Charles de la Fosse (1636-1716) – Les amours des dieux / Musée des beaux-arts de Nantes (FR)

 Tableau (détail) : Charles de la Fosse, La Déification d’Enée, Nantes, Musée des beaux-arts © RMN -Photographie : G.BLOT
 .
.
.
.
.
.
.

 

 

Charles de la Fosse 
.
.
(1636-1716)
 .
.
.
.
Les amours des dieux
.
.
.
.
.
  Du 19 juin
.
au 20 septembre 2015
 .
.
.
.
.
.
.

Le 19 juin à 18h30 à la chapelle de l’Oratoire. Entrée libre.

Discours et présentation traduits en LSF.

Exposition co-produite avec le musée national des châteaux de Versailles et de Trianonet réalisée par le musée des beaux-arts de Nantes Métropole.

Le musée avec Charles de la Fosse, les Amours des dieux du 19 juin au 20 septembre 2015 met en lumière l’œuvre mythologique du peintre, grand décorateur, excellent dessinateur et promoteur du coloris. À partir de deux œuvres énigmatiques de ses collections : Vénus demandant à Vulcain des armes pour Enée et La Déification d’Enée. Réalisée en partenariat avec le Château de Versailles, l’exposition nantaise fait suite à l’exposition monographique présentée à Versailles (24 février– 24 mai 2015) qui retraçait la carrière de Charles de La Fosse.

 

Suite à l’exposition monographique du château de Versailles, le musée des beaux-arts de Nantes choisit une approche poétique et littéraire, en se concentrant sur l’œuvre mythologique, en écho à ses deux énigmatiques décors Vénus demandant à Vulcain des armes pour Enée et La déification d’Enée.
.
 .

Le parcours d’une vingtaine de peintures et d’une quinzaine de dessins permettra de rassembler les œuvres des plus prestigieuses collections publiques et privées : Le Louvre, Versailles, École nationale des Beaux-arts de Paris, les musées de Rouen, Rennes, Dijon, Caen mais également, pour la première fois présentés en France, des œuvres de Manchester et Basildon Park. Au sein même de sa génération du Grand siècle finissant (Mignard, Jouvenet, Coypel), La Fosse offre le plus beau prélude mythologique à toute une lignée, sensuelle et insouciante, qui s’éteindra avec Fragonard. De l’imaginaire royal apollonien au goût nouveau pour les amours galantes des dieux l’exposition permet d’embrasser l’ensemble de la carrière du peintre.

.

.

.

.

.

.

 

.

 

Musée des beaux-arts de Nantes

 10, rue Georges-Clemenceau

  Ville de Nantes

 .
.
.
.
.
.LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.