Fabienne Lasserre | John-Elio Reitman & Woobie Bogus @ Parisian Laundry‏ (CA)

a2c726cb-b86b-455e-aed4-b7901805ae4b

Fabienne Lasserre, A You, 2014,

acier, lin, polymère acrylique, vinyle, carton, peinture acrylique, peinture émail

76 x 56 x 10” | 193 x 142.2 x 25.4 cm

.

.

.

.

Fabienne Lasserre
.
.
.
 
LES APPROCHES
.
.
.
.
29.10 – 28.11
 .
.
.
.
Vernissage le 28 octobre, 18h à 21h
.
Opening October 28, 6-9pm
.
.
.
.
.
.

ENGLISH FOLLOWS

.

Pour sa première exposition solo chez Parisian Laundry l’artiste basée à Brooklyn, Fabienne Lasserre, continue sa rigoureuse exploration des matériaux, de l’espace, de la forme et de l’agence. Ses sculptures à grande échelle constituent des objets autonomes, cohérents et bien distincts, sans le moindre signe de précarité. L’utilisation de la couleur est une stratégie pour réitérer la différence entre les surfaces et les œuvres, mais crée une répétition et revendique une contingence d’une œuvre à l’autre, dans leur environnement et auprès de ceux qui les admirent. Une sculpture peut en placer une autre dans l’ombre ou, par un trou, en encadrer une deuxième, selon l’emplacement du visiteur. C’est ainsi que Lasserre puise dans l’histoire du minimalisme. Ceci étant dit, ses œuvres transcendent les classifications trop évidentes.

Les sculptures de Lasserre sont en quelque sorte un produit de la chance. L’artiste moule, étire et tend des matériaux selon ses inspirations. Pourtant, ces matériaux réagissent et tiennent leur bout, pour produire des œuvres qui négocient un espace entre les intentions et le résultat. De plus, les catégories universelles liées à la matière, à la sexualité et à la biologie sont discernables, mais d’une façon qui les rend méconnaissables. Lasserre s’intéresse davantage aux zones exclues entre les taxonomies acceptées, à tout ce qu’il reste après les économies d’informations. Son approche repose sur certains aspects de la théorie féministe ainsi que sur la déconstruction de l’ordre naturel et de leurs relations de pouvoir implicites.

Fabienne Lasserre détient un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia (Montréal) ainsi qu’une maîtrise en art visuel de l’Université Columbia (New York). Elle a présenté de nombreuses expositions aux États-Unis et au Canada, dont des expositions en solo à New York, Miami, Toronto, Montréal et Québec. Ses œuvres sont également apparues dans des expositions de groupe à New York, Philadelphie, Oaxaca au Mexique, Santiago au Chili, Berlin et Kassel en Allemagne et Londres, en Angleterre. Les expositions récentes incluent C.Ar.D. in città au Palazzo Costa Trettenero (Piacenza, Italie), Beyond the End à la Fondation Kadist (Paris, France) et Outside the Lines au Musée d’art contemporain de Houston (TX).

.

.

.

 .
.
.

In her first solo exhibition at Parisian Laundry, Brooklyn-based artist Fabienne Lasserre continues her rigorous exploration of material, form, space and agency. Though her large-scale sculptures certainly perform their own autonomy as coherent and demarcated objects, this autonomy is nevertheless precarious. The use of colour is one strategy employed to reiterate the difference between surfaces and artworks, however it also creates repetition and essentially asserts each artwork’s contingency on its others, its surroundings and the viewer. A sculpture may obscure another or, through a hole, frame it, depending on the position of the spectator. In this vein, Lasserre picks up on the history of minimalism. That being said, her body of work ultimately challenges such easy classifications.

Lasserre’s sculptures are in ways products of chance. The artist molds, stretches and pulls materials according to her impulses. Yet these materials oftentimes push back defiantly, producing artworks that negotiate a space between intention and end. Furthermore, universalized categories such as matter, sexuality and biology are discernable, but in ways that render them nearly unrecognizable. Lasserre is more interested in the excluded area between accepted taxonomies, the remainder that is left forgotten in economies of information. Her approach is grounded in certain areas of feminist theory, undoing naturalized modes of order and the power relations implicit thereof.

Fabienne Lasserre holds a BA in Fine Arts from Concordia University (Montreal) and an MA in Visual Arts from Columbia University (New York). She has exhibited widely in the United States and Canada, including solo exhibtions in New York, Miami, as well as in Toronto, Montreal and Québec City. Her work has been shown in group exhibitions in New York, Philadelphia, Oaxaca, Mexico, Santiago, Chile, Berlin and Kassel, Germany and London, England. Recent exhibitions include C.Ar.D. in città at the Palazzo Costa Trettenero (Piacenza, Italy), Beyond the End at the Kadist Foundation (Paris, France) and Outside the Lines at the Contemporary Arts Museum Houston (TX).

.

.

.

 .
.
FEELING OF DREAD
.
29.10 – 28.11
.
Vernissage le 28 octobre, 18h à 21h
Opening October 28, 6-9pm

.

.

.

 

 

 

Organisée par | Curated by:
Woobie Bogus & John-Elio Reitman
.
.
.
.

Les œuvres de neuf artistes sont ici rassemblées pour imaginer une vision post apocalyptique objective, ou en partie, à quoi ressemblerait un bunker post humanité. Dans ces espaces se trouve une archive composée de produits naturels et fabriqués, formée après avoir échappé à tout et à rien, après avoir évolué et s’être d’adapté à son environnement. Les plantes mutent et prospèrent, transcendant leurs rôles serviles de nourriture et de décoration. Les meubles, les électroménagers, l’architecture et les installations développent leurs propres désirs et ignorent leur raison d’être utilitaire. La pièce elle-même vit et meurt, bienheureuse dans l’ignorance de son origine et de sa fonction.

L’exposition repose sur les différences entre la science-fiction et le fantastique, les projections du futur versus les histoires venues d’une autre réalité. Feeling of Dread constitue une approche flexible de la réalité d’un objet dans une pièce en science-fiction, de la croyance qu’une idée peut prouver n’importe quoi, et de cette occasion de mieux comprendre ces œuvres multi genres.

.

.

.
.
.

FIda Badal, Jesse Chapman, Nathan Ellefson, Rochelle Goldberg, Miljohn Ruperto,Ulrik Heltoft, Alina Tenser, Eric Veit, Andrew Norman Wilson.

.

.

.

.
.
.
.

The works of nine artists come together to imagine a nonpartisan post­apocalyptic perspective, or in part, the impacts of a post­human bunker. Inside the space is a preserved archive, organic and fabricated, after escaping the whatever whichever and actively evolving and adjusting to the environment. Plants mutate and prosper, transcending subservient roles as food and decor. Furniture objects, appliances, architecture and fixtures develop desire and ignore their convenient purposes. The room itself is living and dying, blissfully unaware of how it got there and what it might be expected to do.

The exhibition finds its footing in the differences between Science Fiction and Fantasy; projections of the future vs. make believe from another reality. Feeling of Dread is a flexible approach to the science fiction reality of an object in a room, the fantasy of an idea that can prove anything, and the opportunity to understand these works as both genres.

.

.

.

.

.

.

 

.
PARISIAN LAUNDRY
3550 St-Antoine Ouest
(entre Greene et Bel-Air)
Montréal, QC
H4C 1A9
Métro: Lionel-Groulx
T: (514) 989-1056
m
mm
.
.
.