Enquête : qui sont les collectionneurs d’art contemporain? / Ministère de la Culture et de la Communication (FR)

 .
.
.
.
.
.
.
.

Enquête : qui sont les collectionneurs

.

d’art contemporain?

 .

.

.

.

.

 

Pour mieux connaître les collectionneurs d’art contemporain, trois chercheurs ont scruté leurs désirs et motivations dans une étude inédite : « Collectionneurs d’art contemporain, des acteurs méconnus de la vie artistique » (DEPS / ministère de la Culture et de la Communication, 2015). Le 12 mai, les auteurs débattront au Centre Pompidou avec plusieurs personnalités, dont Nathalie Heinich, Paula Aisemberg et Didier Grumbach.

 

Méconnu car souvent éclipsé par les milliardaires omniprésents sur la scène médiatique, le tissu des collectionneurs d’art contemporain contribue tout autant à la vitalité de la création contemporaine. Ces collectionneurs aux motivations variées sont pleinement intégrés à l’écosystème de l’art : ils apportent un soutien aux artistes et entretiennent des liens privilégiés avec les galeries et l’institution muséale. C’est ce que révèle la passionnante enquête – Collectionneurs d’art contemporain : des acteurs méconnus de la vie artistique – publiée par le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication. Entretien avec l’un de ses trois auteurs, Nathalie Moureau, maître de conférences à l’université Paul-Valéry de Montpellier.

Tout collectionneur, par définition, se situe dans l’accumulation. Les pratiques du collectionneur d’art contemporain sont-elles plus variées que celles de ses homologues ?

On parle spontanément de la passion du collectionneur, de sa dimension psychanalytique, en raison de la relation unilatérale à l’objet. S’agissant du collectionneur d’art contemporain, nous avons voulu montrer que l’activité ne s’arrête pas à la seule relation avec l’œuvre d’art. Le collectionneur d’art contemporain intervient également de l’autre côté du marché dans la valorisation des œuvres mais aussi dans le déroulement de la carrière de l’artiste à travers des achats d’œuvres, des aides à la production, la participation à des commissions dans des musées, l’organisation d’expositions…il a un rôle très actif de soutien au travail de l’artiste et au déroulement de sa carrière. On peut en réalité identifier deux types de collectionneurs dont les motivations sont complémentaires et se croisent : d’un côté, un collectionneur classique qui serait mû par un désir de possession et une relation à l’œuvre, de l’autre, un collectionneur qui visite les musées et souhaite participer à la vitalité de la création contemporaine. Ces deux pôles extrêmes sont présents à des intensités diverses chez les profils de collectionneur.

Sur quel échantillon vous êtes-vous basées pour conduire cette étude ?

Nous avons réalisé l’étude auprès d’un échantillon de 320 personnes. Le collectionneur milliardaire n’en fait pas partie. Nous avons cherché à savoir s’il existait un tissu de collectionneurs et en quoi celui-ci était différent. Afin de toucher tous les publics, nous avons diffusé l’enquête très largement à travers des réseaux variés : sociétés d’amis de musées, galeries, réseaux en région, dans notre échantillon, on trouve des petits collectionneurs qui dépensent peu d’argent comme des collectionneurs plus importants. Notre propos n’était pas d’avoir un jugement sur la collection, ni de dire quel type d’art méritait d’être sélectionné ou pas. En revanche, il nous importait que les collectionneurs achètent les œuvres d’artistes vivants, que celles-ci relèvent d’un art traditionnel ou qu’il s’agisse d’œuvres contemporaines. Au-delà de ces profils diversifiés, ce qui est frappant, c’est le pourcentage très important de collectionneurs qui s’engagent auprès de l’artiste : il n’est pas rare que des collectionneurs peu fortunés se démènent afin de trouver une exposition pour un artiste. Cela peut sembler évident pourtant c’est une donnée qui n’avait jamais été mise en avant jusque-là, on s’attachait davantage à l’aspect addictif de la collection.

.

.

.

.

.

 

 

Suite de l’article (ici)
.
Site officiel du ministère de la Culture et de la Communication
.
.
.
.

.

 

LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3.
.