Raymond Lavoie – CONSTRUIRE LE VIDE / Galerie Graff (CA)

cf9e04b4-db7d-4a21-b346-d7e784039e1a.
.
.
.
.
.
RAYMOND 
.
.
LAVOIE
 .
.
.
CONSTRUIRE LE VIDE 
.
.
.
Du 29 octobre au 28 novembre 2015
.
.
.
Vernissage
29.10.15 
17h
.
.
.
.
.
.

La galerie Graff est fière de présenter Construire le vide, exposition des travaux récents de Raymond Lavoie. L’exposition sera visible du 29 octobre au 28 novembre 2015. Le vernissage aura lieu en présence de l’artiste, le jeudi 29 octobre à partir de 17 h.

.

Construire le vide c’est l’encadrer, le sous-entendre : c’est construire tout ce qu’il y a autour. Ce nouveau corpus de Raymond Lavoie renverse l’idée du dispositif d’exposition comme élément transparent qui serait subordonné au contenu, pour en faire une véritable matière, un obstacle aux codes de présentation de l’art et de l’information en général. Dans de grands cadres – dont certains, sans fond, laissent paraître le mur d’accrochage – livres, cartons, images, pans de couleurs (parfois peints à même la vitre) et carrés de toile écrue montés sur châssis sont assemblés à l’aide de punaises, de ruban adhésif, de colle ou d’agrafes. Rangés en périphérie du cadre ou empilés en son centre, ces supports se parasitent mutuellement, donnant au spectateur l’impression d’un espace pictural instable, en constante révision.

Outre cette série éponyme, l’exposition en regroupe deux autres qui reprennent les compositions d’images trouvées/altérées chères à l’artiste. D’abord dans les Cahiers (sur le vide), livres modifiés, ouverts aux énigmatiques illustrations de leurs planches centrales; puis, avec les Small talk, agencements sous verre de pages prélevées d’un volume sur la collection d’art grec et étrusque du Metropolitan Museum of Art, combinées à des images reproduites, découpées, étirées, effacées, peintes ou caviardées par l’artiste.

Construire le vide, dans la lignée des Notes (1990) et des Missing Data (2013), reprend l’idée d’une information phagocytée par ses propres systèmes de présentation. À travers des œuvres qui, en opérant une succession d’évidements et de colmatages de l’image, le travail de Raymond Lavoie altère de manière aussi discrète que savante l’écologie de notre regard. Celui-ci, devant les enchâssements irréguliers des cadres et des supports, semble en effet hésiter, comme si la hiérarchie commode à laquelle on l’avait habitué se dérobait doucement.

Né à Montréal en 1950, Raymond Lavoie détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université Laval et une maîtrise en arts plastique de l’Université du Québec à Montréal. Son travail a été présenté dans des galeries, centres d’artistes et musées au Québec, au Canada et en Europe. Ses œuvres sont présentes dans plusieurs collections publiques, corporatives et privées, notamment, celles du Musée d’art contemporain de Montréal, Musée national des beaux-arts du Québec, Musée des beaux-arts de Montréal. Raymond Lavoie est représenté par la galerie Graff depuis 1982. II vit et travaille à Montréal et à Saint-Adolphe d’Howard.

.

.

.

.

.
.
.
.
 

 

RAYMOND LAVOIE
.
.
CONSTRUIRE LE VIDE
.
.
.
.
.
.
.

Galerie Graff is proud to present Construire le vide, an exhibition comprising Raymond Lavoie’s recent works. The exhibition will be on display from October 29, to November 28, 2015. The opening will take place in the presence of the artist on Thursday, October 29, starting at 5 p.m.

Construire le vide (building, structuring emptiness) actually means framing emptiness, circumscribing it by structuring everything around it. This new body of works by Raymond Lavoie inverts the idea of the exhibition display as a transparent element that would be subordinate to content, and focuses on it as an actual material, an obstacle to the current mode of presentation of art and information in general. In large frames built by the artist – some of which have been hollowed to let the wall show through –, books, cardboard, pictures, strips of color (some painted on the glass itself) and mounted raw canvas pieces are bound together using tacks, tape, glue, or staples. Hugging the sides of the frame or crowding its center, these structures conflict with one another, giving the impression of an unstable pictorial space that is constantly readjusting itself.

Aside from its eponymous series, the exhibition comprises two more, which revisit the recurring compositions of found/altered images in the artist’s practice. First in his Cahiers (sur le vide), modified books, displaying their central plates’ enigmatic illustrations; then, in the next room, the Small talk series, composed of framed arrangements of pages taken form a volume on the Greek an Etruscan collection of the Metropolitan Museum of Art, and combined with various images that have been printed, cut-out, stretched, blurred, painted on or redacted by the artist.

Construire le vide, like his earlier series – Notes (1990) and Missing Data (2013) –, re-examines how information can be cannibalized by its own methods of presentation. Through works that, by alternately hollowing out and blocking off images, Raymond Lavoie both subtly and skillful distorts our vision’s habits. When scanning these irregularly inset frames and structures, our eyes cannot help but falter, as if the streamlined hierarchy they were used to was slowly being taken away.

Born in Montreal in 1950, Raymond Lavoie holds a Master Degree in visual arts from UQAM. Since 1980, he has exhibited extensively in solo and group shows in Canada and abroad. In addition to belonging to numerous corporate and private collections, his works can be found in some of the most highly-regarded museums in Canada. Raymond Lavoie is represented by galerie Graff since 1982. He lives and works in Montreal.and Saint-Adolphe d’Howard.

.

.

.

 

 

.
Galerie Graff
963 Rue Rachel Est
Montréal, QC
H2J 2J4
(514) 526-2616
.
m
.
.
.
.