Warhol, idole ad nauseam de la beauferie middle-class brauchouille culturocrasse Par Nicole Esterolle

20011_668293346634384_6175586488493433634_n

.

.

.

.

Warhol , idole ad nauseam de la beauferie middle-class brauchouille culturocrasse

Par Nicole Esterolle

.

.

.

Aujourd’hui 23 juillet 2015, je lis dans le Monde un texte signé par son indéboulonnable pigiste en chef Philippe Dagen , intitulé « l’autre Warhol », sur l’expo que le Centre Pompidou Metz consacre à cet artiste qui disait lui-même « je suis connu pour être connu »…alors il faut croire que c’était pour mieux cacher son « autre » inconnu « underground »..

Il attaque d’emblée très fort, notre éminent gros niqueur d’art : « Figure et fétiche pop par excellence, valeur très sure des ventes aux enchères, objet préféré de détestation de ceux qui font profession, en France particulièrement, de mépriser l’art moderne… »… Et tac ! bande de minables réacs qui n’aimez pas Warhol et ce qu’il représente en montagnes de pognon, prenez toujours ça par la figure, car moi qui fais profession de cireur des pompes des acteurs du financial art, je l’aime sans réserves, parce qu’ il sait séduire autant les oligarques milliardaires cocaïnés, incultes et ivrognes que la beauferie middle-class culturocrasse populaire fauchée qui a toujours 50 euros à mettre dans une Marilyn colorisée pour égayer les murs du salon entre une poparterie à trois balles et une streetarterie bien dégueu faite par le petit neveu adepte de la fumette…

Mais ce que notre super critique-historien d’art oublie notamment, dans sa warholâtrie obligée, c’est le livre d’Hector Obalk intitulé « Warhol n’est pas un grand artiste », et c’est le fait que Jim Dine et Rauchenberg ont toujours méprisé Warhol qu’il considéraient comme un vulgaire publicitaire….

Après Buren, après Tania Mouraud qui a envahi 6 lieux dans la ville, voici donc le sempiternel et ad nauseam Warhol dont la tête d’halluciné terrifiant pour les enfants, va envahir les sucettes Decaux, avec un effet répulsif tel que déjà, de nombreux habitants ont exprimé leur regret que la Lorraine ait été ré-annexée à la France en 1919…et tel que le Centre Pompidou Metz ne va pas tarder à etteindre le collapse financier.

Mais ce qui consitue le plus sommet de cynisme dans la présentation de cette quarante-cinquième exhibition Warhol en France, ça n’est pas tant qu’elle soit la promotion d’un produit financier à travers un dispositif public et avec l’argent public, car ça, on y est habitué, non, ce qui va le plus loin dans l’impudence et le foutage de gueule, c’est dans cette familiarité illusoire avec l’avant-gardisme, avec la créativité underground, avec la remise en question radicale des modèles et des codes, qu’elle entend fournir à une middle class totalement hébétée, formatée, on ne peut plus ringarde et conventionnelle…Comme si cette sur-mythification warholienne était d’abord un alibi fourni à la bidochonnerie générale qui régit les rapports à l’art dit contemporain.

Et pendant que nos éminents critiques historiens d’art glosent sur l’underground warholien ou sur les fesses de Catherine M., 95% des artistes de ce pays sont oubliés, le bateau de l’art français est entrain de couler…honte à la critique d’art française!

.

.

.

.

Et aussi …
.
.
.
.

.

Achat (ici)

m

Biographie de Nicole Esterolle

.

Nicole Esterolle. Artiste, critique d’art, galeriste ? peu de gens connaissent l’identité réelle de la personne connue ou non, qui se cache sous ce pseudonyme… mais ses chroniques irrévérencieuses font fureur sur le web depuis trois ans.

.

.
.
.
.

Schtroumpf Emergent

.
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.