Steven Cohen – Goût (performance) / Fonds Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes (FR)

11884997_903500359720099_2979033465981993946_o.
.
.
.
.
.
.
Steven Cohen
.
.
.

Goût

.

Performance 
.
.
.
.
.
Samedi
.
19.09.15
18h
.
entrée libre
.
.
.
.
.
.
.

Performance de l’artiste à l’occasion du dernier jour de l’exposition Cardo & Decumanus et des Journées Européennes du Patrimoine

.

Le travail de l’artiste sud-africain Steven Cohen pose une réflexion sur une identité plurielle face aux tabous et codes sociétaux en vigueur.

C’est au travers des qualificatifs entendus à son propos que Steven Cohen a choisi de se définir lui-même dans son travail artistique : blanc, mâle, juif et homosexuel. Lors de ses performances, il apparaît souvent nu, richement maquillé et doté d’accessoires qui s’inspirent d’un univers baroque et drag-queen et qui témoignent de symboles culturels. Issu d’un pays marqué par l’Apartheid, il se sert de son corps pour démontrer les violences latentes des sociétés ainsi que leurs contradictions. Provocateur et engagé, il devient un médium critique et poétique, portant à la fois sa fragilité et sa force de revendication. «Victime somptueusement auto-désignée, Steven Cohen met en scène la mort, la violence, tous les abus de pouvoir avec une audace et une bravoure qui filent un malaise et la chair de poule.»

Il a ainsi performé dans une vingtaine de pays. Il vit aujourd’hui en France, depuis que Régine Chopinot l’a invité à s’associer au Ballet Atlantique à La Rochelle (2003-2008). Il a souvent été arrêté par les forces de l’ordre durant ses performances. Une seule fois cela l’a conduit devant un tribunal, c’était à Paris en 2014, jugé pour exhibition sexuelle. «… j’ai voulu montrer les évidences, revendiquer ma responsabilité d’être humain dans un monde de plus en plus homophobe, de plus en plus xénophobe, de plus en plus antisémite et d’ailleurs de plus en plus anti-tout. Et dire, en dévoilant le plus intime de ma personne: «Je suis mâle, je suis juif, je suis «queer», je suis blanc». J’entends de plus en plus souvent en France attaquer en règle les pédés, les juifs, les artistes. Je vis à Lille. Cette ville, la vraie. Elle est fort différente de ce que la presse en dit quand elle en fait «la ville idéale de l’art»: la pauvreté, la misère même, poussent les gens vers des attitudes de rejet et de violence.»

Dans l’exposition Cardo & Decumanus au FRAC Poitou-Charentes, les visiteurs peuvent découvrir Chandelier (2002), la vidéo d’une performance de l’artiste dans un bidonville de Johannesburg. Fait imprévu, le quartier était alors en train d’être détruit par des employés municipaux. Steven Cohen est paré : étoile de David sur le front, talons vertigineux et un chandelier en guise de corset. Il se déplace, d’une démarche malaisée au milieu de la population en plein désarroi. Les oppositions qui en ressortent sont nombreuses : Europe/Afrique, blancs/noirs, riches/pauvres, ombre/lumière, privé/public, forts/opprimés.

Le dernier jour de l’exposition (samedi 19 septembre) fait l’objet d’un rendez-vous exceptionnel : le FRAC Poitou-Charentes invite Steven Cohen à venir produire une performance à Angoulême.

.

.

.

.

 

.
.
.
.
.
Fonds Régional d’Art Contemporain Poitou-Charentes
site d’Angoulême
63 bd Besson Bey | 16000 Angoulême
05 45 92 87 01
.
.

Horaires et jours d’ouverture exposition site d’Angoulême

du mardi au samedi de 14h à 19h

et le 1er dimanche du mois

entrée libre

.

Visites accompagnées pour les groupes

et les scolaires gratuites et sur réservation

au 05 45 92 87 01

Visites accompagnées chaque 1er dimanche du mois à 16h00 | gratuit
.
.
.
.
LOGO . LE VADROUILLEUR URBAIN no 3..
.
.