Art contemporain : le triomphe de la crétinerie française / Challenges (FR)

CAPTION CORRECTS ARTIST NAME -Visitors walk near the sculpture"Dirty Corners" by British artist Anish Kapoor, after someone splattered paint on it, in the gardens of the Chateau de Versailles outside Paris, France, Thursday, June 18, 2015. S (AP Photo/Michel Euler)/MEU104/696065955848/CAPTION CORRECTS ARTIST NAME/1506191301

 

« Dirty Corners » by British artist Anish Kapoor (AP Photo/Michel Euler)

.

.

.

.

.

Art contemporain : le triomphe de la crétinerie française

 .

.

Face aux affaires Mac Carthy et Kapoor qui illustrent les maux dont souffre la société française, le silence des médias et des intellectuels, gauche et droite confondues, témoigne-t-il d’un abandon face à la crise identitaire du pays ?

 .

Maurice Szafran

Editorialiste invité

 13-09-2015

.

.

.

Que l’on déteste « durty corner » (un « coin sale », que quelques esprits mal placés ont ensuite surnommé le « vagin de la Reine »…), l’installation du plasticien britannique Amish Kapoor plantée dans le parc du château de Versailles, voilà qui n’est guère surprenant. L’affrontement – ou même la cohabitation – artistique entre la modernité la plus radicale et le comble de la tradition française ne va pas forcément de soi. « À Versailles, on attend l’ordre, reconnaît l’artiste. J’ai voulu apporter le désordre ». Il faut admettre que des esprits pourtant éclairés soient choqués, traumatisés, parfois bouleversés. Cette confrontation n’excuse en aucun cas la violence, qu’elle soit physique ou conceptuelle.

Que deux académiciens français de l’envergure, de l’influence culturelle de Jean Clair et Marc Fumaroli se soient lancés dans un combat frontal et acharné contre l’art contemporain et ses dérives, il faut à l’évidence en tenir compte. Certains de leurs arguments ne manquent pas de pertinence. Jeff Koons, la star des stars, n’est-il en effet qu’un escroc de l’art comme les deux sommités le prétendent, un commerçant avisé, le maître d’œuvre d’un business à peine déguisé ? Le marché de l’art contemporain n’est-il pas tombé depuis deux décennies déjà entre les mains des pirates et des piranhas du néolibéralisme le plus acéré – il n’est d’ailleurs pas anodin que Clair et Fumaroli, deux « réactionnaires » patentés, soient les têtes de pont de la dénonciation de cet accaparement. A l’inverse des « progressistes », la « modernité » ni ne les obnubile ni ne les impressionne. C’est notamment en cela qu’ils sont à la fois respectables et indispensables.

.

Les intégristes de la pseudo-morale s’estiment désormais autorisés à oser

Mais l’affaire Kapoor n’a rien en commun avec la nécessité du débat, de l’opposition et de la confrontation. Une nouvelle fois, elle illustre quelques-unes des crispations et maux qui taraudent la société française.

Au printemps dernier, le « Plug anal » de Paul Mac Carthy fut nuitamment dégonflé Place Vendôme. L’installation était de piètre qualité et l’action « militante » revendiquée par le Printemps Français, l’un des groupes les plus radicaux issus de la mobilisation contre le mariage gay. Mac Carthy remettait-il en cause la famille ? L’identité française ? La place de l’enfant ? Rien de tout cela bien sûr, mais les intégristes de la pseudo morale sont persuadés qu’ils tiennent le manche idéologique, que leurs idées sont désormais majoritaires à droite et dans le pays profond. Ils s’estiment donc autorisés à oser. Après Mac Carthy, Kapoor. Après la mise en pièce d’un travail peu intéressant, l’attaque d’une œuvre autrement captivante, méritant somme toute l’intérêt et l’observation attentive.

Trois attaques en trois mois. Graffiti antisémite : « Le deuxième viol de la nation française par l’activisme juif déviant »… Hindou par son père, Kapoor est le fils d’une Juive d’origine irakienne. Graffiti catholique traditionaliste : « A Versailles, le Christ est Roy ». « Roy » avec un y, pour mieux insister… Graffiti royaliste d’extrême droite : « La reine sacrifiée, deux fois outragée ». Quand il se déplace à Paris ou à Lyon pour la Biennale, Kapoor vit désormais sous… protection policière… Il n’en revient toujours pas : « Mais qu’est-ce qui se passe en France ? Le pays de 1968 ! Ce souffle de liberté, c’est ici que ça avait jailli, nulle part ailleurs. Et maintenant, quoi » ? C’est en effet la bonne question.

.

Silence troublant des médias et des intellectuels

 

Suite de l’article (ici)

.

.

.

.

.

 

 

.

.

ABONNEMENT 100%

DIGITALWEB + MOBILE + TABLETTE

.

.

ABONNEMENT INTEGRAL

PAPIER + WEB + MOBILE + TABLETTE

.

.

.

.

(ici)

.

.

 

LOGO . LE VADROUILLEUR URBAIN no 3.

2 réflexions sur “Art contemporain : le triomphe de la crétinerie française / Challenges (FR)

  1. Jean Loup Bézos 20.09.15

    Mis a part le geste complétement intolérable qui a consisté à mettre des inscriptions iniques et surtout reflétant une bêtise inouie, et qu’il faut, bien sur, condamner sans retenu. Et cela en commençant par retrouver les coupables et éventuellement leurs complices. Et quoi de neuf, d’ailleurs à ce propos sur l’enquête dont personne ne parle jamais ( ???)
    Mis a part donc ce point d’orgue de la bêtise et la curieuse tolérance envers les coupables oubliés : à jamais négligés par la morale publique ? il faudrait peut-être accepté d’analyser les mécanismes de cette société dite « contemporaine » qui affiche sans retenue avec une autoritaire assurance son goût pour les choix artistiques du monde de la finance internationale. Ce même monde financier qui contraint la majorité des peuples à une précarité croissante à la seule fin d’augmenter les profit surnuméraire de quelques un. La vrais question est donc de qui ces œuvres issu du marché de l’art financier international sont-elles les représentantes. Et de quelle nature du monde font-elles la promotion . Cette question, que ces œuvres nous plaisent ou nous déplaise reste centrale. A moins que le débat politique qui relève aussi de la question du rapport à l’esthétique soit interdit ?

    A ce propos j’avais déjà répondu à Kamel Mennour dont j’admire , par ailleurs, le parcours et la sincérité de l’engagement artistique ceci :
    A lire ces inepties qui sont inscrite sur le travail de Anish Kapoor, Il faudrait peut-être parler d’une bêtise décomplexée ? Et commencer à réfléchir a ce qui pourrait donner à nos compatriotes les plus démunis le moyen de se sortir de pareilles ornières intellectuelles plutôt que de rabâcher notre morale égo centrée. Elle ne peu juguler les frustrations de ce monde déglingué. Au contraire cette mise en spectacle de notre morale en surplomb, que nous affichons en réponse à cette agression, attise encore plus les rancœurs . La vision infamante de ces écrits, l’insupportable dérive de ce geste destructeurs relevant d’une bêtise inouïe c’est un versant du monde actuel qui s’exprime : Il se montre tel qu’il est lui même, dans son état de désagrégation. La bêtise à ce degré n’est pas uniquement l’affaire d’un acte isolé, quand elle rempli l’actualité a ce point, qu’elle en a le but, qu’elle y parvient, c’est que cette bêtise a pris le sens d’une généralité admise. Autrement dit plus personne ne peut se prétendre en dehors d’une bêtise qui est devenu a ce point présente pour tous qu’elle parasite définitivement nos existences ! Car la bêtise ne voie rien, n’entend rien à part elle même. Et c’est ainsi qu’elle nous envahit tous.

    Qu’avons nous fait nous même pour déclencher autant de stupidité ? Il faut pouvoir répondre à cette question pour imaginer une société capable de vivre en bonne intelligence avec elle même

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.