Laurence Demaison & Marc Sommer‏ / Galerie Esther Woerdehoff (FR)

MarcSommer_Page07_LesLoisdeLAmnesie_2008
.
Marc Sommer, Les lois de l’amnésie, 2008
Tirage jet d’encres pigmentaires, 70 x 60 cm, édition de 7

.

.

.

.

.

Marc Sommer
.
.

Laurence Demaison

.

.

.

03.11 – 19.12.2015

 .
.
Vernissage  
03.11.15
18h à 21h
en présence des artistes
.
.
.
.
.
.
.
.

Paul Valéry disait : le faux ajouté au vrai le rend plus faux que le faux. Gloire donc à Marc Sommer qui nous offre ses petites perles d’images tellement naturelles dans leur impossibilité que l’on y ressent toujours la présence du réel.” Patrick Bailly-Maître-Grand

.

La Galerie Esther Woerdehoff a le plaisir d’exposer deux photographes ! Marc Sommer et Laurence Demaison, en noir et blanc pour l’une, en couleurs pour l’autre, une connaissance de longue date et une découverte inédite !

C’est Laurence Demaison, représentée par la galerie depuis 20 ans, qui nous a proposé le travail de Marc Sommer. Ami de Laurence Demaison et de Patrick Bailly-Maître Grand, il habite comme eux à Strasbourg. Laurence l’a poussé à montrer pour la première fois ses photographies au public.

C’est une vraie découverte ! Autodidacte, Marc Sommer élabore depuis de nombreuses années, sans jamais la montrer, une oeuvre d’une grande cohérence, au fil de l’absurde. Dans ce travail photographique où la réalité est inventée de toutes pièces et orchestrée avec ses proches, des objets surréalistes côtoient des personnages mis en scènes. Complètement inédit, ce travail remarquable décrit un univers paradoxal, où une grande fantaisie accompagne un humour cruel et inattendu.

Ces dernières années, Laurence Demaison oriente ses recherches vers une démarche plasticienne, expose ses dessins et conçoit des sculptures dans un univers proche des séries photographiques qui l’ont fait connaitre. Elle s’autorise l’utilisation de mannequins comme modèles de ses photographies, ce qui lui permet de dépasser les limites de l’autoportrait et de concevoir des mises en scènes spectaculaires. Avec une maitrise totale du noir et blanc, de la prise de vue au tirage, la photographe joue avec les limites du medium comme dans ses monotypes, autoportraits directs au flash métamorphosés en épreuves uniques et lumineuses. Pour cette exposition, la photographe a sélectionné des travaux récents et des tirages de ce qu’elle appelle ses “petits parachutes”, ébauches de séries ou prises de vues isolées dont elle a redécouvert les négatifs.

“Tout jeune enfant prend un plaisir extrême à ressentir le drame de la disparition de sa mère quand celle ci joue à cacher son visage derrière ses mains, mais se rassure aussitôt avec la réapparition du doux sourire quand le voile des mains disparaît. Un jeu de l’impossible possible. Du c’est pour de rire … Enfant nous demeurons quand nous savourons les malicieuses et impossibles images de Marc Sommer où parfois un lapin se cache dans un bol ou bien une bougie se courbe pour brûler la tête en bas. Ce photographe est un expert des tours de passe-passe iconiques aussi absurdes que poétiques. Totalement raccordé à la réalité – il renonce aux trop évidentes facilités de collages numériques type Photoshop – il construit réellement ses artifices avec les outils du vrai et prend même le soin de laisser paraître parfois quelques ficelles de sa machinerie.“ Patrick Bailly-Maître-Grand

.

.

.

.

.

 

.
Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière
75015 Paris – France
.
.
mar. – sam. 14h – 18h
.
.