les Quantificateurs de Molinari / Fondation Guido Molinari (CA)

G.M.-T-1991-97-04-2-600x661
.
Quantificateur bleu, 1991-1997, acrylique sur toile, 198 x 182 cm.
Fondation Guido Molinari. Photo : Guy L’Heureux
.
.
 .
.
.
.
.

 

Les
.
.
.
Quantificateurs
.
.
.
de Molinari
.
.
.
.
.
.

 

Du 24 septembre 2015
au 17 janvier 2016
 .
.
.
.
Vernissage
24.09.15 
17h
 .
.
.
.
.
.

À compter du 24 septembre, la Fondation ouvre sa nouvelle saison avec une exposition consacrée aux Quantificateurs de Molinari. Il s’agit de la série à laquelle l’artiste a travaillé pendant la plus longue période de son activité créatrice, soit une vingtaine d’années (entre sa première exposition en solo au Musée d’art contemporain de Montréal, en 1979, et la réalisation de Vent bleu, son gigantesque polyptique de 1997).

Par comparaison avec sa production des décennies précédentes, les Quantificateurs ne s’offrent pas facilement. Ils sont remarquablement dépouillés et exigent du regardeur une observation patiente, une lecture méditative. Comme si l’univers de Molinari lorgnait l’intériorité, l’intimité. À la Fondation, nous avons toujours eu un faible pour ces pages de Molinari qui ne se livrent pas ouvertement, qui constituent autant d’ambiguïtés, comme l’a écrit avec sa justesse habituelle Roald Nasgaard : «Nous n’arrivons jamais à une définition de la forme discrète, et toujours à la dissolution de la forme : une mise en suspens continuelle pouvant conduire le pessimiste au désespoir spirituel, ou encore ouvrir à l’optimiste la porte des possibilités nouvelles.» (catalogue MACM 1995).

La salle du rez-de-chaussée accueillera les grandes toiles de la série, tandis que, dans les petites salles du haut, un rare ensemble d’estampes lumineuses viendra confirmer, si besoin était, la pertinence de l’œuvre gravée de Molinari.

.

.

.

.

.
.
.
.
.

Starting on September 24th, the Foundation opens its new season with an exhibition devoted to Molinari’s Quantifiers. This is a series upon which the artist concentrated his energies for the longest period of his creative life, namely some twenty years (from his first one-man exhibition at the Musée d’art contemporain de Montréal in 1979, through the making of Vent bleu, his impressively large 1997 polyptic.

The Quantifiers are not as user-friendly as the works from the previous decades. They are remarkably understated and demanding of the viewer, from whom they require both patient examination and meditative submission: Molinari’s universe aiming at intimacy and contemplation. At the Foundation we have always had a weakness for these works which do not openly surrender, but which constitute as many ambiguities, as Roald Nasgaard wrote with his usual accuracy in the catalogue to the 1995 exhibition at the MACM: « We never arrive at a definition for the discrete form, but always to the dissolution of the form: a continuous suspense which may lead the pessimist to spiritual despair or, for the optimist, open the door to new possibilities”.

The large canvasses of the series will be on view on the ground floor, while a rare assemblage of luminous prints will grace the smaller upstairs rooms in order to confirm, if need be, the relevance of Molinari’s work as a printmaker.

 

Facebook

.

.

.

.

.

 

Fondation Guido Molinari   

3290, rue Sainte-Catherine Est

(angle Darling)

Montréal, Qc,

H1W 2C6
m
.
.
.
LOGO . LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.

.