Salon Réalités Nouvelles 2015 – 400 artistes abstraits / Parc floral de Paris (FR)

Marechal.
.
.
.
.
Salon Réalités
.
.
.
Nouvelles 2015
 .
.
.
.
.
.
 
400 artistes abstraits 
.
peinture | sculpture | dessin | gravure | vidéo | photographie 
 .
.
.
.
Du 18 au 25 octobre 2015
 .
.
.
Vernissage
17.10.15
18h-22h
.
.
.
.
.
.

Pour sa 69 e édition , le Salon Réalités Nouvelles s’établit en ouverture de la saison des foires d’art contemporain.

Rendez-vous international de l’art abstrait depuis 1946 , le Salon Réalités Nouvelles est celui de toutes les abstractions en peinture, sculpture, dessin, gravure, vidéo et photographie. Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, le Salon Réalités Nouvelles est organisé par des artistes pour des artistes, français et internationaux ; c’est un territoire de rencontre entre ces artistes, leurs œuvres, les collectionneurs et le public. Si les plasticiens contemporains ne se soucient plus aujourd’hui de s’inscrire dans une ligne abstraite ou figurative avec la même détermination qu’aux origines du salon, ils sont toujours 400 artistes à venir y exposer chacun une œuvre, et à rassembler chaque année plus de 12 000 visiteurs

En choisissant de se tenir au même moment que les foires parisiennes qui présentent des galeries triées sur le volet, le Salon Réalités Nouvelles s’impose comme une alternative aux grand-messes que sont devenues la FIAC et ses manifestations parallèles, OFFicielle, YIA, Slick, Art Elysées… Unique en Europe, le Salon Réalités Nouvelles n’est pas soumis aux lois du marché de l’art, il n’a pas non plus vocation à pérenniser une forme artistique ni à revendiquer un rôle de légitimation académique ou d’avant-garde. Il est le salon de l’Abstraction et, pour les artistes, un temps d’échange et de confrontation, leur permettant de se retrouver, d’exposer, de voir et d’être vu. Montrer son travail en regard de celui d’un autre est l’enjeu de cet espace de réflexion nécessaire hors de la création dans l’atelier. « “Faire salon” aujourd’hui, c’est proposer au spectateur une expérience. C’est initier un débat, c’est renseigner, c’est défendre l’expression artistique et parier sur la création et la présence de la réalité des œuvres elles-mêmes. C’est choisir une relation particulière au public. » Olivier Di Pizio

Depuis sa première édition en 1946 – faisant suite à la réunion, en 1939, sous la férule de Robert et Sonia Delaunay, de deux associations, Cercle et Carré et Abstraction-Création – le Salon Réalités Nouvelles a toujours été organisé par des artistes. C’est aujourd’hui la septième génération qui œuvre, sous la présidence d’Olivier Di Pizio, peintre et plasticien. Comme un ADN de son origine, le salon est divisé en deux grandes entités qui le structurent : dans la partie gauche, l’ abstraction géométrique et minimaliste , dans celle de droite, l’ abstraction informelle et haptique dite “section peinture”. Au cœur du salon, dans chaque alvéole, dans des allées, la sculpture prend toute sa place en contrepoint. Des espaces dédiés sont réservés aux œuvres sur papier , dessin, gravure, photographie, ainsi qu’à la vidéo , donnant au mieux une vision de la scène abstraite contemporaine. Tourné vers l’international, le salon accueille environ 40 % d’artistes venus du monde entier : Amérique-du-Sud, Asie, Australie, Etats-Unis, Europe…

.

Nouveauté 2015 : un colloque et une exposition “Après Malevitch 1915”

.

En 1915, à Saint Petersbourg (Petrograd-Leningrad), Kasimir Malevitch (1878-1935) présente la première exposition suprématiste intitulée “ Dernière exposition futuriste de tableaux 0.10 ” avec le non moins fameux Carré noir sur fond blanc . Référence historique, l’exposition radicale et scandaleuse, pied de nez à l‘art bourgeois, est un acte de foi en la modernité et en son “avenir radieux”. Icône de cette orthodoxie picturale, la photographie noir et blanc de l’exposition et de son accrochage mythique circule aujourd’hui librement sur Internet.* C’est à partir de cette image que les artistes des Réalités Nouvelles proposent un remake de l’exposition de 1915 pour en célébrer à leur manière le centenaire. Au cœur du salon, un espace présentera des œuvres contemporaines inspirées de l’exposition de 1915 dans un accrochage à l’identique. Il ne s’agit pas d’un fac-similé mais d’une totale réinterprétation, d’un hommage à la première grande exposition d’art abstrait, qui constitue l’ADN du Salon Réalités Nouvelles.

Le samedi 24 octobre, un colloque réunira spécialistes de Malevitch, critiques et conservateurs, pour évoquer les enjeux et les problématiques de la monstration de l’abstraction, et sa réception sociale, à travers le salon et son histoire, mais aussi le Centre Pompidou mobile, les architectones de Malevitch

.

Autres temps forts du salon en 2015

.

Initiée l’an dernier, la section arts et sciences s’installe au cœur des 4000 m 2 d’exposition. Le groupe Labofactory, l’artiste et physicien Jean-Marc Chomaz (directeur de recherche au CNRS et professeur à l’Ecole Polytechnique), l’architecte designer Laurent Karst, ainsi que des chercheurs du Laboratoire Ondes et Milieux Complexes (CNRS, Université du Havre), présentent plusieurs œuvres dont Exoplanète , une installation réalisée avec du phytoplancton bioluminescent. Le salon confie aussi une carte blanche à un enseignant d’une grande école d’art pour présenter les travaux de jeunes artistes, futurs ou récemment diplômés, dans une section qui leur sera dédié.

.

.

.

.

.

 

.
.
.
.
.
.
Parc floral de Paris
Route de la Pyramide,
75012 Paris, France

T : +33 1 49 57 24 84

 www.parcfloraldeparis.com/.

Entrée libre : tous les jours 11h-18
.
.
.
.

.

.

.