Christophe ROBE – Des peintures, des dessins / Galerie Jean Fournier (FR)

2854.

Sans titre, 2013 acrylique sur toile, 220 x 185 cm (86.6 x 72.8 in.)

.

.

.

.

.

Christophe ROBE 

.

.

Des peintures, des dessins 
.
.
.
.
3 décembre 2015 – 16 janvier 2016 
.
.
.
.
Vernissage
03.12.15
 18h à 20h30
 .
.
.
.
.

Pour la première exposition personnelle de Christophe Robe à la galerie Jean Fournier, nous sommes heureux de présenter un ensemble de peintures et de dessins témoignant des travaux les plus récent s de l’artiste.

.

Christophe Robe développe une recherche aux frontières de la figuration et de l’abstraction. D’emblée, son univers onirique attire le spectateur par son étrangeté et l’utilisation récurrente d’éléments figuratifs, le plus souvent végétaux ou organiques qui jouxtent des éléments plus abstraits.. . Comme il fait se côtoyer plusieurs univers, il recourt à de multiples technique s. Il ponce, lessive, accumule et multiplie les couches picturales .

Cette accumulation « gourmande » de techniques et de méthodes en appelle à l’imagination du spectateur aux confins de s contes pour enfant s ou de la fiction . Chaque tableau est un univers en lui – même : un paysage, un sous – bois, un fond marin. Une ambiguïté se crée entre la profondeur et la surface, entre la dimension physique et optique de la peinture. Des branches entrelacées se mêlent à des formes géométriques aux contours très précis , à des formes incertaines ou bien encore à des excroissances de matière aux interprétations multiples . Certains éléments semblent reconnaissables immédiatement mais l’artiste brouille les pistes. La succession de couches de matière quant à elle renforce la profondeur de l’image. Cette stratification de la peinture correspond à une remontée de l a mémoire perceptive de l’artiste .

« De strates en strates, par porosité, capillarité et transferts, le regard s’infiltre dans des profondeurs haptiques que seul le vocabulaire de la gourmandise semble parvenir à décrire : copeaux de lumière cristallisés, nappages de nuances douces – amères , roulés de couleurs confites, flans de peinture montée en neige, tonalités crémeuses, caramels chromatiques … Tout un inventaire inédit de complicités entre le peindre et le savourer, qui jette le spectateur – goûteur derrière l’écran du visible, pour rejoindre les eaux troubles et délicieuses de la cécité de la peinture . » 1

.

.

.

.
 Sans titre, 2011 acrylique sur toile, 40 x 30 cm (15.8 x 11.8 in.)
 .
.
.
.
.

La même foisonnance se retrouve dans le travail graphique. Si cette pratique riche en recherches formelles est totalement indépendante du travail pictural , elle présente néanmoins de multiples liens avec celui – ci . C’est pourquoi l’accrochage fait cohabiter les grands et petits tableaux avec les dessins , comme au tant de gros plan s ou de longs plans séquence

 

À l’occasion de l’exposition, publication d’un catalogue avec un texte de Stéphanie Katz (Editions Galerie Jean Fournier).

 .

.

.

.

.

 

  .

..

 

.
.
Galerie Jean Fournier
22, rue du Bac
75007 Paris
T. 01 42 97 44 00
.
.
Du mardi au samedi
10 h – 12 h 30 / 14 h – 19 h
.
.
.