Rétrospective du photographe et cinéaste Robert Frank à la Cinémathèque québécoise à l’occasion du Festival du nouveau cinéma‏ (CA)

Cocksucker Blues-1

.

Keith Richards et Mick Jagger, pivots de Cocksucker Blues (1972)

.

.

.

.

.

 

RÉTROSPECTIVE

.

DU PHOTOGRAPHE ET CINÉASTE

.

ROBERT FRANK

.

À LA CINÉMATHÈQUE QUÉBÉCOISE

.

À L’OCCASION DU

.

FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA

.

.

.

 Du 8 au 23 octobre
 
 .
.
.
.
.

La Cinémathèque québécoise est heureuse d’annoncer une collaboration avec le Festival du nouveau cinéma, à l’occasion de sa 44e édition, qui se déroulera du 7 au 18 octobre. La rétrospective consacrée à Robert Frank sera présentée à la Cinémathèque québécoise du 8 au 23 octobre.

 

Robert Frank, d’origine suisse mais basé en Amérique du Nord depuis les années 1950 est un photographe phare du 20e siècle, auteur du livre-photo The Americans paru en 1958, déchiffrant la contre-culture avant qu’on la nomme ainsi. Le cinéma est le pan immergé de son oeuvre, d’abord principale mise en images de la Beat Generation, par laquelle Jack Kerouac peut réaliser ses rêves de dramaturge. Pull my Daisy (1959), justement écrit par Kerouac, est son film fondateur. Le cinéma de Frank y est né, au côté des artistes qui ont quelque chose à dire et offrent une part d’eux-mêmes au film qui se fait. Des individualités hantent ses films, notamment Joe Strummer (Candy Mountain), Ornette Coleman (Chappaqua), Delphine Seyrig, Bulle Ogier, June Leaf, Lynn Reyner, Dr. John, Tom Waits (Candy Mountain), William S. Burroughs (Energy and How to Get It), Allen Ginsberg (This Song for Jack), ou bien encore Keith Richards et Mick Jagger, pivots de Cocksucker Blues (1972) film de tous les excès, interdit par les Rolling Stones jusqu’à tout récemment. Ce cycle présente la plupart des films d’un cinéaste ami du Festival du Nouveau cinéma, dont le style indéfinissable a confondu les plus exigeants (tel son compatriote Jean-Luc Godard), posant entre fiction, cinéma-vérité et expérimental, brouillant les pistes séparant journal intime, documentaire et fulgurances poétiques. La monteuse attitrée de Frank ces 25 dernières années, Laura Israel sera présente à quelques projections.

.

.

.

.

.

 

mm
Cinémathèque québécoise
335, boul. de Maisonneuve Est
Montréal (Québec)
H2X 1K1
mmm
mm
m
m
Heures d’ouverture
m
Mardi : 12 h à 18 h
Mercredi à vendredi : 12 h à 20 h
Samedi et dimanche : 16 h à 20 h
m
m
m
mm
La Cinémathèque québécoise, c’est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission est de sauvegarder le patrimoine audiovisuel mondial, en privilégiant les œuvres québécoises, canadiennes et le cinéma d’animation international, pour le mettre en valeur à des fins culturelles et éducatives.
 m
Source : Catherine Vien-Labeaume
.
.
.
LOGO . LE VADROUILLEUR URBAIN no 3.
.