
.
.
.

Un voyage initiatique, en quête d’harmonie

« Le fil de ma nature et le langage de mon inconscient »

Au cours de chacune de mes étapes artistiques, je me suis laissée guider par mon instinct (ma voie intérieure).

Le choix de la matière et du geste répétitif était nécessairement lié à l’affect. Le même geste répété inlassablement, la construction de l’œuvre devient un rituel de chaque instant.

Les chambres à air ouvertes, piquées de multitudes de clous, (le Feu).

La terre glaise, par pression sur chacune des parties de mon corps, (la Terre).

Les affiches publicitaires, annuaires téléphoniques, pliés page par page, (l’Air).

Les encres sur papier, aux gouttes à gouttes, (l’Eau).

Les chutes de tissus tendues, nouées dans l’espace, (le Corps), ont tous fait partie de ma transformation intérieure, vers le chemin de l’ouverture et de la conscience de soi.

A la galerie Claire Corcia, les différentes œuvres exposées ont été réalisées les unes après les autres par un même procédé.

– Tramées dans l’espace, les chutes de tissus nouées ont dévoilé des sculptures allégoriques. Un processus de métamorphoses.

– Hachuré de graphite, sur chaque feuille éclairée, entre ombres et lumière, je décrypte au crayon la manifestation de formes symboliques révélant des archétypes qui représentent mon histoire de femme sous forme d’un conte.

– Les « toiles » peintes à l’huile représentent le mythe des mondes « de l’invisible et du visible » qu’ils soient personnels ou collectifs.

.

.

.

.

 Rachel DAIREAUX

Rachel Daireaux est née en 1969. Elle vit et travaille aux Lilas. .

.

.

.

.

.

.

.
GALERIE CLAIRE CORCIA
323, rue Saint-Martin
75003
Paris
Tel : 09 52 06 65 88
.
.
.
Métro: Arts et Métiers ou Réaumur Sébastopol
Parking St Martin à proximité
A 10 minutes du Centre Georges Pompidou
.
.