Toshio Shibata – Night Photographs / Polka Galerie (FR)

714e7220-6399-4277-8e69-1c26ab6cc2fc.

.

.

.

.

Toshio Shibata

.

.

.

Night Photographs
.
.
.
 12 septembre – 31 octobre 2015
.
.
.
.
Vernissage
.
10.09.15
.
18h à 20h30

.

.

.

.

 

La galerie Polka est heureuse de présenter la nouvelle exposition de Toshio Shibata Night Photographs.

Cet artiste japonais de la génération d’après-guerre mène depuis de nombreuses années un travail autour du paysage. Il est notamment connu pour ses photographies d’infrastructures monumentales, déjà exposées en septembre 2013 à la galerie Polka lors de l’exposition The Abstraction of Space.

La réalisation de la série Night Photos occupe une place particulière dans la production de l’artiste. Ces photographies, prises exclusivement de nuit dans les années 80, révélées au public aujourd’hui, sont des images en noir et blanc quand son travail actuel est en couleur. Le retour que l’artiste opère ainsi sur lui-même à travers ces archives, ce choix du noir et blanc qui dramatise la démarche et la dimension nocturne qui affecte le tout d’une certaine étrangeté donnent à cet ensemble, sans que l’auteur apparaisse, une empreinte autobiographique. […]

C’est une plongée intérieure qui conduit le photographe aux sources de son oeuvre, dans « sa » nuit primitive. « Vers la fin des années 70, explique Toshio Shibata, se calmèrent enfin les turbulences qui agitaient le Japon d’après-guerre. Je revins alors de quatre ans d’études en Flandre, dans une Europe où le temps s’écoulait lentement. Avec l’occidentalisation, avec le chaos dans lequel se mêlaient les marques de l’ancien Showa [avant-guerre] et celles du moderne [des années 50 jusqu’en 1989], Tokyo me paraissait dans un tel désordre qu’il m’était impossible d’en capter une réalité visuelle. Moi qui me battais pour créer une oeuvre qui me soit propre, dans mon pays, je me mis alors à partir en chasse des lumières de la nuit. C’était une manière d’échapper au fracas des jours. »

Shibata a alors identifié « son » sujet : l’autoroute. Car cet espace a un caractère d’universalité qui le rend indifférent au fait d’être en Europe, en Amérique ou au Japon. Caractéristique intéressante pour qui veut situer ces paysages travaillés par l’humain dans une modernité sans âge et sans territoire. Si la route est le sujet privilégié de la photographie au XXe siècle, c’est qu’une civilisation de la mobilité est née, engendrant tout un monde : stations-service, architectures, aires d’autoroute, parkings, échangeurs, etc. […]

Dans ce pays qui a fait, à travers l’écrivain Junichiro Tanizaki, l’« éloge de l’ombre », Shibata célèbre la lumière. Il joue de tous les états de la lueur pour modeler son monde. Avec un incroyable vocabulaire de lumière saisie: trait, tracé, découpe, matière, milieu, volume, halo, nimbe… Les Night Photos de Shibata oscillent ainsi entre description de la nuit comme elle va et tentation d’une narration énigmatique.

Il préfère l’improvisation à la narration construite. Il compose mais sans destination et sans but. Dans un lent panoramique horizontal, glissant derrière une vitre de voiture, il passe du bâti – intérieur, extérieur nuit – à la nature ou aux choses – voitures, camions à l’arrêt… Et des choses aux signes. Dans ce Japon qui fut « empire des signes », s’insinuent donc idéogrammes, pictogrammes de toilettes ou enseigne de restaurant. Il y a beaucoup de vide dans ses images. Parce que les lieux le sont, ou qu’ils sont saisis de loin, à la chambre, laissant le vide primordial de la nuit encercler les choses. Cette attention particulière au vide enrichit le travail du photographe d’une dimension philosophique.

Thierry Grillet, directeur de la diffusion culturelle à la BnF

(retrouvez l’intégralité de son texte dans Polka Magazine #31)

.

.

.

.

.

 

.
.
Abonnement (ici)
.
.
.
.
.
.
Polka Galerie
Cour de Venise
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris, France
T +33 1 76 21 41 30

.

.

OUVERTURE

.
Mardi – Samedi11 h – 19 h 30
ou sur rendez-vous Entrée libre
.
.
.

.