C’est aussi un cercle qui s’entretient entre les fonctionnaires et les investisseurs, comme si quelqu’un payait son voisin pour venir faire un trou et que le voisin paie la personne pour boucher le trou…Nicole Esterolle à la radio

 RC Exposition 001-1 - Copie (3) - Copie

Illustration : Boucher et Lecland

.

.

.

.

 

Nicole Esterolle signe « La bouffonnerie de l’art contemporain » : « La bouffonnerie est transportée par les institutions, les médias et le grand marché de la finance. »

.

Tous ceux qui s’intéressent à l’univers de l’art connaissent Nicole Esterolle, qui tient un blog remarqué pour dénoncer les différents scandales du moment dans ce domaine. Mais personne ne sait vraiment qui est Nicole Esterolle puisque c’est un pseudonyme utilisé depuis des années par une personnalité du secteur… Nous savons simplement qu’il s’agit d’un homme car il a accepté d’être interrogé au micro de Kernews. L’art contemporain, c’est d’abord un circuit fermé entre des artistes qui font parler d’eux à coups de provocations, les fonctionnaires qui débloquent de l’argent public pour promouvoir ces œuvres et les milliardaires qui spéculent… Une énorme farce, une bouffonnerie au niveau international, mais qui prend une ampleur plus sensible en France, car on y gaspille carrément l’argent de nos impôts…

C’est aussi un cercle qui s’entretient entre les fonctionnaires et les investisseurs, comme si quelqu’un payait son voisin pour venir faire un trou et que le voisin paie la personne pour boucher le trou… On tourne en rond, mais on génère une économie avec des fonctionnaires spécialisés dans l’art contemporain, des artistes et des collectionneurs…

C’est ce que j’appelle une béance : le rien est transformé en quelque chose, mais c’est surtout le rien qui attire des discours pour le remplir ! Le discours, cela fait de la médiatisation, de la communication et de l’argent… Ce qui est étonnant, c’est que l’appareil institutionnel, qui est à la remorque de l’appareil spéculatif international, tourne en rond sur sa propre vacuité. Tous les gens qui sont à l’intérieur forment une communauté fermée et il y a un phénomène de consanguinité. D’ailleurs, la reproduction par consanguinité donne des choses monstrueuses, c’est pourquoi nous entendons parfois des discours complètement délirants. Ces gens, qui sont dans les couloirs des ministères, forment une communauté relayée par les petites galeries subventionnées, il y en a toujours deux ou trois dans chaque ville de France qui dépendent de ce système. Tout cela accroché à l’enseignement de l’école des Beaux-Arts et des unités d’enseignement dans les universités.

«La bouffonnerie de l’art contemporain » de Nicole Esterolle est publié aux Éditions Jean-Cyrille Godefroy.

 

 .

.

.

.

Suite
.
La Baule Plus 
.
.
 .
.
.
.
.
.
 

.

Achat (ici)

m

Biographie de Nicole Esterolle

.

Nicole Esterolle. Artiste, critique d’art, galeriste ? peu de gens connaissent l’identité réelle de la personne connue ou non, qui se cache sous ce pseudonyme… mais ses chroniques irrévérencieuses font fureur sur le web depuis trois ans.

.

.
.
.
.

Schtroumpf Emergent

.
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.
.